Les "gilets jaunes" ont-ils des idées justes?

Lorsqu'on invite les "gilets jaunes" dans les émissions de variétés, lorsqu'on les interroge aux 20h, c'est essentiellement pour leur demander de raconter leurs malheurs, pour qu'ils justifient leur coup d'éclat ou coup d'Etat. Dis-moi, combien gagnes-tu? Dis-moi combien tu souffres, et je te laisse péter ta colère dans mon émission.

Les pauvres seraient-ils pauvres parce qu'ils n'auraient  pas suffisamment exposé leurs problèmes à quelques présentateurs, à quelques secrétaires d'Etat? Seraient-ils pauvres à cause de leur "invisibilité"? Les trafiquants de drogue, les proxénètes et les marchands d'armes sont pourtant des "invisibles", Dieu seul sait comme ils sont outrageusement riches. Donc...

En tout cas, opportunistes et réactionnaires se sont réjouis de voir la "France des invisibles" devenir "France des visibles". 

Mais quelles sont donc les idées invisibles devenues visibles grâce à la fluorescence des "gilets jaunes"? Qu'est-ce que les "invisibles" ont fait jaillir du sous-sol de leur existence? Quel mot d'ordre nouveau, particulier a circulé lors des manifestations?

Quelles idées ont traversé la société française ces derniers jours à la faveur de ce grand cri des gens "d'en bas"? Quelle est la nature des échanges entre les "révoltés jaunes" et le gouvernement? Quel dialogue entre "les révoltés jaunes" et le reste de la société? Que restera t-il de cette révolte? La vidéo de Jacline Moraud? Le numéro spécial de Marianne? L'union politique de l'extrême gauche et d l'extrême droite au nom du pouvoir d'achat? Difficile à dire.  

Les "gilets jaunes" ont-ils des idées justes? On ne parle que de leur colère qu'il faut entendre, à laquelle il faudrait apporter une réponse. D'ailleurs, l'anti-Macron, le jeune Vincent Cassel, nous a même appris que le peuple n'a ni tort ni raison, qu'il décide, fin de discussion. 

Conclusion: les "gilets jaunes" n'ont ni tort, ni raison, ils doivent décider. Point barre. Ceci est une bêtise extrême. Une conception effrayante de ce qu'est le peuple. Car, si le peuple n'a ni tort, ni raison, la démocratie perd de son intérêt, de son sens, de sa raison d'être. Le peuple ne décide pas par instinct ou par fantaisie. Les choix du peuple doivent être soumis aux critères  du juste, du bon, du vrai, de la raison. Le pouvoir du peuple est d'abord pouvoir de discussion, ensuite pouvoir de décision. Le peuple peut donc avoir tort (en élisant un antisémite, en persécutant les faibles), il peut avoir raison (en instaurant la gratuité de l'école, couverture universelle de santé). Les choix du peuple n'ont pas de mérites particuliers en eux-mêmes.  N'en déplaise aux souverainistes. Mieux que la question de la souveraineté, en politique, il y a la question de la justice, de la vérité. 

Les "gilets jaunes" n'ont pas d'idées justes...ils n'ont pas d'idées, ils ont des revendications. Mao enseignait que ''Les idées justes qui sont le propre d'une classe d'avant-garde deviennent dès qu'elles pénètrent les masses, une force matérielle capable de transformer la société et le monde ''.

Les revendications des "gilets jaunes" ( programme des Insoumis jumelé à celui du Front National) sont-elles susceptibles de transformer la société française? Le monde? Bien sûr que non. Elles sont l'expression d'un égoïsme national, et d'un refus de lier véritablement son sort à celui des masses d'ailleurs. Le dire ne voudrait pas dire que je suis insensible à la révolte elle-même, à l'irruption, comme ça, des gens qui essaient de sortir du silence des "ténèbres"....Quoique pour Conrad,  les Ténèbres se situaient en Afrique "noire", plus exactement au Congo belge.

Les "gilets jaunes", n'étant portés que par la colère,  leur "visibilité" commence donc a avoir un petit côté ennuyeux. Leur visibilité donne à voir des gens qui n'ont rien à dire sur l'état de la France, l'état du monde. Puisqu'on parle de justice, d'égalité réelle dans les manifestations, autant élever le débat au-delà de la fameuse justice fiscale.  

.....transformer  la société et le monde. Ne demandez pas aux "gilets jaunes" de s'engager dans la transformation du monde, de se mettre en mouvement pour eux-mêmes et pour les autres. Ils ont déjà des fins de mois ultra difficiles, alors il ne faut pas les emmerder avec les idées justes, la transformation, le monde, etc. Si les "gilets jaunes" chantent la  marseillaise, ce n'est pas pour s’embarrasser  du sort des Tchadiens ou des Yéménites.

Notons au passage que le Tchad vient de recevoir une aide (prêt) de 40 millions d'euros de la France pour payer les salaires des fonctionnaires. Merci à la France! Présence militaire, aide financière.....L'Agence Française de Développement a annoncé que le prêt est d’« une durée de vingt ans » avec un taux d’intérêt préférentiel. Pauvre Afrique! Pauvre Tchad! 30 millions d'euros pour 90.000 fonctionnaires civils (les 10 autres millions étant réservés à la pension des retraités qui n'ont pas vu la couleur depuis plusieurs mois). Ça donne un bref aperçu du fameux pouvoir d'achat...Un aperçu des capacités financières dont dispose un parent qui voudrait que son fils aille en France pour poursuivre ses études.  

 Je voudrais terminer ce billet en faisant remarquer aux lectrices et aux lecteurs que l'expression "gilets jaunes" est bel et bien entre guillemets. J'ai suffisamment fréquenté les personnes ou groupuscules portant des gilets jaunes pour ne pas me laisser distraire par les postures gouvernementales, d'opposants, de médias, de "gilets jaunes" eux-mêmes......Le nom de "gilets jaunes" désignant le mouvement social en cours est un véritable trou noir.

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.