Charles Kabango
Citoyen
Abonné·e de Mediapart

222 Billets

0 Édition

Billet de blog 13 août 2020

Dj Arafat: mort et vif.

Un an après sa mort, l’artiste ivoirien Dj Arafat reste toujours vivant dans le cœur de la jeunesse ivoirienne et même d’une certaine jeunesse africaine. Cette survivance est inédite et symptomatique d’un mal: le vide politique. Brûlons le présent!

Charles Kabango
Citoyen
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

La question ne peut plus être de savoir si Dj Arafat était un exemple pour la jeunesse de son pays ou africaine. Il est manifestement dans le cœur des millions de jeunes africains. 

Depuis les spectaculaires funérailles, il y a un an, la Côte d’Ivoire n’a pas encore tourné la page Arafat. Et elle n’est pas prête de tourner. Le cadavre d’Arafat hantera encore pour un bon pour le pays.

Le pays a pourtant tourné la page d’un Ggagbo... Une fois que ce dernier a été conduit à la CPI, elle s’est abandonnée dans les mains d’un Ouattara.

Dj Arafat symbolise quelque chose qui va au-delà de la musique. C’est le corps politique de la Côte d’Ivoire. Il incarne, ou incarnait, mieux que quiconque cette Côte d’Ivoire, dont la principale caractéristique est sa jeune population. Trait commun qu’elle partage avec tous  les pays africains subsahariens.  

Une jeunesse, hélas, sans orientation, sans éducation, lésée, qui semble n’arriver qu’à se hisser au prix de sa destruction...Une jeunesse débrouillarde en somme. Un Dj c’est un débrouillard...Une jeunesse qui tente elle-même de se prendre en charge comme elle peut. Mais les limites d’une telle aventure ne cesse de nous frapper. 


Dj Arafat a trop bien senti son pays, et en un certain l’Afrique. En cela, il ne pouvait qu’être un « artiste » à succès. Un « artiste » populaire. 

L’existence de Dj Arafat donne enfin un « sens » à la vie de ces  jeunes. Spontanément, ils sont parvenus à ritualiser avec un franc succès l’an de son décès. Du jamais vu! Là où il est, Dj Arafat n’a plus rien à envier à un Mandela.

Cependant, l’existence de Dj Arafat  est symptomatique du vide dans lequel la jeunesse africaine aujourd’hui doit foncer si elle veut espérer  gloire, argent, enfin une reconnaissance, une dignité ....Si elle veut, en quelque sorte se détacher de l’oubli collectif.

Aujourd’hui, un jeune africain qui n’a ni gloire, ni argent, ni travail n’existe pas. Il ne sert à rien et la « société » est là pour le lui rappeler.

Arafat a pu vaincre l’oubli ....mais n’était-il pas déjà mort ou mourant comme une bonne partie de la jeunesse africaine ? Ne luttait-il pas tout simplement contre l’oubli ....Avec ses codes, ses tripes,  et son langage. D’où cet excès de vie, vie à toute allure,  qui a peu à voir avec le courage, mais plutôt un instinct morbide ou une déchirure interne que la société se montre incapable de guérir, et contribue plutôt à l’élargir ?

Dj Arafat est  devenu en Côte d’Ivoire un fétichisme.  Aucune autorité n’a eu le cran d’informer l’opinion sur les conditions et les raisons de son accident. On suppose un excès de vitesse, mais conduisait-il en état d’ébriété ou l’emprise de quelques drogues ? Mystère ! Et cette femme qu’il a percuté avec sa moto, est-elle encore en vie ? Nul ne songe à prendre de ses nouvelles... C’est pourtant la victime par excellence dans cette histoire.

Il y a pire que la mort de Dj Arafat, c’est l’oubli de cette femme. C’est l’oubli de la jeunesse africaine, qui s’oublie elle-même, paradoxalement, en célébrant de manière excessive Dj Arafat. L’excès nuit....

