Charles Kabango
Citoyen
Abonné·e de Mediapart

222 Billets

0 Édition

Billet de blog 10 juin 2020

Flambée du sentiment antiraciste: la belle affaire.

Charles Kabango
Citoyen
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Le raciste et "l'anti-raciste" ont en commun le mot raciste. C'est leur point de départ. Dans anti-raciste, ce n'est pas le prétexte ou le préfixe anti qui compte ou fait sens, c'est le mot raciste qui est...anti n'est pas. Le raciste, l'être, est. L'antiraciste, le non-être, n'est pas. Si bien qu'il éprouve le besoin d'énoncer cette supplique : Black Lives matter. 

Et au "Blanc", quelque peu blanchâtre, de génuflexer en priant le Noir ainsi: 

"pardonne-nous nos offenses
comme nous pardonnons aussi
à ceux qui nous ont offensés
et ne nous soumets pas à la tentation
mais délivre-nous du mal." Amen!

Black ou Noir et Blanc ou White communient. Place aux processions!

Si les processions antiracistes ont pu avoir lieu, en cette période si liberticide, c'est parce qu'elles n'avaient aucune dimension politique. Elles auraient la moindre revendication politique, ma foi, sous prétexte de covid-19, elles auraient été réprimées dans le sang ou la paix du Christ. 

Quelles sont donc ces manifestations contre les violences policières qui épargnent les Etats? On manifeste contre les violences policières (l'Etat), tout en réclamant justice (à l'Etat) pour Adama. Autrement dit, on donne l'occasion à cet Etat de se racheter, et d'asseoir sa toute puissance, sa seule puissance.

Pauvre Adame Traoré! Sais-tu  seulement ce que tu es devenu? Un "républicain". Res publica: chose publique. La chose publique. La chose du public (Noir). 

La justice, dans l'affaire Adama Traoré, est morte-née. Elle n’est plus à rechercher dans la Justice de l’Etat. La justice  a cessé d'être possible, au moment même, où l'on a commencé à parler d'une affaire Adama Traoré. Comme dans toutes les affaires, ce qui compte ce n’est plus la justice, mais l’opinion. 

Justice pour Adama n'est plus qu'un slogan que l’on tourne et retourne dans toutes les sauces-manifestations: de Nuit Debout aux Gilets jaunes. Et   les cuisiniers nous disent que c’est ça la lutte contre le racisme. Trêve de plaisanteries!

Que cherche, au fond, Assa Traoré, que la mère Despentes a qualifié d'Antigone contemporaine? Pourquoi pas, Macron étant lui-même Jupiter... tout est possible dans cette France.

Il y a un déséquilibre inhumain entre le crime raciste et les manifestations antiracistes ambiance babacool. Il y a, comme une parfaite cohabitation dans la République. Nul ne pose sur la table le problème fondamental ou les problèmes fondamentaux.

Adama Traoré et George Floyd, oublions leurs rapports compliqués avec la police,  avaient-ils des existences digne de ce nom? Travaillaient-ils? Leurs vies comptaient-elles déjà  avant les attentats policiers  ? Dans quelle société ont-ils tenté d’exister et pourquoi cela n’a pas été possible ? Quel monde s’offrait à eux? 

Le racisme mortifère subi par ces deux individus n’est-il que le seul fait de la police ? Non.

La violence policière couronne le tout. Elle n’est pas une exception. C’est une violence presque finale. 


Les parlementaires de France ont quand même produit, ont toujours produit ou voté quantité de lois, en vigueur jusqu’aujourd’hui, profondément racistes.

Alors, monsieur Castaner devrait moins faire l’interessant. Le plaquage physique est une chose, mais le plaquage psychologique et moral une autre chose spécifique à l’administration étatique. A quand son interdiction ? 

L’attitude des responsables politiques français vis à vis de cette question est donc outrageusement affligeante. Nullement à la mesure du problème. Qu’est ce qu’on a à foutre des genoux au sol?

Le racisme qui doit nous occuper n’est pas une affaire de sentiments. Mais de droits, notamment  celui des travailleurs immigrés, de justice, d’égalité (réelle)...de politique donc.

