Toute la misère du monde est-elle accueillie quelque part?

Fachos et fâchés sont vent debout contre le pacte mondial des migrations. Même sans l'avoir lu, ils le condamnent déjà, tellement la peur les aveugle. Pour ces égotistes souverains,le pacte sacrifierait leurs pays à la submersion migratoire. C'est pourtant l'exact contraire. Ce pacte est un véritable mur juridique entre nations pauvres et nations riches; C'est le protectionnisme solidaire.

Le nombre de déplacés dans le monde est estimé par l'ONU à 258 millions de personnes, soit 3,4% de la population mondiale. L'humanité, fort de ses 7 milliards d'habitants, ne traverse nullement une crise des migrations. On pourrait même parler de façon très provocatrice d'un club très fermé de personnes qui se déplacent. 

Source: ONU (2017)/  AFP Source: ONU (2017)/ AFP

 

Bien. Très bien même. Il est évident que la "misère" du monde n'est accueillie nulle part. Elle patauge sur place. Reste à comprendre pourquoi le socialiste Michel Roccard se mettait déclarait que la France ne peut accueillir TOUTE LA MISÈRE DU MONDE.

Quant à la ruée vers l'Europe, on le constate également, elle est tout sauf africaine. Monsieur Stephen Smith ayant battu campagne dans la belle France, sous le thème de l'africanisation de l'Europe, et plus spécifiquement de la France devrait être poursuivi pour incitation à la haine... "raciale". Car, ne nous trompons pas, l'africanisation pour ce spécialiste de l'Afrique, ne veut et ne peut  rien d'autre que la présence en Europe des personnes d'un teint foncé, marron ou noir. Le spécialiste Smith n'a pas dit à l'Europe, qu'en Afrique, les quelques vieux de ce continent ont parfois pitié de cette abondante jeunesse totalement "occidentalisée". Il y a, il y aura plus de jeunes qui parleront "européen" ( français, anglais, espagnol ou même allemand) qu' "africain" (swahili, wolof, lingala, dioula, malinké, l'amahrique, le berbère). Quant au mode de vie, on va davantage à une imitation, une standardisation du mode de vie "occidentale". Même dans les fameuses banlieues "islamisées". S'il y a un continent "en voie de disparition", qui a même déjà disparu c'est "l'Afrique", aussi paradoxale que cela puisse paraître. Ce n'est pas l'Europe. La crainte de ce continent vis à vis de l'immigration extra-européenne est sans fondement sérieux et essentiellement raciste ou racialiste. Elle mérite raillerie et condamnation radicale. 

La réalité est que l'Afrique migre très peu. Malheureusement!  Et lorsqu'elle migre, c'est à l'image de ces 750.000 congolais: elle fuit les violences et se déplace à l’intérieur du continent. Qu'est-ce qui pourrait expliquer la perpétuelle campagne anti-immigrés, anti-travailleurs immigrés dans un pays comme la France? Parce qu'avant l'immigration africaine, il y a eu dans ce pays une immigration strictement européenne tout aussi violente et infâme dans les mots et les accusations. Chaque Président de la République ou chaque premier ministre qui passe doit lâcher à la vindicte populaire la peau de l'immigré.

Parlons un peu de la République centrafricaine. Ce pays n'est pas toute la misère du monde, mais c'est le pays le plus pauvre du monde. Le nombre de millionnaires dans un pays comme la France est supérieur à toute la population centrafricaine. Le smicard de Poitou-Charentes à Bangui est un incontestable Roi de Pique. Il peut paisiblement embaucher une dizaine, une vingtaine de citoyens. Quant à Carlos Ghosn, là-bas, il passerait pour Dieu-le créateur, maître de l'Univers. Bernard Arnault, l'homme qui vend les bijoux, parfums en diamants, quant à lui, n'existe tout simplement pas, pour le paysan de Gamboula ou de Bria. Le paysan ne s'imagine pas qu'il y a un homme de ce genre. Des univers proprement parallèle. Et c'est ce paysan, s'il migre vers Paris, qu'on accusera de creuser les déficits publics.

