2020: le pic du ridicule.

2020? L’année la plus caricaturale, la plus risible, la plus pathétique que l’humanité ait connue. Pour reprendre un bon mot de Marx, l'on pourrait même dire que 2020 a été, non pas une tragédie mais une farce. Oh terrible farce!

Quelle année! 

Si seulement le ridicule tuait, il va de soi qu'en 2020, la terre serait enfin débarrassée de ce "Zoon" qu'on appelle fièrement Homme. Ne sommes-nous pas rentrer à l'ère du ridicule ? Fini le soupçon. Place au ridicule: Macron qui déclare la guerre au virus; Trump qui parle de virus chinois; Onfray qui a attrapé froid en ayant le covid ; L'OMS qui demande à l'Afrique de se préparer au pire. Comment? Pourquoi?  Au nom de quoi? Dieu seul sait; Et l'Afrique qui s'est mise à l'école du covid-19. Autrement dit l'école des cadavres: où l'on ne compte plus que les morts et on nous les brandit tous les soirs en guise de salut public. Salus ex mortuis

Ridiculement morbide.

Pourquoi le monde (l'Occident en particulier), a t-elle abordé et géré une maladie aussi douce et tempérée que le covid-19, avec une conscience dérangée et surannée? Il y a eu une surréaction occidentale. Le mal être est grand et le malaise palpable.

L'Occident, en dépit de son confort sans égal, de ses richesses économiques, ses prouesses technologique, ses révolutions scientifique, ses dispositifs sanitaires et j'en passe, a eu une peur farouche d'un virus. Ce qui a entraîné une perte collective du bon sens, du common sense, en plus du symptôme covidien qu'est l'anosmie. 

Sauf que l'anosmie de quelques-uns est un moindre mal à côté d'une société qui a perdu tout common sense ou bon sens ou goût du commun. 

Rabelais nous avait pourtant prévenu. Mais  avec les gens comme Castex, la putréfaction de l'âme est assurée. En marche. Walking dead! 

De toutes les mesures que la Chine, qualifié pourtant  de "dictature" par d´ Irréprochables démocraties, a osé prendre, seul  le confinement a captivé les occidentaux. Le récent vaccin chinois ? Les « démocraties » n’en ont cure. 

En 2020, le pic du ridicule a été atteint. Voilà l’événement historique qu’on pourrait résumer dans cette formule orwellienne: « La guerre, c’est la paix. La liberté, c’est l’esclavage. L’ignorance, c’est la force. »

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.