Charles Kabango
Citoyen
Abonné·e de Mediapart

222 Billets

0 Édition

Billet de blog 20 juil. 2020

Crises et antiracisme, sans surprise, le capitalisme pète le feu !

L’on répète partout que la « crise sanitaire » a révélé la fragilité de notre monde, du système : c’est une plaisanterie. Le capitalisme n’est pas un système en crise, c’est un système de crises permanentes.

Charles Kabango
Citoyen
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Il y a quelque chose de déconcertant dans la situation actuelle.

Alors que des millions d’individus à travers le monde sont en train de basculer dans le chômage, la pauvreté, l’extrême pauvreté, du fait, non pas du covid-19, mais de la compétition féroce que se livrent États et Multinationales, d’une économie qui tourne pour elle-même et non au service du "muntu" (l'Homme) comme dirait le grand intellectuel congolais Ernest Wamba Dia Wamba qui vient de nous quitter, des inégalités monstres qui constituent le réel de l'humanité,  l'on observe en Occident des manifestations « antiracistes » signées Black Lives Matter....

Cet « antiracisme occidentalisé  » pourrait-il constituer une réponse à la violence meurtrière du capitalisme mondialisé ? Non. Qu’en est-il donc ? A mon sens, il est l’expression ( presque explosive) d’un désarroi. Black Lives Matter, c’est du désarroi.

Ce que je nomme « antiracisme occidentalisé » c’est celui qui continue d’entretenir, à front renversé, la fiction "Noir/Blanc"; qui milite pour la place du "Noir" ("qui a réussi" ou qui a fait des études), en tant que tel, en Occident. Nous avons donc ici affaire à une Lutte des places. Laquelle ne concerne nullement  le "noir" qui n'a aucun diplôme, qui ne s'habille pas très bien, qui ne court pas très vite, etc....Ce "noir" sans intérêt apparent pour le capitalisme et son système de valeurs, lui, personne ne se bat pour sa place ou contre sa misérable place, si tant est qu'il en est une.

Comme le concept des ''droits de l'Homme'',  le concept du "Noir" entretenu par "l'antiracisme occidentalisé" est lui aussi une fable discriminante. Les "antiracistes occidentalisés" veulent qu'il y ait plus de "représentants noirs" au sein de la bourgeoisie, de l'élite dirigeante. Et ça, le système capitalo-parlementariste est prêt à leur lâcher quelques bonnes places. Sur ce terrain d'ailleurs, les Etats-Unis ont une avance suprême....Quel pays occidental peut en effet se targuer d'avoir élu un président de couleur "noire"? Quel pays au monde peut se targuer de fabriquer autant de milliardaires (en dollars) que les Etats-Unis? Quel pays au monde peut se targuer de mettre en exergue les figures artistiques, intellectuelles, sportives noires? Il n'y a que les Etats-Unis...même l'Afrique du Sud, à ce jeu, est d'une incroyable mollesse. 

Hélas, les Etats-Unis ont beau être le pays le plus avancé dans "l'antiracisme", qui inspire l'Europe,  ils restent un pays travaillé par une dynamique foncièrement inégalitaire et violente. Comme quoi, le salut de la figure du "noir" n'est pas une condition suffisante.

Dans sa version française, on peut remarquer que "l'antiracisme occidentalisé" est un antiracisme qui n’a par exemple rien à cirer des véritables lois racistes: est-il besoin de déboulonner  la statue du Colbert, quand aujourd’hui en France, s’applique avec une vigueur républicaine , le fameux CESEDA (le code de l'entrée et du séjour des étrangers et du droit d'asile) ? Code  qu’on pourrait qualifier sans abus de langage de code « raciste » (hiérarchie, privation des droits, etc) ou de code « noir »  moderne. Un code que chaque gouvernement français qui arrive au pouvoir s'amuse à traficoter à sa guise....

Ethnique?

Les spécialistes des statistiques prétendument  « ethniques » nous ont informé qu’en France la mortalité due au COVID-19 est plus forte chez les personnes nées en Afrique subsaharienne (ethnie?). Pourquoi en Afrique, où il y a si peu  d’hôpitaux et de médecins, le COVID-19 a-t-il fait très peu de victimes jusqu'ici? Il ne suffit donc pas d’être « africain » ou d’être né en Afrique pour être plus vulnérable au COVID-19....La précision des origines des victimes  a donc ici quelque chose de « racialiste et ou raciste » à la manière de Gobineau. 

Sachant qu’on dit que le virus circule, et non qu’il a des préférences « ethniques », les statisticiens de l’INSEE auraient pu simplement  concentrer leur enquête  sur les différents types  de travailleurs qui ont été le plus impactés. Tout en approfondissant leur enquête sur les conditions de vie et de travail des victimes ...

