Charles Kabango
Citoyen
Abonné·e de Mediapart

223 Billets

0 Édition

Billet de blog 12 déc. 2020

2020: le pic du ridicule.

2020? L’année la plus caricaturale, la plus risible, la plus pathétique que l’humanité ait connue. Pour reprendre un bon mot de Marx, l'on pourrait même dire que 2020 a été, non pas une tragédie mais une farce. Oh terrible farce!

Charles Kabango
Citoyen
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Quelle année! 

Si seulement le ridicule tuait, il va de soi qu'en 2020, la terre serait enfin débarrassée de ce "Zoon" qu'on appelle fièrement Homme. Ne sommes-nous pas rentrer à l'ère du ridicule ? Fini le soupçon. Place au ridicule: Macron qui déclare la guerre au virus; Trump qui parle de virus chinois; Onfray qui a attrapé froid en ayant le covid ; L'OMS qui demande à l'Afrique de se préparer au pire. Comment? Pourquoi?  Au nom de quoi? Dieu seul sait; Et l'Afrique qui s'est mise à l'école du covid-19. Autrement dit l'école des cadavres: où l'on ne compte plus que les morts et on nous les brandit tous les soirs en guise de salut public. Salus ex mortuis

Ridiculement morbide.

Pourquoi le monde (l'Occident en particulier), a t-elle abordé et géré une maladie aussi douce et tempérée que le covid-19, avec une conscience dérangée et surannée? Il y a eu une surréaction occidentale. Le mal être est grand et le malaise palpable.

L'Occident, en dépit de son confort sans égal, de ses richesses économiques, ses prouesses technologique, ses révolutions scientifique, ses dispositifs sanitaires et j'en passe, a eu une peur farouche d'un virus. Ce qui a entraîné une perte collective du bon sens, du common sense, en plus du symptôme covidien qu'est l'anosmie. 

Sauf que l'anosmie de quelques-uns est un moindre mal à côté d'une société qui a perdu tout common sense ou bon sens ou goût du commun. 

Rabelais nous avait pourtant prévenu. Mais  avec les gens comme Castex, la putréfaction de l'âme est assurée. En marche. Walking dead! 

De toutes les mesures que la Chine, qualifié pourtant  de "dictature" par d´ Irréprochables démocraties, a osé prendre, seul  le confinement a captivé les occidentaux. Le récent vaccin chinois ? Les « démocraties » n’en ont cure. 

En 2020, le pic du ridicule a été atteint. Voilà l’événement historique qu’on pourrait résumer dans cette formule orwellienne: « La guerre, c’est la paix. La liberté, c’est l’esclavage. L’ignorance, c’est la force. »

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — International
Être LGBT+ en Afghanistan : « Ici, on nous refuse la vie, et même la mort »
Désastre économique, humanitaire, droits humains attaqués… Un an après avoir rebasculé dans les mains des talibans, l’Afghanistan n’en finit pas de sombrer. Pour la minorité LGBT+, le retour des fondamentalistes islamistes est dévastateur.
par Rachida El Azzouzi et Mortaza Behboudi
Journal — International
« Ils ne nous effaceront pas » : le combat des Afghanes
Être une femme en Afghanistan, c’est endurer une oppression systématique et brutale, encore plus depuis le retour au pouvoir des talibans qui, en un an, ont anéanti les droits des femmes et des fillettes. Quatre Afghanes racontent à Mediapart, face caméra, leur combat pour ne pas être effacées. Un documentaire inédit.
par Mortaza Behboudi et Rachida El Azzouzi
Journal
Un homme condamné pour violences conjugales en 2021 entre dans la police
Admis pour devenir gardien de la paix en 2019, condamné pour violences conjugales en 2021, un homme devrait, selon nos informations, prendre son premier poste de policier en septembre dans un service au contact potentiel de victimes, en contradiction avec les promesses de Gérald Darmanin. Son recrutement avait été révélé par StreetPress.
par Sophie Boutboul
Journal — Climat
Près de Montélimar, des agriculteurs exténués face à la canicule
Mediapart a sillonné la vallée de la Valdaine et ses environs dans la Drôme, à la rencontre d’agriculteurs qui souffrent des canicules à répétition. Des pans de récoltes grillées, des chèvres qui produisent moins de lait, des tâches nouvelles qui s’accumulent : paroles de travailleurs lessivés, et inquiets pour les années à venir.
par Sarah Benichou

La sélection du Club

Billet de blog
Céline, le trésor retrouvé - La piste Morandat (5/9)
Dans ses lettres, Céline accuse Yvon Morandat d’avoir « volé » ses manuscrits. Morandat ne les a pas volés, mais préservés. Contacté à son retour en France par ce grand résistant, le collaborateur et antisémite Céline ne donne pas suite. Cela écornerait sa position victimaire. Alors Morandat met tous les documents dans une malle, laquelle, des dizaines d’années plus tard, me sera confiée.
par jean-pierre thibaudat
Billet de blog
Céline, le trésor retrouvé - L’inventaire (2/9)
Des manuscrits dont plusieurs inédits, son livret militaire, des lettres, des photos, des dessins, un dossier juif, tout ce que l’homme et l’écrivain Céline laisse chez lui avant de prendre la fuite le 17 juin 1944. Un inventaire fabuleux.
par jean-pierre thibaudat
Billet de blog
Céline, le trésor retrouvé - La révélation (1/9)
Comment, par les hasards conjugués de l’Histoire et de l’amitié, je me retrouve devant un tombereau de documents laissés par Céline dans son appartement de la rue Girardon en juin 1944. Et ce qui s’ensuivit.
par jean-pierre thibaudat
Billet de blog
Céline, le trésor retrouvé - Oscar Rosembly (4/9)
Depuis longtemps les « céliniens » cherchaient les documents et manuscrits laissés rue Girardon par Céline en juin 1944. Beaucoup croyaient avoir trouvé la bonne personne en un certain Oscar Rosembly. Un coupable idéal.
par jean-pierre thibaudat