Charles Kabango
Citoyen
Abonné·e de Mediapart

223 Billets

0 Édition

Billet de blog 8 janv. 2019

Yann Moix et les femmes de 50 ans: histoire d'une couille morte.

Puisque la France est devenue cette terre de misérables polémiques pornographiques. Puisqu'il suffit d'un rien pour que l'ensemble de la presse en fasse un tout. Puisque les lecteurs que nous sommes, devons à tout prix lire les fantasmes des personnalités publiques ...Hé bien, nous allons participer à ces d-ébats nationaux, sans enthousiasme, mais avec une rare fermeté.

Charles Kabango
Citoyen
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Le beau Houellebecq, dans son récent roman, trouve que la ville de Niort est laide. Ce qui suffit à susciter un débat national et l'indignation des habitants de la ville en question.

A côté de ça, il y a Yann Moix, également en promotion pour son dernier roman. Il a confié à la presse féminine et capitaliste, qu'il est incapable de "baiser" les femmes de 50 ans. Il précise qu'il pourra sans doute "baiser" une quinquagénaire quand il aura 60 ans ....mais que pour l'instant, il préfère largement le corps des jeunes femmes de 25 ans. De la belle chair pour notre vigoureux queutard médiatique. Il faudra qu'il remercie Ruquier et France 2 de l'avoir mis sur le devant de la scène pornographique française. Et il faudra qu'un jour France 2 et Ruquier fassent leur propre bilan dans la déroute actuelle. Après avoir assuré la promotion d'un des vulgarisateurs les plus inquiétants de la pensée fasciste de ce pays, ils ont jugé utile d'aller récupérer un autre pensionnaire du Figaro, dont le seul génie est d'être un éminent lèche-cul du casablancais Bernard Henri Lévy. Son Naissance, qui lui a valu le Renaudot, témoigne a suffisance, que ce "mal-né", ne pouvait être qu'un mauvais écrivain dans l'âme. De Naissance. 

Il y a pourtant dans la littérature des crapules de toutes sortes, y compris d'extrêmes misogynes, qui relèvent du génie littéraire pur et dur. Cependant, Yann Moix a le malheur de ne pas faire partie de ces crapules géniales. Il est très en deçà du Mal et du  Bien. Il incarne la bêtise prouvée et incontestable du temps présent. Il nous fait du Kaaris dans sa " parfaite "chanson Tchoin: 

"La gow là c'est p'têtre une fille bien
Mais on préfère les tchoins tchoins tchoins
La gow là c'est p'têtre une fille bien
Mais on préfère les tchoins tchoins tchoins
Elle veut Louboutin-tin, tchoin
Elle veut Mauboussin-ssin, tchoin
Vrais ou faux seins-seins, tchoin
Tchoin tchoin tchoin".  

Hé bien,  même philosophie que celle de notre apprenti misogyne.  Hélas! Même avec ce jargon assez particulier, Kaaris a le mérite d'être supérieur, en créativité, loin devant Moix.

L'enchaînement de quelques traits d'esprits n'est pas signe d'intelligence ....Il ne suffit pas de prétendre, de vouloir faire scandale pour avoir du style. Dites-le à ce petit monsieur.

Pourquoi donc les désirs et frustrations sexuels de monsieur Moix suscitent un débat national et de multiples indignations publiques? Pourquoi certaines femmes se sont senties dans l'obligation de répondre à ce mâle? Laissez nous donc, femmes, réglez le "féminisme" de cet homme. Laissez-nous galamment lui répondre. Laissez-nous, non parler à votre place, mais lui apprendre une, deux, trois petites choses sur la vie.

L'erreur en publicité, est de toujours prendre les gens pour ce qu'ils disent des autres ou d'eux-mêmes. Et, lorsqu'on a affaire à des mâles du type Moix, il ne sert à rien de les prendre au mot.

Dans Naissance, ce type qui ne "baise" pas les "vielles" prouve déjà qu'en amour, il restera toujours cet enfant mal-aimé, hargneux, détestant non plus seulement ses parents, qui à mon avis, ne l'ont pas correctement fessé, mais la parentalité elle- même. De sa foireuse expérience d'enfant, cet inguérissable fils à maman ou à papa aura quand même réussi à bâtir un roman qui lui a permis de démarrer une carrière publique, en tant que "garçon de joie " (la revanche), en tant qu'intellectuel-putain. Et seuls des mauvais putains ou des mauvais clients, appelons les comme on veut, peuvent s'amuser à jouer aux importants, et balancer les platitudes du genre "je suis incapable d'aimer une femme de 50 ans". Et quoi encore? Cette phrase ne heurte pas ...elle est bien trop faible. Trop molle...même vulgaire, elle n'est pas....elle n'est rien.

