Charles Kabango
Citoyen
Abonné·e de Mediapart

222 Billets

0 Édition

Billet de blog 9 août 2020

Côte d'Ivoire: fève électorale!

La Côte d'Ivoire est le premier producteur mondial de cacao (près de 40% du marché en 2019). Cette manne représente 12% des recettes fiscales du pays. Elle est la principale source de devises et représente près de 40 %des exportations de marchandises du pays. Hélas, lorsqu'on parle politique là-bas, il n'est jamais question de paysans-cacaoculteurs!

Charles Kabango
Citoyen
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Il y a quelques mois, le président de la République ivoirienne, voulant jouer les "démocrates", a distrait le beau monde en annonçant qu'il allait passer le flambeau à la "nouvelle génération". Et donc, qu'il n'allait pas se représenter aux prochaines élections présidentielles, prévues en octobre 2020.

L'insignifiante annonce enchanta ses compatriotes. Mais pas que,   Emmanuel Macron, président élu dans des tristes conditions, twetta, tel un arbitre des élégances ou un saint patron de la démocratie:" Je salue la décision historique du Président @AOuattara_PRCI, homme de parole et homme d’État, de ne pas se présenter à la prochaine élection présidentielle. Ce soir, la Côte d’Ivoire donne l’exemple."

Décision historique? Allons Macron! On sait tous que le drame de l'Afrique est que "l'Homme africain n'est pas assez dans l'histoire".  Peut -on dire d'un Sarkozy, qui a décidé de se retirer de la vie politique,  qu'il a pris une décision historique?  Non! Qu'il s'agisse d'un Ouattara ou d'un Sarkozy,  c'est leur Manioc...Rien d'historique! Ce sont des adultes, citoyens de surcroît, laissons-les jouir de la liberté d'aller et venir.

Sauf à se prendre pour Jupiter, ce n'est pas à monsieur D.A.Ouattara que revient la tâche de passer le flambeau. Dans une "démocratie" , c'est le "peuple" qui décide...Le "peuple" est libre de choisir "l'ancienne génération" à la "nouvelle", la "nouvelle" à "l'ancienne"...Pour peu que ces catégories aient un sens ou existent. 

Et si par "nouvelle génération",  en Côte d'Ivoire, on désigne des caciques de 60 ans, qui mérite une bonne retraite, il ne faut pas s'étonner que cette fameuse "nouvelle génération" finisse en crise cardiaque avant même d'accéder à la fonction suprême. Pauvre Gon Coulibaly! Rappelons que l'espérance de vie dans ce pays est de 57 ans. Que les moins de  15 ans représentent 41,8 %  de la population totale et les Jeunes (15-34 ans révolus) au nombre de 8 048 341 individus constituent 35,5 % de la population totale.

Alors, si l'on devait à tout prix parler de "nouvelle génération", contrairement au président Ivoirien, l'on éviterait  de penser à quelqu'un comme  feu Amadou Gon Coulibaly.  Décédé quelques mois après avoir été désigné par le RHDP (parti politique de monsieur Ouattara) comme futur candidat aux élections  présidentielles.

L'occasion fait le larron. Alassane Ouattara s'est senti obliger de se dédire, en invoquant un "cas de force majeur"...Allez-y donc saigneur Ouattara! La justice, c'est vous! Allah n'est pas obligé...

Où est donc cet Emmanuel Macron, pour nous rejouer les agents de presse du grand homme ivoirien? Il fait de l'humanitaire au Liban et il donne des leçons de réformisme. Sacré démocrate! La raison du plus fort (banquier, capitaliste) est toujours...

M'enfin, que Ouattara se représente ou pas, ce n'est pas très important. Il est important de ne point se laisser divertir par les gesticulations électorales, démocratiques de ces hommes politiques qui pullulent en Côte d'Ivoire, et sur le continent africain. Il faut arrêter d'accorder la moindre importance aux élections en Afrique (et pas que d'ailleurs). 

La politique, la vraie, est ailleurs.....Elle doit être au sein des populations. C'est à ce niveau, qu'il faut former et informer....engager les débats sur l'éducation, la santé, l'agriculture, accès à l'eau et à l'électricité, la ruralité, les jeunes, les terres arables, les matières premières, l'impérialisme (ce n'est pas une fiction),etc,.

On le sait, aucune élection en Afrique, n'a permis de discuter des questions fondamentales d'un pays. Confère la RDC, le Cameroun... Aucune élection en Afrique n'a permis aux populations de se saisir véritablement de leur destin.....Même en Afrique du Sud, l'apartheid, cette fois-ci économique, sévit avec une violence qui n'a pas encore dit ses derniers maux. 

Les élections en Afrique, pardon pour le cliché, sont une affaire d'élites "tribalisées" ou "racialisés" (Afrique du Sud) qui bataillent pour une gestion coloniale  du pouvoir, une sous-administration de l'économie, des terres, du sous-sol. Le peuple, ou disons les peuples, sont absents. Néantisés....

L'Afrique (les politiques africains) a, pour ainsi dire, un sérieux problème avec les africains.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Aurélien Rousseau, l’autre caution de gauche de Matignon
Le nouveau directeur de cabinet d’Élisabeth Borne, Aurélien Rousseau, a été directement choisi par Emmanuel Macron. Sa réputation d’homme de dialogue, attentif aux inégalités, lui vaut de nombreux soutiens dans le monde politique. D’autres pointent sa responsabilité dans les fermetures de lits d’hôpitaux en Île-de-France ou dans le scandale du plomb sur le chantier de Notre-Dame.
par Ilyes Ramdani
Journal
Législatives : pour les femmes, ce n’est pas encore gagné
Plus respectueux des règles de parité que dans le passé, les partis politiques ne sont toujours pas à l’abri d’un biais de genre, surtout quand il s’agit de réellement partager le pouvoir. Nouvelle démonstration à l’occasion des élections législatives, qui auront lieu les 12 et 19 juin 2022.
par Mathilde Goanec
Journal
Orange : la journée des coups fourrés
Redoutant une assemblée générale plus problématique que prévu, la direction du groupe a fait pression sur l’actionnariat salarié pour qu’il revienne sur son refus de changement de statuts, afin de faire front commun pour imposer la présidence de Jacques Aschenbroich. Au mépris de toutes les règles de gouvernance et avec l’appui, comme chez Engie, de la CFDT.
par Martine Orange
Journal
Élisabeth Borne, une négociatrice compétente et raide au service du président
Ces deux dernières années, celle qui vient de devenir première ministre était affectée au ministère du travail. Tous les responsables syndicaux reconnaissent sa capacité de travail et sa propension à les recevoir, mais ont aussi constaté l’infime marge de manœuvre qu’elle leur accordait.
par Dan Israel

La sélection du Club

Billet de blog
Qu’est-ce qu’un premier ministre ?
Notre pays a donc désormais un premier ministre – ou, plutôt, une première ministre. La nomination d’E. Borne aux fonctions de premier ministre par E. Macron nous incite à une réflexion sur le rôle du premier ministre dans notre pays
par Bernard Lamizet
Billet de blog
par C’est Nabum
Billet de blog
par Fred Sochard
Billet de blog
Qui est vraiment Élisabeth Borne ?
Depuis sa nomination, Élisabeth Borne est célébrée par de nombreux commentateurs comme étant enfin le virage à gauche tant attendu d'Emmanuel Macron. Qu'elle se dise de gauche, on ne peut lui retirer, mais en la matière, les actes comptent plus que les mots. Mais son bilan dit tout le contraire de ce qu'on entend en ce moment sur les plateaux.
par François Malaussena