Grève pour le climat: la jeunesse occidentale, plomb de lance de la révolution.

Après des tribunes des collectifs d'intellectuels, d'artistes, d'associations occidentales, après des sommets internationaux ayant réuni d'impeccables capitalistes sur l'urgence climatique, après même une mobilisation sans précédent des banques sur le sujet, l'Occident nous offre le spectacle de ses enfants en grève pour le climat.

"Alors on lui amena des petits enfants, afin qu'il leur imposât les mains et priât pour eux. Mais les disciples les repoussèrent. Et Jésus dit: Laissez les petits enfants, et ne les empêchez pas de venir à moi; car le royaume des cieux est pour ceux qui leur ressemblent. Il leur imposa les mains, et il partit de là." Matthieu, chapitre 19, verset 13-15.

L'Occident est chrétien. Ça, on pourrait difficilement le nier. Après avoir multiplié les sommets internationaux, après avoir mis en avant des aveux scientifiques, il fallait tout de même effectuer un retour aux sources. Inévitable! Place donc aux petits enfants, à leur conscience suraigue. Et comme disait le poète, Wordsworth, "l'enfant est le père de l'Homme"..... Père de l'Humanité aussi? Forcément. Qui dit Homme dit Humanité. L’ancien testament, cher à certains, prétend que:" Léternel Dieu fit tomber un profond sommeil sur l’homme, qui s’endormit ; il prit une de ses côtes, et referma la chair à sa place. L'Éternel Dieu forma une femme de la côte qu’il avait prise de l’homme, et il l’amena vers l’homme."

Il faut donc pouvoir voir, dans les manifestations des "enfants" (jeunes, me diriez-vous, peu importe, répliquerais-je)  de ce week-end en Occident, la manifestation de l'Esprit Saint. Ça ne peut être que cela. Certes, on trouve dans ce mouvement de bonnes âmes soudainement ou graduellement catastrophées par le dérèglement climatique. Le dérèglement des quatre saisons. Pauvre Vivaldi! En hiver, plus de ski possible. La neige, Nicolas Hulot la voit fondre toute l'année du côté de Chamonix. En été, toujours plus de bronzage, et donc de lunettes de soleil, tellement il fait chaud. L'autonome devient printemps et le printemps devient autonome. Dans ce désordre saisonnier, pas de Vivaldi possible....pas d'avenir assuré.

A l'origine de ce mouvement de jeunes enfants, nous avons Greta Thunberg, la Suédoise de 16 ans. C'est elle qui a frappé les hautes consciences de ce monde.

 

 GRETA THUNBERG, l'autiste de la bonne cause

Une personne autiste est une personne qui souffre d'un trouble de la communication et des interactions sociales. Ça, je l'ai appris de mon amie orthophoniste, brillante femme qui consacre sa vie, entre son cabinet et un CAMSP ( Centres d'Action Médico-Sociale Précoce). Elle s'occupe passionnément, malgré un salaire ridicule, d'enfants autistes. Bien souvent, nous échangeons sur son métier, sur ses patients. Il y a de tout : de l'autiste hyper-mnésique, féru d'histoire de la ville de Paris au Moyen-âge, qui ne parle que de ça,  à l'autiste très très en difficulté dans les apprentissages : langage oral, lecture, écriture. Dans tous les cas, quel que soit le type d’autisme, il s'agit d'un handicap. Hélas, comme dans les paris sportifs, dans le capitalisme, il existe le pari à handicap.

La magnifique Greta Thunberg est donc un pari à handicap. Ce n'est plus simplement l'âme chrétienne de l'Occident qui parle, c'est également son esprit capitaliste. L'exploitation de l'homme par l'homme. L'exploitation d'une gamine de 16 ans. La manipulation de ses vives passions. L'exploitation de son handicap qui la rend certes ultra compétente et hyperspécialiste du sujet climat, mais sans tenir compte de problématiques plus larges. Car, lorsque l'autiste Greta Thunberg parle de dérèglement climatique, ne lui parlez surtout pas du 19e siècle et du partage du monde (dérèglement qui ne dit pas son temps), ne lui parlez pas de ces millions d'enfants qui sont morts, qui continuent de mourir, parce que le prix du médicament est indexé sur des intérêts privés, ne lui parlez pas des inégalités monstres qui structurent notre humanité....Ne lui dites pas que sauver le climat ne saurait créer par la force des choses un ordre égalitaire, mais qu'un ordre égalitaire pourrait favoriser une planète moins polluée. Car, au lieu de fréquenter davantage les orthophonistes, il appert qu'elle est devenue la nouvelle coqueluche des démocraties avancées. On envisage même pour cette jeune âme le Prix Nobel de la Paix. Pendant que la belle France de Macron, lequel a gentiment reçu la jeune âme à l'Elysée, continue de vendre des armes au Moyen-Orient. Pendant que la Suède de la petite Greta Thunberg s'active dans des projets militaires européens...mais enfin, pour aller bombarder qui, au nom de quoi? 

Les pays comme la Suède et la Suisse, officiellement pacifistes, diplomatiquement neutres, promouvant une gouvernance transparente et intègre, et maintenant le sauvetage du climat, ont une responsabilité historique dans la situation actuelle de notre monde. Un monde cruellement pollué et invivable pour des milliards de gens. 

Que les jeunes s’intéressent à la question du climat n'est que normal. Nous n'y voyons aucun mal. Qu'ils veulent en faire la question du siècle et de l'avenir, eh bien, nous implorons leur modestie. Pour paraphraser Alfred de Musset, nous pouvons leur dire qu'ils sont venus trop tard dans un monde trop vieux. Vieux monde, que le philosophe Alain Badiou qualifie à juste raison de "Néolithique". Car, même après des millénaires, nous demeurons encore dans des paramètres institués lors de la révolution du néolithique, dont celui des hiérarchies, des Etats conquérants, d'une classe dominante et oisive, des inégalités, des guerres entre nations, etc.

Mais on ne sortira pas de ce vieux monde avec la propagande écologiste occidentale. Propagande d'une hypocrisie bien connue. Il s'agit de la même hypocrisie que celle des droits de l'Homme. Rendez-vous compte, Emmanuel Macron a été élu par l'ONU "Champion de la terre et du climat". 

A quoi bon parler écologie avec "ces gens", dans leurs termes, et surtout dans un monde où nous ne sommes pas détenteurs des moyens de productions, et donc des moyens à polluer ou pas.

Qu'est-ce que la conscience écologique moderne ? Un individualisme socialisant. Parce que personne ne s'émeut nulle part du sort des habitants du deuxième poumon de la planète (la RDC), nul ne s'agace avec une visée révolutionnaire de voir des millions de prolétaires obligés de partir d'Afrique et d'ailleurs, dans des conditions non polluantes (presque zéro carbone) pour le coup, pour rejoindre l'Occident, où on déverse sur eux, de vieux propos tristes, mille fois entendus, et pas une seule fois prouvés.

"Jeunesse" d'occident, marchez donc pour la fin de l’occident. Ainsi,  les ennemis de la planète trembleront véritablement, sérieusement. Au lieu de marcher pour le climat. Notre seule chance à tous est de déconstruire méthodiquement et radicalement l'Occident. Ses valeurs. Il s'agira de poser sur notre mode de vie occidental un jugement d'une extrême clarté. Manifester mièvrement tous les samedis pour le climat ne nous relèvera pas de la terrible pente dans laquelle nous glissons. 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.