Les lycéens de Mantes La Jolie ont-ils été égorgés par les CRS?

Il y a quelques semaines, les députés ont adopté en première lecture une proposition de loi visant à interdire les «violences éducatives ordinaires». Fini les fessées! L'Etat éduque les parents à éduquer leurs enfants. Maintenant que les enfants tendent à "éduquer" (révolutionner) l'Etat, que peuvent les parents?

La grande récréation des lycéens converge vers la grande colère des "gilets jaunes" qui converge, elle-même, vers l'opportunisme des oppositions....qui converge vers l'abîme du pouvoir. 

Le tableau est spectaculaire.

Le manitou Mélenchon a théorisé là-dessus. Le moment est historique. C'est la révolution, ça n'arrive pas tous les ans, 50 ans minimum pour que la France puisse faire le tour autour d'elle-même....et la révolution, mesdames et messieurs, n'est pas un dîner de gala.  Sagesse du grand Mao. Il était rouge vif lui, non un "jaune". 

Les blocages dans le lycée, le feu, les casses, les blessés, les morts...les "jaunes" et leurs alliés diront que c'est la moindre des choses lorsque le "peuple sort de son lit"....

On pourra dire ce qu'on voudra, les jeunes lycéens ne sont pas cons. Nul besoin pour eux de lire et d'agiter un petit livret jaune. Ils ont les écouteurs et leurs smart-phone. La stratégie révolutionnaire entre directement dans le crâne par les oreilles.

Les lycéens ont une dent contre Macron. Eux aussi ont été méprisés par "Manu", qui avait lancé à un des leurs: "Si tu veux faire la révolution, tu apprends d’abord à avoir un diplôme et à te nourrir toi-même"....Hé bien, les lycéens ont décidé de faire exactement le contraire. 

En marge des révolutions, mais toujours dans ce même état d'esprit révolutionnaire, un professeur a été poignardé par son ex-étudiant: il est mort. Un lycée partiellement brûlé du côté de Toulouse. Là, on le sait, ce fut le geste d'un lycéen révolutionnaire. Des poubelles détruites à n'en plus finir (  dommage pour la planète, et dire que samedi les écolos vont aller dans la rue), près de 300 lycées bloqués...... et une police d'Etat qui continue de faire son travail. Et quel travail.

Une vidéo circule en ligne depuis peu, on y voit des jeunes d'un Lycée de Mantes-à-Jolie, à genoux, mains sur la tête, tels des captifs de l'Etat Islamique qu'on s'apprête à égorger vif.

Agnès Buzyn, ministre de la Santé, avait pourtant laissé entendre lors des débats à l'Assemblée sur la proposition de loi visant à interdire la fessée qu' "On n'éduque pas par la peur". Merci à l'Etat de retirer le martinet de la main des parents....Et d'instaurer, au bout du compte, matraque et supplice islamique. Vaut mieux la violence policière que la violence des parents, après tout, c'est l'Etat qui offre les primes de Noël.

 

"On n'éduque pas par la peur" Agnès Buzyn "On n'éduque pas par la peur" Agnès Buzyn

A quoi rime tout ça? A rien.

L'Etat est un sacré monstre froid. Il fout des menottes aux mains des parents, on croit que c'est par amour, mais non, c'est pour qu'il ait, lui, le MONOPOLE DE LA VIOLENCE LEGITIME.  

La convergence des luttes, l'avais-je écrit, est une connerie. Maintenant, voilà les gamins qui se font punir. Eux, ils voulaient juste la révolution, même sans avoir un diplôme.

 

Général! Général! Général!  Général De Villiers! Au secours!... Révolution en cours cherche désespérément un chef.  Vite! Vite mon Général! La France brûle! La France se meurt! 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.