Charles Kabango
Citoyen
Abonné·e de Mediapart

223 Billets

0 Édition

Billet de blog 17 oct. 2020

Bagatelles pour un massacre.

Il y a le crime obscène de ce jeune homme de 18 ans qui a arraché la vie à un enseignant. Il y a l’obscénité tout court de la classe politico-mediatique française.

Charles Kabango
Citoyen
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Actualité oblige.

Les épidémiologistes et leurs courbes sont priés de  céder leur place sur les plateaux télés aux spécialistes du terrorisme,  de l’Islam, de l’immigration, des « valeurs » françaises. Eux, n’ont pas de courbes mais des chiffres.Quant aux hommes et femmes politiques, ils continuent d’assurer la permanence de l’Obscénité contemporaine ou de l’Obscénité française dans tout ce qu’elle peut comporter d’universel et de spécifique.

Tout le monde pourra donc noter, à la faveur de cette triste actualité, que la fameuse épidémie n’a rien d’absolu. Qu’on peut ne pas parler de covid...Hélas, nos politiques ne savent plus que surfer sur les morts. Ils ne savent que rassembler la nation autour d’événements malheureux. Plus il y a de malheurs, et plus nos gouvernants bandent de colère, d’indignation. Ils en appellent à l’unité.

Macron appelle la nation à se ranger derrière les enseignants. N’est-ce pas là une plaisanterie de mauvais goût?  Macron et compagnie ont-ils été du côté de ces enseignants lors des grèves qui ont émaillé l’année 2019? Au nom de quoi, aujourd’hui, nous somme-t-on de nous ranger derrière les enseignants ? Allons!

Je constate que le débat s’envole déjà  dans tous les sens : liberté d’expression, islam, etc... Comme d’habitude. 

Nul besoin d’être un inspecteur de l’Education Nationale  pour se rendre à l’évidence que le problème fondamental des enseignants en France est leur extrême clochardisation.

Ce qui me permet d’affirmer qu’il y a deux manières radicales de porter atteinte à la dignité et à la vie de ce corps professoral:

- En les égorgeant (mais ici on est dans un crime individualiste), comme avec ce jeune Tchétchène de 18 ans.

- En les clochardisant (là, comme diraient les sociologues, c’est systémique. Crime systémique! Crime de masse quoi! Génocide! )

Les conditions de travail des enseignants sont déplorables. Les concernés ne cessent de le crier. Et je me range derrière eux.

Dans une société qui fait la part belle à l’argent, clochardiser le métier d’enseignant est loin d’être anodin. Et lorsqu’on voit le détestable Blanquer faire ses comptes d’apothicaire à chaque fois qu’il parle des enseignants, l’on a envie de pleurer. 

Le professeur d’Histoire-Géographie a été abattu tel un clochard.  Un errant. Un sans domicile fixe. En pleine route.  L’horrible assassin, ignorant par dessus tout,  n’a aucunement porté atteinte à l’institution scolaire, mais à la vie humaine. Il n’a guère pénétré l’enseigne du collège.

Par contre, on sait depuis des décennies, les belles âmes qui  portent atteinte à cette institution. Ces belles âmes se sont engagées à réduire les « dépenses publiques  » qui ne servent à rien, dans les hôpitaux et dans les écoles. BRAVO !

Dans cette sordide histoire, celle du massacre de Samuel Paty,  ce qui ajoute encore à notre malaise, ce sont les déclarations politiques, les postures médiatiques,  les  polémiques frelatées sans cesse remises sur le marché. Et dans tout ça, la larme du bon public désespéré. 

Pitié pour la France! 

PS: Terminons ce billet en formulant nos sincères condoléances à la famille et aux proches de ce vaillant enseignant.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
En Inde, après l’attaque contre Rushdie, le silence éloquent des politiques
« Les Versets sataniques » ont été interdits en Inde, son pays natal, en 1988. Un an avant la fatwa prononcé par l’Iran contre Salman Rushdie, qui allait faire de sa vie un enfer. Son agression aux États-Unis en fin de semaine dernière n’a suscité aucune réaction officielle, dans un pays où les condamnations au nom du respect des croyants hindous se multiplient.
par Côme Bastin
Journal
Franquisme : des historiens démontent les thèses révisionnistes relayées par « Le Figaro »
La publication dans un hors-série du « Figaro » d’un entretien-fleuve avec l’essayiste d’extrême droite Pío Moa, pour qui les gauches sont entièrement responsables du déclenchement de la guerre civile en Espagne en 1936, suscite l’indignation de nombreux historiens. Retour sur une entreprise de « falsification ».
par Ludovic Lamant
Journal — Amérique Latine
Au Chili, la menace d’un refus plane sur la nouvelle Constitution
Face aux crispations sur certains points de la nouvelle Constitution, le gouvernement chilien prévoit déjà des réformes au texte en cas d’adoption par référendum le 4 septembre. Une position défensive qui témoigne de l’étroitesse du chemin vers la victoire du « oui ». 
par Mathieu Dejean
Journal — Amériques
Le jeu dangereux du Parti des travailleurs avec les militaires
Créé par Lula en pleine dictature, le PT, une fois au pouvoir, a malgré tout entretenu des relations cordiales avec l’armée brésilienne. Puis des tensions sont apparues, jusqu’à faire revenir officiers et généraux dans l’arène politique, en faveur de Jair Bolsonaro.
par Jean-Mathieu Albertini

La sélection du Club

Billet de blog
Leur sobriété et la nôtre
[Rediffusion] Catherine MacGregor, Jean-Bernard Lévy, et Patrick Pouyanné, directrice et directeurs de Engie, EDF et TotalEnergies, ont appelé dans le JDD à la sobriété. En réponse, des professionnel·les et ingénieur·es travaillant dans l'énergie dénoncent l'hypocrisie d'un appel à l'effort par des groupes qui portent une responsabilité historique dans le réchauffement climatique. Un mea culpa eût été bienvenu, mais « difficile de demander pardon pour des erreurs dans lesquelles on continue de foncer tête baissée. »
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
La sobriété, c'est maintenant ou jamais
Le bras de fer en cours avec la Russie autour des énergies fossiles est l’occasion d’entrer de plain-pied dans l’ère de la sobriété énergétique. Pourtant, nos gouvernants semblent lorgner vers une autre voie : celle qui consiste simplement à changer de fournisseur, au risque de perdre toute crédibilité morale et de manquer une occasion historique en faveur du climat.
par Sylvain BERMOND
Billet d’édition
Besoins, désirs, domination
[Rediffusion] Qu'arrive-t-il aux besoins des êtres humains sous le capitalisme? Alors que la doxa libérale naturalise les besoins existants en en faisant des propriétés de la «nature humaine», nous sommes aujourd'hui forcé·e·s, à l'heure des urgences écologique, sociale et démocratique, à chercher à dévoiler et donc politiser leur construction sociale.
par Dimitris Fasfalis
Billet de blog
De quoi avons-nous vraiment besoin ?
[Rediffusion] Le choix de redéfinir collectivement ce dont nous avons besoin doit être au centre des débats à venir si l'on veut réussir la bifurcation sociale et écologique de nos sociétés, ce qui est à la fois urgent et incontournable.
par Eric Berr