Si Moix veut faire son anti-Macron primaire et primitif, il n'a qu'à devenir "gilet jaune". Mais je crains que de ce côté, il ne retrouve davantage de combatives retraitées...

Dans le passé, des pédophiles assumés ont déjà pu justifier leur préférence en dénigrant le corps des femmes âgées ou qui ont eu à enfanter : l'enfer, c'est toujours les autres....C'est la femme à la maison,  la materfamilias, la femme qui "baise" pas comme l'homme veut, la cinquantenaire pour Moix. Ce n'est pas très courageux comme méthode. Les pédophiles et autres bandeurs mous doivent s'assumer. Et laisser le corps des femmes en paix.

Moix ne bande pas. A qui la faute? Aux caractéristiques de la marchandise : âge, rides, couleur des cheveux ....Oui pour Moix, la femme reste cela : une marchandise. Une chose qui dépend de son bon vouloir, de son bon plaisir.

Pourquoi cet écrivain  ne s'applique pas le raisonnement qu'il applique aux femmes? Qu'il ose comparer la teneur de ses muscles à celle de jeunes étalons de 25 ans....Qu'il compare donc sa bite, puisqu'il est tant attaché aux attributs du corps, à celle des autres ? Quelle jeune dame de 25 ans pourrait tolérer et préférer le corps abîmé (présomption) de ce Moix , sa queue molle (présomption), son visage sinistre (factuel), ses réflexions courtes à l'humeur joueuse et joyeuse d'un étudiant de 25 ans?  Faut pas qu'il se trompe le Moix... Il est engagé dans une prostitution qui ne dit pas tout à fait son nom. Il peut s'offrir les corps de ces femmes de 25 ans. Sa promotion est assurée.

Hélas! Son incapacité actuelle à bander normalement, à exploiter comme il le voudrait le corps d'une femme de 50 ans, il la confond avec une incapacité à "aimer"  une femme de 50 ans. Tout de même, il sait que, lorsqu'il entamera la soixantaine, que son corps plein de toxines commencera à se décomposer, lorsqu'il lui faudra une femme pour nettoyer ses besoins au lit,  Moix se dit qu'il pourra "aimer" (enfin) une femme de 50 ans....En vérité il envisage plutôt une femme de 50 ans qui voudra bien et pourra "l'aimer" lui, véritablement, pour sa "merde", pour la merde qu'il incarne.

Il sait Moix, que les jeunes corps qui traînent sur son lit et qu'il adule comme un vulgaire puceau, ne pourront s'éterniser avec lui. A un moment, il sera "has been", il disparaîtra du bordel médiatique, il faudra qu'il fasse valoir d'autres arguments à ses "clientes". Il sera diminué encore un peu plus physiquement, se déplacera en fauteuil roulant, et comme sa fortune n'est pas celle de Hugh Hefner, les "jeunes asiatiques" sur qui il compte ou les "jeunes blondes", le trouveront plus insupportable qu'autre chose.

L'amour n'est pas une capacité physique. Par contre, l'âge a beaucoup à voir avec les lois du marchés, les lois de la prostitution, les lois du corps corvéable....L'âge intéresse plus les violeurs katangais et les producteurs de films pornographiques que celui qui aime....qui peut aimer ou qui veut aimer. Je ne nie pas le  propre aveu de Moix, son incapacité pur et simple à aimer ...que ce soit la jeune de 12 ans...celle de 25 ans....et ou pire celle de 50 ans. Moix n'aime pas.....Il baise. Il aime la chair fraîche. C'est un cannibale. Il renifle...il croque, si ça saigne abondamment,il dévore. Ça ne saigne pas, il abandonne. 

Le corps de la femme que célèbre Moix est donc le corps souffrant.

