Charles Kabango
Citoyen
Abonné·e de Mediapart

222 Billets

0 Édition

Billet de blog 14 juin 2020

Le Noir « occidental » est-il un « noir » comme les autres ?

Le « Noir » occidental se croit universel. Rien ne le distingue plus du « Blanc » qu’il désigne, vénère et envie si incroyablement, en faisant mine d’engager contre lui une guerre sans merci. Alors, qu’il ne s’agit que d’un misérable cri de détresse: Black Lives Matter.

Charles Kabango
Citoyen
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Ce samedi 13 juin, je ne suis guère allé manifester. Comme il faisait si beau, plutôt que de faire l’intéressant en terrasse, j’ai opté pour une promenade en velib. Croyant que la manifestation aurait lieu quelque part dans une banlieue, question de narguer ces « Blancs », je me suis dirigé sans réfléchir vers République.

Sauf que la République avait fermé ses portes. Elle s’était barricadée. Je me trouvais donc aux côtés des manifestants. Avec des pancartes :

Black Lives Matter. No Justice no peace. Justice pour Adama. Noir et Fier. Zemmour ta gueule. Stop au racisme. Agressez-nous, vous êtes filmés. Je suis Adama. Justice et Respect, etc.

En somme, aucune mais alors aucune revendication concrète, réelle de la part des manifestants. Aucune revendication pour les travailleurs immigrés, sans-papier ou non, qui font l’expérience quotidienne d’un racisme légal. Aucune revendication sur l’amélioration du  Code de l'entrée et du séjour des étrangers et du droit d'asile, véritable code raciste que les gouvernements de gauche et de droite se plaisent à colorier/décolorier. Aucune revendication sur les femmes immigrées qui accouchent à l’hôpital et qu’on balance dehors sans qu’elles savent où aller. Aucune revendication au sein des entreprises, véritables niches racistes/antiracistes.  

Les « Noirs » de Château Rouge, de Château d’Eau, qui manifestent quotidiennement leur non-existence sur le trottoir, ne peuvent nullement se sentir concernés par ce qui s’est déroulé hier Place de République. Et les « Noirs » d’Afrique, vibrent-ils à l’unisson? Se sentent-ils,  doivent-ils se sentir, peuvent-ils  se sentir interpellés, par le « Mouvement de Paris » et les mouvements aux USA? Non.

Les « gilets jaunes », bien que « nationalistes » (c’est pas une insulte) et sans idée générale, ont eu bien plus de répercussions en Afrique noire, ou au sein de certaines populations écrasées véritablement en France. Ainsi, a t-on vu naître chez les « Sans-papiers », le mouvement les « gilets noirs ». Rendant ainsi hommage aux chers « gilets jaunes ».

Le seul détails Place de la République  qui mettait le baume au cœur est qu’il y avait plein de jeunes. Ils avaient la conviction d’être là pour changer un système. Pour la « justice ». L’intention est appréciable. La mobilisation est respectable.

M’enfin, avec des mots d’ordre qui témoignent d’une absence radicale de la pensée et de ce que l’on souhaite réellement et concrètement pour les personnes victimes de racisme, il  faut bien avouer que tout ce spectacle ne rime à rien, ou peut-être rime avec l’identitarisme ambiant. Ce qui est super triste!

Manifester en bravant une pancarte « Justice pour tous », « Justice et Respect »...n’a rien de plus frappant et révolutionnaire que le « Liberté-Egalité-Franternité » qu’on voit un peu partout dans les rues. Certains « Républicains » sont un peu embêtés donc. Ils ne comprennent pas comment on ose critiquer leur bel et cher universalisme: Mais arrêtez les cocos, la France ce n’est pas les États-Unis, ici tout va bien...D’autres, du type Melenchon, ne peuvent qu’être très heureux dans ce type de manif véritablement sensationnelle. Ils n’y voient aucun inconvénient : et c’est vrai, c’est sans inconvénient. Jeu ou pancartes à somme nulle!

