Merci qui ? Merci...Griveaux!

Erections municipales, véritable piège à « cons »!

Dans son mauvais sujet repenti, le brave Brassens bouclait sa chanson ainsi :

« Quell'décadence

Y a plus d'moralité publique

Dans notre France. »

 Les « soutiens » de Griveaux se croient les gardiens d’un certain ordre. Ils croient que « soutenir » Griveaux vaut quelque chose. Pire, ils pensent que ce fair play démocratique exprime autre chose que leur corruption collective. 

Avec ou sans sextape, la « démocratie » en France, voire en Occident relève depuis belles lurettes de la pornographie. De l’obscénité.  

Et en ce qui concerne Griveaux, on n’a pas attendu la fameuse sextape, pour rentrer dans son intimité.

Pour conquérir la ville de Paris, lui Griveaux, s’est mis volontairement en scène dans des émissions, des interviews... qui n’avaient strictement rien de politique. On l’a vu dans une émission culinaire masser du poisson, rigoler, boire... toucher du condiment. On l’a lu dans la presse nous parler du mari qu’il est, du papa qu’il incarne... on l’a lu, il mettait en avant sa femme et ses enfants, pour montrer à ses électeurs à quel point, lui Griveaux, sera le candidats des enfants, des femmes, des parents, et que sais-je ?

 Aucun « moraliste » en service à l’époque pour s’indigner de ce candidat inutilement bavard sur sa vie intime.

Aujourd’hui , on apprend que le bon papa, bon mari (je reste fidèle aux interviews de l’intéressé) et l’ex improbable futur maire de Paris renonce à la course à la mairie.

 Pourquoi donc ?  Une vidéo à caractère sexuel du Marcheur parisien circule. Une autre dimension de sa vie intime révélée. Soudain, le Griveaux redevient très pudique et très protecteur. Il décide  de renoncer à la Municipalité de Paris. Et là, les anges de la télé-réalité politique font les indignés : Soutien à Griveaux!

La classe politique (les fameux anges) s'insurge. On a dit "élections", non érections, bande de cons! Tu comprends, Piotr.P?

M'enfin, ce qui est indigne c'est la politique elle-même, telle qu'elle se donne à voir, telle qu’elle se fait. Avec ou sans sextape au menu. Avec ou sans les Griveauxeries.

L'intimité de Griveaux, on l'avait déjà un peu vue et goûtée... Merci à ses ingénieux communicants pour le service rendu.

Entre Griveaux dans une cuisine mastiquant la dorade et Griveaux dans une chambre astiquant son zizi, je ne vois aucune espèce de différence.

L'hypocrisie devant le sexe ici est phénoménale. L'incident est malheureux, bien sûr!

Mais pourquoi Griveaux démissionne ?  Est-ce là la preuve d’une quelconque probité ? La preuve qu’il s’agit d'un valeureux politique ? ou la preuve d'un corrompu viscéral qui tente se faire passer pour un saint complet, un époux modèle...?

Le valeureux politique n'est pas un saint. Ce n'est pas un ascète. Et en réalité, en politique, nul ne pourrait confondre une attaque en dessous de la ceinture et une attaque idéologique.

Que l'attaque en dessous de la ceinture l'emporte, c'est peut-être révélateur d'une inconsistance idéologique....de  Griveaux, certes, mais de nos démocraties occidentales.

La politique doit-elle s'incliner devant le cul ?

Comment se fait-il que l'homme qui voulait transformer la Gare de l'Est en un immense espace vert se retire des Municipales (sa mission "salvatrice"), sous le prétexte qu'une video mettrait en péril sa "famille",  la "démocratie"?

Soutenir Griveaux serait lui demander de garder sa candidature. Tout le reste : hypocrisie! Et Griveaux lui-même, en se retirant, ne se grandit nullement, bien au contraire... Il dévoile ce qu’il est réellement :  un minuscule homme politique. 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.