Ayant déjà écrit sur Dj Arafat, lors de ses obsèques, ici même sur mediapart, je voudrais ne pas m’étonner sur le fait qu’aucun intellectuel ivoirien ou africain n’a cru bon consacré sa plume pour tenter d’analyser le phénomène Arafat...C’est le signe que la jeunesse africaine est la grande oubliée, méprisée  de l’humanité...oubliée et méprisée par ses élites politiques et intellectuelles.

Cette article n’est donc pas un crachat à la mémoire de Dj Arafat, mais un coup de gueule à l’endroit des élites politiques et intellectuelles africaines qui ne sont pas à la mesure des transformations démographiques que le continent est en train de subir.  Ils ne sont pas d’un très secours pour la jeunesse africaine: coeur malade de l’Afrique. Donc du monde.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Élisabeth Borne à Matignon : Macron choisit la facilité
Trois semaines après sa réélection, Emmanuel Macron a décidé de nommer Élisabeth Borne comme première ministre. À défaut d’élan ou de signal politique, le chef de l’État a opté pour un profil loyal, technique et discret, dans la veine de son premier quinquennat.
par Dan Israel et Ilyes Ramdani
Journal
Le maire écologiste de Grenoble fait voter l’autorisation du burkini sous les invectives
Lundi soir, malgré les pressions et après un conseil municipal interminable, Éric Piolle a fait adopter, sur le fil, un changement du règlement intérieur des piscines municipales. Les militantes qui se sont battues pour pouvoir porter le burkini reviennent, pour Mediapart, sur la genèse de leur combat. 
par Pauline Graulle et David Perrotin
Journal
Libertés fondamentales : Darmanin désavoué par le Conseil d’État
La dissolution du Groupe antifasciste Lyon et environs (Gale), prononcée par le gouvernement à l’initiative du ministre de l’intérieur, est suspendue. Les trois dernières dissolutions du quinquennat se sont soldées par des revers devant la justice. 
par Camille Polloni
Journal — Terrorisme
Le manifeste du tueur de Buffalo précise la menace terroriste d’extrême droite
Payton Gendron, le terroriste d’extrême droite qui a tué dix personnes à Buffalo (États-Unis) le 14 mai, a publié un manifeste qui mérite d’être comparé avec celui de Brenton Tarrant, auteur néo-zélandais de l’attentat de Christchurch. En s’inscrivant dans une continuité historique du suprémacisme blanc meurtrier, il appelle aussi à le prolonger.
par Nicolas Lebourg

La sélection du Club

Billet de blog
Pour Emily et toutes les femmes, mettre fin à la culture du viol qui entrave la justice
Dans l'affaire dite du « viol du 36 », les officiers de police accusés du viol d'Emily Spanton, alors en état d'ébriété, ont été innocentés. « Immense gifle » aux victimes de violences masculines sexistes et sexuelles, cette sentence « viciée par la culture du viol » déshumanise les femmes, pour un ensemble de collectifs et de personnalités féministes. Celles-ci demandent un pourvoi en cassation, « au nom de l’égalité entre les hommes et les femmes, au nom de la protection des femmes et de leur dignité ».
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
Picasso et la sorcière
[Rediffusion] Picasso, Dora Maar et la culture du viol
par Nina Innana
Billet de blog
Procès Amber Heard - Johnny Depp : l'empire des hommes contre-attaque
Cette affaire délaissée par les médias généralistes en dit pourtant beaucoup sur la bataille culturelle qui se joue autour de #metoo.
par Préparez-vous pour la bagarre
Billet de blog
La condescendance
Je vais vous parler de la condescendance. De celle qui vous fait penser que vous ne savez pas ce que vous voulez. De celle qui vous fait penser que vous savez moins que les autres ce que vous ressentez. De celle qui veut nier votre volonté et qui vous dit de vous calmer et que « ça va bien s'passer » (comme le disait M. Darmanin à la journaliste Apolline de Malherbe le 8 février 2022).
par La Plume de Simone