Faut-il revendiquer ou manifester en tant que « Noir »? Pas du tout...puisque, comme je l’ai déjà  mentionné , la contradiction subjective du « Noir » occidental qui manifeste aujourd’hui, ce n’est pas tant le « Blanc », c’est le « Noir » de Château d’Eau ou d’Afrique, lequel fait l’expérience de la misère du monde. 

Le « Noir » occidental a un problème de place et de reconnaissance dans la « société occidentale ». C’est humain...Cependant,  l’avenir de l’humanité ne se joue nullement dans une place ou quelques places supplémentaires accordées à quelques «Noirs ». Il faut déconstruire l’Occident et donc ses mythes criminels :Noir, Blanc, etc.

Il faut détruire l’Occident s’attaquer à la propriété privée.  Au capitalisme et sa démocratie mensongère.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Zemmour et Pétain : une relaxe qui interroge, des motivations qui choquent
La relaxe d’Éric Zemmour pour ses propos sur un prétendu « sauvetage » des juifs français par Pétain a suscité de vives réactions. Les historiens que nous avons interrogés ne sont pas tant choqués par la relaxe - la loi Gayssot ne peut couvrir l'ensemble des allégations mensongères sur la seconde guerre mondiale - que par les motivations de l’arrêt. Explications.
par Lucie Delaporte et Fabien Escalona
Journal — Entreprises
Un scandale financier luxembourgeois menace Orpea
Mediapart et Investigate Europe révèlent l’existence d’une structure parallèle à Orpea, basée au Luxembourg, qui a accumulé 92 millions d’actifs et mené des opérations financières douteuses. Le géant français des Ehpad a porté plainte pour « abus de biens sociaux ».
par Yann Philippin, Leïla Miñano, Maxence Peigné et Lorenzo Buzzoni (Investigate Europe)
Journal — Exécutif
Macron, la gauche Majax
Pour la majorité présidentielle et certains commentateurs zélés, Emmanuel Macron a adressé un « signal à la gauche » en nommant Élisabeth Borne à Matignon. Un tour de passe-passe qui prêterait à sourire s’il ne révélait pas la décomposition du champ politique orchestrée par le chef de l’État.
par Ellen Salvi
Journal
Élisabeth Borne à Matignon : le président choisit la facilité
Trois semaines après sa réélection, Emmanuel Macron a décidé de nommer Élisabeth Borne comme première ministre. À défaut d’élan ou de signal politique, le chef de l’État a opté pour un profil loyal, technique et discret, dans la veine de son premier quinquennat.
par Dan Israel et Ilyes Ramdani

La sélection du Club

Billet de blog
images écrans / images fenêtres
Je ne sais pas par où prendre mon film.
par Naruna Kaplan de Macedo
Billet de blog
Une fille toute nue
[Rediffusion] Une fois de plus la « culture » serait en danger. Combien de fois dans ma vie j’aurais entendu cette litanie… Et ma foi, entre ceux qui la voient essentielle et ceux qui ne pas, il y a au moins une évidence : ils semblent parler de la même chose… des salles fermées. Les salles où la culture se ferait bien voir...
par Phuse
Billet de blog
Le générique ne prédit pas la fin
Que se passe-t-il lorsque le film prend fin, que les lumières de la salle de cinéma se rallument et qu’après la séance, les spectatrices et spectateurs rentrent chez eux ? Le film est-il vraiment terminé ? Le cinéma vous appartient. Le générique ne prédit pas la fin. Il annonce le début d’une discussion citoyenne nécessaire. Prenez la parole, puisqu’elle est à vous.
par MELANIE SIMON-FRANZA
Billet de blog
Entretien avec Ava Cahen, déléguée générale de la Semaine de la Critique
La 61e édition de la Semaine de la Critique se déroule au sein du festival de Cannes du 18 au 26 mai 2022. La sélection qui met en avant les premiers et seconds longs métrages, est portée pour la première fois cette année par sa nouvelle déléguée générale Ava Cahen qui défend l'amour du cinéma dans sa diversité, sa réjouissante monstruosité, ses émotions et son humanité.
par Cédric Lépine