Charles Kabango
Citoyen
Abonné·e de Mediapart

222 Billets

0 Édition

Billet de blog 14 sept. 2020

COVID-19 : bienvenue dans le désert du réel.

L’occident est-il mort? A l’instar d’une étoile, ne devrait-on pas parler dorénavant de « naine blanche »? Il ne sert plus à rien d’être un anti-occidental. Il faut se déclarer et travailler en faveur d’une nouvelle humanité, avec l’égalité comme horizon indépassable. Une humanité soigneusement "désoccidentalisée".

Charles Kabango
Citoyen
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

L’Occident est dans un état de faiblesse morale spectaculaire. Débâcle psychologique terrible. Liquéfaction... gluante. Désordre mental. Arrogance incompréhensible. Mais la Bible, pas le Coran, nous dit que l'orgueil précède la chute et  les chinois nous apprennent que le poisson pourrit toujours par la tête. C'est exact.

Comment une épidémie aussi « douce », dans une époque scientifiquement et technologiquement si avancée, parvient-elle à semer autant de troubles et dégâts, dans les pays les plus riches et puissants ? Qu’est-ce que ce retour à une mentalité  quasi primitive dans les pays dits « avancés » peut bien vouloir signifier? "L’ensauvagement » en bonne et due des relations internationales et intranationales?

Ose t-on se demander ici en Occident, comment des milliards d’individus dépourvus de tout, n’ayant accès à aucun système de soins, exclus du progrès universel de la médecine, font pour vivre sans emmerder le monde? Sans crier à tue-tête qu’ils sont les victimes de je-ne-sais-quoi ? Non. L’individualisme ou l’ethnocentrisme ou occidentalo-centrisme ou les égoïsmes nationaux font rage.

Si crise sanitaire il y a eu, à échelle de la planète, et si les gouvernements-confineurs sont si soucieux de la santé des citoyens, le moment de déclarer les médicaments et matériel médical biens publics mondiaux n’est-il pas alors arrivé ? Nul n’a osé parler des inhumaines inégalités, ne serait-ce qu'en matière de santé, qui opèrent et s’amplifient  à échelle de la planète, et souvent même à l’intérieur de chaque pays, développés ou non?

L’Occident est obsédé par ses morts. Mieux encore, ses cas. Cela cache un mépris souverain pour la vie (en commun)...La vie des milliards d’individus. L’Occident n’est nullement engagé en faveur de la vie. Une vie n’égale pas  une autre. Un vie française vaut plus qu’une une vie congolaise. C’est en raison de cette logique  inégalitaire et criminel, qu’on a ce spectacle sur la COVID-19. Que cette épidémie « banale » passe pour monumentale ou magistrale. Au point où, certains  croient pouvoir en tirer quelques leçons. Mon œil !

L’humanité arrive au pic d’une crise de l’altérité. L’explosion des inégalités en dit long sur l’étendue du mal. Nous ne vivons pas dans le « même monde ». (La cause écologique apparaît ainsi faussement  universelle. La prétention écologique ne suffit pas. En l’état, sauver la planète, si tant est qu’on puisse la sauver, c’est pérenniser la domination d’une minorité sur la masse. L’exploitation des uns par les autres. Il faut dynamiter la structure inégalitaire du monde. L’écologie, telle qui se montre, dans cet Occident malheureux, est un discours post-politique. Et souvent même « apolitique » pour reprendre un mot savant utilisé par les « gilets jaunes ». L’Occident devient écologique et donneur d’ordres  après avoir exploité la planète et navigué dans les quatre coins du monde comme personne. C’est une écologie de la bonne conscience ça. Tel un fruit trop mûr, mais également  pourri, l’écologie occidentale mérite qu’on ne la consomme pas. Gare à une épidémie gastrique mondiale! Celle-ci ne pourra épargner les enfants.)

L’humanité a impérativement besoin aujourd’hui  de politique. (Cf Éloge de la politique d’Alain Badiou).