 Quand il déclare tel un pape protégé par l'infaillibilité pontificale que: "Le corps d'une femme de 25 ans , c'est extraordinaire. Le corps d'une femme de 50 ans n'est pas extraordinaire" , on est là devant l'aveu terrible de quelqu'un qui a raté pour la vie son éducation sentimentale. Sa faculté de juger est si corrompue ....qu'est ce qu'un corps extraordinaire ? Existe t-il "un corps (identifiable) de la femme de 25 ans"? Existe-t-il un "corps (identifiée) de la femme de 50 ans?"  Il faudra ensuite que le goûteux Moix opère le choix entre le corps de la femme de 25 ans mince et celui de la femme de 25 ans ronde...celui tatoué du non tatoué...percé du non percé...celui fesse rebondie ou à la fesse ...celui avec des petits seins ou des gros seins...celui sensible aux caresses de sa Majesté Moix et celui hostile à ses mains....celui qui mesure 1,60 cm ou celui qui fait 1.80....Bref il n'y a pas de corps de la femme de 25. Il y a juste le corps offrant et souffrant sur lequel Moix voudrait se frotter. Le corps chimiquement pur, physiquement dur. Après ça Moix devra aussi préféré entre le corps de la femme de 25 ans européenne, sud-américaine, africaine....Bon, on me dit que son choix est asiatique. Voilà!

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Fraude fiscale : la procédure opaque qui permet aux grandes entreprises de négocier
McDonald’s, Kering, Google, Amazon, L’Oréal… Le règlement d’ensemble est une procédure opaque, sans base légale, qui permet aux grandes entreprises de négocier avec le fisc leurs redressements. Un rapport exigé par le Parlement et que publie Mediapart permet de constater que l’an dernier, le rabais accordé en 2021 a dépassé le milliard d’euros.
par Pierre Januel
Journal
Cac 40 : les profiteurs de crises
Jamais les groupes du CAC 40 n’ont gagné autant d’argent. Au premier semestre, leurs résultats s’élèvent à 81,3 milliards d’euros, en hausse de 34 % sur un an. Les grands groupes, et pas seulement ceux du luxe, ont appris le bénéfice de la rareté et des positions dominantes pour imposer des hausses de prix spectaculaires. Le capitalisme de rente a de beaux jours devant lui.
par Martine Orange
Journal — Livres
Le dernier secret des manuscrits retrouvés de Louis-Ferdinand Céline
Il y a un an, le critique de théâtre Jean-Pierre Thibaudat confirmait dans un billet de blog de Mediapart avoir été le destinataire de textes disparus de l’écrivain antisémite Louis-Ferdinand Céline. Aujourd’hui, toujours dans le Club de Mediapart, il revient sur cette histoire et le secret qui l’entourait encore. « Le temps est venu de dévoiler les choses pour permettre un apaisement général », estime-t-il, révélant que les documents lui avaient été remis par la famille du résistant Yvon Morandat, qui les avait conservés.
par Sabrina Kassa
Journal
Le député Sacha Houlié relance le débat sur le droit de vote des étrangers
Le député Renaissance (ex-LREM) a déposé, début août, une proposition de loi visant à accorder le droit de vote aux étrangers aux élections municipales. Un très « long serpent de mer », puisque le débat, ouvert en France il y a quarante ans, n’a jamais abouti.
par Nejma Brahim

La sélection du Club

Billet de blog
Décret GPS, hypocrisie et renoncements d'une mesurette pour le climat
Au cœur d'un été marqué par une sécheresse, des chaleurs et des incendies historiques, le gouvernement publie un décret feignant de contraindre les entreprises du numérique dans la lutte contre le réchauffement climatique. Mais ce n'est là qu'une vaste hypocrisie cachant mal les renoncements à prendre des mesures contraignantes.
par Helloat Sylvain
Billet de blog
L’eau dans une France bientôt subaride
La France subaride ? Nos ancêtres auraient évoqué l’Algérie. Aujourd’hui, le Sud de la France vit avec une aridité et des températures qui sont celles du Sahara. Heureusement, quelques jours par an. Mais demain ? Le gouvernement en fait-il assez ? (Gilles Fumey)
par Géographies en mouvement
Billet de blog
Le bon sens écologique brisé par le mur du çon - Lettre ouverte à Élisabeth Borne
On a jamais touché le fond de l'aberration incommensurable de la société dans laquelle nous vivons. Au contraire, nous allons de surprises en surprises. Est-ce possible ? Mais oui, mais oui, c'est possible. Espérons que notre indignation, sans cesse repoussée au-delà de ses limites, puisse toucher la « radicalité écologique » de madame Borne.
par Moïra
Billet d’édition
Les guerriers de l'ombre
« Je crois que la planète va pas tenir longtemps, en fait. Que le dérèglement climatique ne me permettra pas de finir ma vie comme elle aurait dû. J’espère juste que je pourrai avoir un p’tit bout de vie normale, comme les autres avant ». Alors lorsque j'entends prononcer ces paroles de ma fille, une énorme, incroyable, faramineuse rage me terrasse. « Au moins, j’aurais vécu des trucs bien. J’ai réussi à vaincre ma maladie, c’est énorme déjà ».
par Andreleo1871