Déferlement des inégalités plutôt, et non déferlement migratoire.

Florence Parly,  Ministre des Armées, s'est rendue ce 10 décembre en République centrafricaine. Bien sûr les souverainistes français n'ont pas pu se demander ce qu'allait chercher madame la ministre de la guerre dans un pays aussi "pauvre" et  appauvri. Un pays sec qui a besoin de tout sauf des armes. Florence Parly est allée livrer les armes à ce pauvre pays dont l'armée souveraine se fait coacher à domicile par la sympathique armée française. Pendant ce temps, c'est le Cameroun voisin, et lui-même en crise, qui réceptionne les plus de 200.000 réfugiés (misérables) centrafricains dans l'une de ses régions les plus abandonnées.

Oui, la ministre des Armes s'est vantée de ce que la France est le premier partenaire de la Centrafrique pour l'"aide au développement", avec 130 millions de financements par an. Tout comme Valéry Giscard d'Estaing, en son temps, pouvait  gratuitement se vanter, d'avoir assisté au sacre de l'empereur Bokassa.

Verser de l'argent et lancer des programmes hors-sol ou sous-sol à  un pays comme la RCA, ça aide énormément, il n'y a que la France et les institutions de Bretton woods pour continuer à penser l'essor de l'Afrique de cette manière.

De quoi a besoin la RCA? De centrafricains éduqués, formés dans tous les domaines. En masse. Au lieu d'envoyer une ministre des Armes dans un pays très pauvre vanter 130 millions d'euros de financement "sous conditionnalités" non dévoilées, pourquoi ne pas miser sur la formation des centrafricains? Pourquoi ne pas faciliter massivement  l'accès d'étudiants centrafricains dans les universités françaises? Sur les plus de douze mille étudiants centrafricains, la France a accueilli en 2016/2017,  760 étudiants centrafricains. Lorsqu'on convoite des diamants d'un pays, on peut au moins multiplier ce chiffre par 3....ou à défaut, envoyer les BHL là-bas pour enseigner des les écoles du primaires et du secondaires. 

La misère du pays le plus pauvre de la planète, malgré ses liens très historiques avec la France,  s'exporte de façon très très dérisoire dans la cinquième puissance mondiale. Nul n'est dupe. Dans sa relation avec la misérable RCA, la France gagne plus qu'elle ne perd. Elle exploite plus qu'elle n'aide.

Sur le site internet du ministère des affaires étrangères, on peut lire sous le chapitre des relations bilatérales France/RCA, que le pays des droits de l'homme a octroyé plus de 76 M€ d’aide civile en 2014-16, on lit également qu'"en vue de protéger les populations civiles face au cycle de très graves violences, la France a déployé à partir du 5 décembre 2013 l’opération Sangaris". Hélas, on ne lit ce que les entreprises françaises font comme bénéfices, on ne lit pas les contrats...on ne dit pas qui finance , qui arme les groupes armés dans ce pays? On entretient donc le mythe de la nation bienfaitrice.....accueillante.....et à côté de tous ça, en France, ce sont les immigrés qui doivent payés le prix de la corruption des élites françaises, de la concurrence, du capitalisme, du nationalisme.

A t-on depuis 1960, entendu le peuple souverain des gilets jaunes, des Insoumis dont le chef est un mittérandien aveuglé, des fascistes non pas simplement dénoncé les agissements de la République française, mais se positionner radicalement en faveur des masses africaines, de leur émancipation?

A t-on entendu le peuple souverain de France se soucier de la souveraineté des autres pays? La souveraineté réclamée aujourd'hui par une catégorie de la population française est souveraineté réactive et négative. Elle n'a rien de souveraine, puisqu'elle est prisonnière de ses seuls intérêts. La souveraineté dont il doit être question dans une perspective non capitaliste est la souveraineté de l'humanité en tant  que telle: l'égalité. L'égalité des droits. L'égalité stricte des nationalités. 

La gauche n'est pas sur ce terrain, elle est écologique  hé bien que le vent l'emporte. Qu'advienne pour de bon une conscience véritable internationaliste et égalitariste. Tel est notre horizon commun.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.