Covid-19: Macron, "communiste sans communisme".

Macron, président des riches, en appelle enfin à la "solidarité" nationale.

Elections à tout prix

On ferme les crèches. Les écoles. Les collèges. Les lycées. Les Universités. ...Mais, les "scientifiques" ont jugé qu'il n'est pas opportun de reporter les élections municipales, dans un contexte d'inquiétudes généralisées, de presque folie pour tous.

Que la "science" conseille la fermeture des crèches et des écoles, pourquoi pas... Que cette même "science" conseille au Prince le non report les élections, on est en droit de se demander à quoi cette science joue au juste? 

La société n'est-elle pas mobilisée pour autre chose? N'a t-on pas mieux à faire, en ce qui concerne la ville de Paris, que de comparer entre fameuse remplaçante de Griveaux et la Dati de Sarkozy? Ne pouvait-on pas procéder à un référendum: êtes vous d'accord pour le maintien des élections municipales, en plein coronavirus, oui ou non?

On interdit les rassemblements, les meetings....On créé un climat de guerre. Guerre contre le coronavirus...en même temps, on demande au citoyen d'aller voter. Autrement dit, le citoyen va voter avec un fusil sur la tempe. L'électeur n'a qu'à bien se laver les mains, bien voter...sinon c'est le virus qui l'emportera. Covid par-ci, Le Pen par là.....Macron partout!

Macron profite de la crise sanitaire.  Sa nature de banquier converti en démocrate reprend toujours le dessus. 

Il a beau dire....nous percevons ses petits calculs. Ses petits sentiments. Ses petites prises de conscience.  Et qu'il ne nous accuse pas de nier ou de contester la "science". Surtout pas! Il ne manque plus que les "scientifiques" fassent de lui son unique porte-parole!

Lui, Macron, en tant que porte flambeau du capitalisme mondialisé, il n'est tout simplement pas crédible pour nous donner des leçons de solidarité. Nous ne l'avons pas attendu.

La santé n'a pas de prix

Dans son adresse à la nation, Macron a proclamé que la santé n'a pas de prix. Très bien! Et pourtant, les prix des masques et des gel hydroalcooliques ont bondi....

C'est aussi son gouvernement qui s'est engagé à faire des économies dans les hôpitaux publics. Bon, le processus a commencé avant lui. Et pendant la campagne, un Fillon même voulait aller plus loin. Souvenons-nous de cette visite glaciale de François Fillon dans un EPHAD dans le Val de Marne. Ce dernier voulait augmenter le temps de travail, effectuer des coupes, etc.

En 2018, la ministre de la santé, aujourd'hui candidate non menacée par le Coronavirus, dans une circulaire, à révéler  que "le niveau des économies sur le champ des établissements de santé s'élève à 1,6 milliards d'euros". Une circulaire qui rentrait en contradiction avec les promesses de Sir Macron. Et, Macron et Fillon c'est la même famille. C'était l'un ou l'autre de toute façon!

Quelle est cette escroquerie? 

Bien sûr qu'avec Macron et ses réformes capitalistes, libérales, la santé a un prix. Son gouvernement a même lancé un débat assez surréaliste sur l'Aide Médicale d'Etat, qui ferait l'objet d'abus de la part des étrangers en situation irrégulière...mais quel abus? Sont-ils en excès de santé comme certains sont en excès de fric au point de s'évader fiscalement?

Macron, sous ses airs d'humaniste, transforme tout simplement la France en une vaste champ humanitaire. Ce qui est un mauvais signe.  Les pays pauvres savent ce qu'est l'humanitaire. Haïti en premier lieu.

Pourquoi Macron ne profite pas de cette crise pour renoncer à ses réformes libérales de privatisation? Pourquoi, ce vertueux, ne peut-il pas annoncer l'arrêt "momentané" de sa réforme de retraite? Le camp d'en face ne peut manifester...qu'il range donc le document! Démocratie oblige!

Pourquoi, au lieu de transformer les domiciles en lieu de salariat,  cette crise ne suscite pas chez Macron une réflexion sur le temps et le partage de travail? Et si les gens travaillaient moins...n'affronterait pas t-on ce type de crise plus sereinement ?

Macron est cynique.

Certes, sur BFMTV, monsieur Duhamel a déjà décrété que le discours du président allait rentrer dans les annales...Qu'il a été à la hauteur. Comme Hollande, évidemment, lors des attentats.

La hauteur de ces gens, de ces présidents, se taillent sur les malheurs du peuple. Ils prospèrent dans le malheur....Un président qui traverse son quinquennat sans malheur de masse, c'est quand même un président malchanceux.

Le Covid-19: Un traitement à part

Macron a prescrit son ordonnance à la nation française. Il dit qu'il va proposer au G7 de se réunir. La belle affaire...La Chine dans tout ça? Macron appelle Trump mais pas le président chinois, pourquoi? Trump n'a pas encore eu à gérer cette épidémie comme l'a fait la Chine. Sa seule décision spectaculaire, après avoir banalisé la maladie, est d'avoir interdit les vols d'Europe vers sa puritaine Amérique.

Je ne suis pas un expert. Peut-être gagnerais-je à la fermer...Mais il me semble que le premier cas de Coronavirus découvert au Cameroun par exemple était un français. Puis sa maîtresse. Si Macron doit regarder quelque part...tenter d'agir en concert, ça ne peut pas être seulement avec les pays riches. Avec le puissant Trump. Macron doit bien sûr travailler avec l'Europe....mais aussi l'Afrique. Il s'agit bel et bien là d'un continent voisin et vulnérable.

Pourquoi un G7? Alors qu'il y a l'OMS? L'ONU? Il s'agit d'une pandémie, non d'une Gseptémie. Pourquoi privilégier ici le G7 ? Macron tente de bien se faire voir à l’intérieur comme à l’extérieur .... Est-ce que ce sont toujours les "scientifiques" qui lui ont proposé cette idée stratégique de G7?

Les mesures de solidarité dans une économie de concurrence et dans un monde de plus en plus inégal

Le communisme est l'avenir de l'humanité. Que cette crise sanitaire inédite, d'après Macron lui-même, lui serve de leçon.

Ses appels à la solidarité et consort sont assez amusants. Simplement, le capitalisme perd le Nord en pareille circonstance et créé dans la société une ambiance délétère. Une compétition de prix. Un affolement des marchés.  Le capitalisme, en vérité, est un artifice....incapable d'affronter un virus avec calme et raison.

La solidarité, la vraie, c'est à dire le communisme, ne peut et doit être, dans une société, dans ce monde une mesure d'exception. Mais ce que Macron a proposé ce soir ce n'est pas le communisme. Rêvons pas! Macron a fait du Greta Thunberg. Elle aussi, en parlant du climat, nous exhorte, nous somme d'écouter la science. 

Le salariat n'est que désorganisé, un poil fragilisé, par le virus. Mais demain, il faudra vraiment l'abolir. En même temps que les frontières: tant pis pour Trump!

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.