 Une lutte contre le racisme (des États) sans prétention révolutionnaire, sans communisme, est une lutte d’arrière garde. 

Et, aussi perturbant que cela puisse paraître pour quelques uns, il ne faudrait guère s’engager dans la lutte contre le racisme dans son costume de « Noir » ou à avec ses gants de « Blanc ». Je suis donc évidemment mal à l’aise à côté de tous ces sympathiques « indigénistes » métropolitains et ces « décoloniaux » sous pression et admiration de l’empire américain.  

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Élisabeth Borne à Matignon : Macron choisit la facilité
Trois semaines après sa réélection, Emmanuel Macron a décidé de nommer Élisabeth Borne comme première ministre. À défaut d’élan ou de signal politique, le chef de l’État a opté pour un profil loyal, technique et discret, dans la veine de son premier quinquennat.
par Dan Israel et Ilyes Ramdani
Journal — Terrorisme
Le manifeste du tueur de Buffalo précise la menace terroriste d’extrême droite
Payton Gendron, le terroriste d’extrême droite qui a tué dix personnes à Buffalo (États-Unis) le 14 mai, a publié un manifeste qui mérite d’être comparé avec celui de Brenton Tarrant, auteur néo-zélandais de l’attentat de Christchurch. En s’inscrivant dans une continuité historique du suprémacisme blanc meurtrier, il appelle aussi à le prolonger.
par Nicolas Lebourg
Journal
Ultradroite : nos enquêtes
En France, six projets d’attentats attribués à l’ultradroite ont été déjoués depuis 2017.  La professionnalisation de ces groupes, leur facilité à s’armer et les profils hétéroclites des activistes inquiètent les services de renseignements.
par La rédaction de Mediapart
Journal
Le « grand remplacement », idéologie meurtrière
Attribué au principal suspect de l’attentat de Christchurch (Nouvelle-Zélande), un manifeste intitulé « Le grand remplacement », en référence au fantasme d’extrême droite du même nom, dénonce les « invasions étrangères » en Europe, et cite tout particulièrement le cas de la France.
par La rédaction de Mediapart

La sélection du Club

Billet de blog
« Grand remplacement » : un fantasme raciste qui vient de loin
La peur d’un « grand remplacement » des « Blancs chrétiens » est très ancienne en France. Elle a connu une véritable explosion à l’ère coloniale, face à la présence, pourtant quantitavement faible, des travailleurs africains en métropole. Alain Ruscio montre ici que ce fantasme raciste fut un filon politique et un calcul abondamment exploités du XIXe siècle à nos jours.
par Histoire coloniale et postcoloniale
Billet de blog
Le radeau de la Méduse ou le naufrage du vieux monde
[Rediffusion] Les connivences du pouvoir politique et financier aux affaires du vieux monde témoignent chaque jour de leur mépris pour les populations et la démocratie. Partout la nostalgie impérialiste de la domination s'impose comme sauvetage de la mondialisation sauvage. Ne laissons pas le saccage et la peur nous plonger en eaux troubles et relisons plutôt Le radeau de la Méduse du génial Géricault.
par jean noviel
Billet de blog
L'UE a dépensé plus de 340 millions d’I.A. pour le contrôle des frontières
Comme l'écrit Statewatch depuis 2007 l'UE a dépensé plus de 340 millions pour la recherche sur les technologies de l’Intelligence Artificielle (I.A.) destinée au contrôle des frontières, des demandeurs d’asile, de l’immigration, alors que la proposition de loi en la matière actuellement en discussion ne fournit pas les sauvegardes contre les emplois dommageables de ces technologies.
par salvatore palidda
Billet de blog
Migrations environnementales #1 : la sécheresse dans la Corne de l’Afrique
Le manque d’eau pourrait, selon l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), concerner 40 % de la population mondiale avant 2050 et pousser à la migration jusqu’à 700 millions de personnes. Dans la Corne de l'Afrique, le réchauffement climatique entraîne déjà des déplacements de population.
par BPI - Migrants, réfugiés, exilés