La misère ici est donc sociale et pas « ethnique » et l’information selon laquelle les personnes nées en Afrique subsaharienne sont les plus touchées est une non information ou une sous information....si en amont, on ne prend pas le soin d’expliquer que le travail, le marché du travail est tout ce qu’il y a de plus « raciste ». Une révolution du travail s'impose à échelle de l'humanité.

S’il y a plus de morts en France chez les immigrés africains, c’est tout simplement parce que la structure de la société française est « raciste ». Et qu'elle expose donc davantage les personnes nées en Afrique à la mort. La mort au travail ou la mort par manque de travail (les dégâts liés au chômage). Le racisme, ce n’est pas un scoop, c’est un crime...pas que juridique! 

« L’antiracisme occidentalisé » n’est pas à la hauteur du "mal". Mieux, il accompagne même le "mal".  Geoffroy Lejeune de Valeurs Actuelles ne siégera t-il pas aux côtés de Rokhaya Diallo, chez Hanouna, dès la rentrée prochaine? Par pitié, qu’on ne nous parle de « débat contradictoire »....ou de la fameuse pluralité d’opinions. Il n’en est rien. C'est du cirque, du mélangisme, du kitschisme...

Geoffroy Lejeune (le petit réac'), Cyril Hanouna (le ricaneur), Rokhaya Diallo (l'Afromanie) , attention ça tourne: l’Occident communie!  Place au spectacle ! A la concurrence ! A l’individu ! A la "femme noire", notez les guillemets  (nouvelle figure montante du capitalisme mondialisé )! Au « mâle blanc » (souveraine figure)!  

 Que faire? Marx, Lénine et bien d'autres nous ont tracé la voie.... Liquider l'Occident! Liquider ses mâles blancs, ses ricaneurs de services payés à ne rien foutre, ses afro-machins présentés comme des héroïnes d'on ne sait quel combat, ses jeunes réacs qui parlent de tout et ne savent rien....Et j'en passe! 

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Libertés fondamentales : Gérald Darmanin désavoué par le conseil d’État
La dissolution du Groupe antifasciste Lyon et environs (Gale), prononcée par le gouvernement à l’initiative du ministre de l’intérieur, est suspendue. Les trois dernières dissolutions du quinquennat se sont soldées par des revers devant la justice. 
par Camille Polloni
Journal — Diplomatie
Macron passe la diplomatie française à la sauce « libérale »
Sous prétexte d’accroître la « mobilité interne » au ministère des affaires étrangères, la réforme prévue par Emmanuel Macron permettra d’offrir des postes d’ambassadeur à des amis politiques ou des cadres du monde des affaires qui ont rendu des services. Tout en réglant son compte à un corps diplomatique que l’Élysée déteste.
par René Backmann
Journal — Terrorisme
Les confidences du commissaire des services secrets en charge des attentats du 13-Novembre
Le commissaire divisionnaire SI 562 – le nom de code le désignant – a dirigé la section chargée des enquêtes judiciaires liées au terrorisme islamique à la DGSI, entre 2013 et 2020. Il offre à Mediapart une plongée inédite dans les arcanes du service de renseignement.
par Matthieu Suc
Journal — France
Fausse rétractation de Takieddine : sur la piste d’un « cabinet noir » au service de Sarkozy
L’enquête sur l’interview arrangée de Ziad Takieddine révèle les liens de plusieurs mis en cause avec le clan Sarkozy et leur volonté de « sauver » l’ancien président, mais aussi ses anciens collaborateurs, Brice Hortefeux et Thierry Gaubert, également mis en examen dans l’affaire libyenne.
par Karl Laske et Fabrice Arfi

La sélection du Club

Billet de blog
Pour Emily et toutes les femmes, mettre fin à la culture du viol qui entrave la justice
Dans l'affaire dite du « viol du 36 », les officiers de police accusés du viol d'Emily Spanton, alors en état d'ébriété, ont été innocentés. « Immense gifle » aux victimes de violences masculines sexistes et sexuelles, cette sentence « viciée par la culture du viol » déshumanise les femmes, pour un ensemble de collectifs et de personnalités féministes. Celles-ci demandent un pourvoi en cassation, « au nom de l’égalité entre les hommes et les femmes, au nom de la protection des femmes et de leur dignité ».
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
Procès Amber Heard - Johnny Depp : l'empire des hommes contre-attaque
Cette affaire délaissée par les médias généralistes en dit pourtant beaucoup sur la bataille culturelle qui se joue autour de #metoo.
par Préparez-vous pour la bagarre
Billet de blog
La condescendance
Je vais vous parler de la condescendance. De celle qui vous fait penser que vous ne savez pas ce que vous voulez. De celle qui vous fait penser que vous savez moins que les autres ce que vous ressentez. De celle qui veut nier votre volonté et qui vous dit de vous calmer et que « ça va bien s'passer » (comme le disait M. Darmanin à la journaliste Apolline de Malherbe le 8 février 2022).
par La Plume de Simone
Billet de blog
Picasso et la sorcière
[Rediffusion] Picasso, Dora Maar et la culture du viol
par Nina Innana