Tout ce que ne veulent faire ces « bons médecins » qui se sont accaparés l’espace public et médiatique... Ils sont eux aussi « apolitiques ». Un malade est un malade. Évidemment ! Ils nous servent donc des polémiques qui concourent aux ébats publics: seconde vague/pas seconde vague; utilité du port du masque/non utilité; vaccins/pas vaccins; mutations du virus/ pas mutations....Que sais-je? Des ébats qui, comme chacun peut le constater, contribuent efficacement à une gestion collective et raisonnable de la situation .

Que reste t-il à l'occident à part ses GAFAM... ? Nihil. Oui, comme  l'autre disait:  bienvenue dans le désert du réel... Citons, pour terminer, Saint-Augustin:

 Pour apaiser la peste qui tuait les corps, vos dieux réclament en leur honneur ces jeux scéniques, et votre pontife, voulant éviter cette peste qui corrompt les âmes, s’oppose à la construction de la scène elle-même. S’il vous reste encore quelques lueurs d’intelligence pour préférer l’âme au corps, choisissez qui mérite vos adorations ; car la ruse des Esprits mauvais prévoyant que la contagion allait cesser dans les corps, saisit avec joie cette occasion d’introduire un fléau beaucoup plus dangereux, puisqu’il s’attaque non pas aux corps, mais aux mœurs. En effet, tel est l’aveuglement, telle la corruption produite par les spectacles dans l’âme que même en ces derniers temps, ceux que possède cette passion funeste, échappés au sac de Rome et réfugiés à Carthage passaient chaque jour au théâtre délirant à l’envi pour les histrions.  

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Élisabeth Borne à Matignon : Macron choisit la facilité
Trois semaines après sa réélection, Emmanuel Macron a décidé de nommer Élisabeth Borne comme première ministre. À défaut d’élan ou de signal politique, le chef de l’État a opté pour un profil loyal, technique et discret, dans la veine de son premier quinquennat.
par Dan Israel et Ilyes Ramdani
Journal — Terrorisme
Le manifeste du tueur de Buffalo précise la menace terroriste d’extrême droite
Payton Gendron, le terroriste d’extrême droite qui a tué dix personnes à Buffalo (États-Unis) le 14 mai, a publié un manifeste qui mérite d’être comparé avec celui de Brenton Tarrant, auteur néo-zélandais de l’attentat de Christchurch. En s’inscrivant dans une continuité historique du suprémacisme blanc meurtrier, il appelle aussi à le prolonger.
par Nicolas Lebourg
Journal
Ultradroite : nos enquêtes
En France, six projets d’attentats attribués à l’ultradroite ont été déjoués depuis 2017.  La professionnalisation de ces groupes, leur facilité à s’armer et les profils hétéroclites des activistes inquiètent les services de renseignements.
par La rédaction de Mediapart
Journal
Le « grand remplacement », idéologie meurtrière
Attribué au principal suspect de l’attentat de Christchurch (Nouvelle-Zélande), un manifeste intitulé « Le grand remplacement », en référence au fantasme d’extrême droite du même nom, dénonce les « invasions étrangères » en Europe, et cite tout particulièrement le cas de la France.
par La rédaction de Mediapart

La sélection du Club

Billet de blog
Picasso et la sorcière
[Rediffusion] Picasso, Dora Maar et la culture du viol
par Nina Innana
Billet de blog
Présenter le monde tel qu'il devrait être : contre la culture du viol
[Rediffusion] Dans les médias, au cinéma, sur les réseaux sociaux, dans les séries, de trop nombreuses voix continuent de romantiser et d'idéaliser les violences sexuelles. L'influence de ces contenus auprès des jeunes générations inquiète sur la meilleure
par daphne_rfd
Billet de blog
Procès Amber Heard - Johnny Depp : l'empire des hommes contre-attaque
Cette affaire délaissée par les médias généralistes en dit pourtant beaucoup sur la bataille culturelle qui se joue autour de #metoo.
par Préparez-vous pour la bagarre
Billet de blog
La condescendance
Je vais vous parler de la condescendance. De celle qui vous fait penser que vous ne savez pas ce que vous voulez. De celle qui vous fait penser que vous savez moins que les autres ce que vous ressentez. De celle qui veut nier votre volonté et qui vous dit de vous calmer et que « ça va bien s'passer » (comme le disait M. Darmanin à la journaliste Apolline de Malherbe le 8 février 2022).
par La Plume de Simone