Charles Kabango
Citoyen
Abonné·e de Mediapart

223 Billets

0 Édition

Billet de blog 21 mars 2022

L'Ukraine et la négation du monde.

Il aura donc fallu que Poutine agisse tel un "démon" pour que Zelensky apparaisse aux yeux du monde (occidental) comme un archange. Le "Diable" Poutine a enfanté le (Ante) Christ Zelensky.

Charles Kabango
Citoyen
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

1.  Zelensky, un guerrier démuni jusqu'à la moelle.  

Nous ne devons pas tout mélanger. Si nous voulons penser la guerre, comme il se doit, et comme cela se fait depuis les Thucydide, il nous faut hélas  sortir de l'humanitaire. Du spectacle. Du voyeurisme. 

Zelensky ne saurait à la fois appeler ses compatriotes à prendre les armes, et donc potentiellement à mourir pour la patrie, et tous les deux jours pleurnicher devant le monde entier que l'ennemi a bombardé un théâtre, un hôpital. Qu'espérait Zelensky? Une guerre propre, sans victimes civils, comme seul le monde libre, civilisé démocratique sait le faire? 

Zelensky a feint le chef de guerre. Il n'était guère préparé à ce conflit. Et tout porte à croire que pour mettre à mal l'ennemi, il croyait moins à la force de son  peuple, à la force de son armée, à sa propre tactique en tant que Chef des Armées  qu'à l'aide des puissances étrangères. Il s'est comporté ici en aventurier, en sacré opportuniste. "Stratégie" après tout payante pour lui, et non son peuple, puisqu'il a été très vite proclamé héros par la presse occidentale sans avoir livré la moindre bataille, sans avoir fait la démonstration de sa réelle capacité à dialoguer, de négocier, de convaincre l'envahisseur. 

Pourquoi un tel empressement? N'a t-on jamais assisté au cours d'une bataille, d'une guerre, d'une histoire à des renversements de situation, des trahisons, des abandons, des mensonges habillés en vérités?  Qu'a t-il fait d'héroïque? Admettons, il s'est fait filmer en survet' militaire et cela a inspiré Macron. Quoi d'autres? Il s'est fait filmer avec un casque militaire et une arme le deuxième jour de l'invasionnet puis rien?  La tâche de Zelensky n'était pas de produire les grands discours lénifiants. La constitution de l'Ukraine stipule en article 106: " Le président de l'Ukraine assure: assure l'indépendance, la sécurité nationale et la succession juridique de l'État."?  Zelesnki  n'a pu assurer la sécurité des siens et l'indépendance de son pays: il a failli. Ignorait-il les tensions géopolitiques dans lesquelles sont pays était embarqué ? Certes, on ne peut prévoir avec exactitude  une agression extérieure.  Mais, qu'a t-il fait pour éviter cette guerre ? Mieux, que fait-il pour que la paix revienne?  Il implore l'aide de l'Occident, nargue son voisin, et n'ose regarder le monde autour de lui. 

2. Zelensky, l'américano-dépendant

L'Ukraine bombardé,  sous Zelensky, se comporte d'une étrange façon. Elle s'affiche arrogamment avec les maîtres du monde, lesquels ont pourtant, dans d'autres parties du monde, agressé, bombardé, envahi d'autres peuples. Elle s'affiche aux côtés de la vieille Europe colonisatrice et de l'effrayante Amérique avec ses plus de 700 bases militaires à travers le monde,  pour dénoncer et faire la morale. Pour un rappel à l'ordre. Il y  là une folie ukrainienne. Autrement dit, tant que l'Agresseur n'est pas russe et l'Agressé ukrainien, tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes. Si l'agresseur est Américain et l'agressé se nomme Irak, il n'y a pas de quoi alerter le monde. Si l'agresseur c'est la France et l'agressé la Côte d'Ivoire, à quoi bon gesticuler? Ce n'est que l'Afrique!  

La posture de Zelensky et de ses alliés est une véritable négation du monde. L'humanité ou la justice. ne saurait avoir pour point de départ de l'Ukraine ou le malheur des ukrainiens.

Les deux pays les plus peuplés au monde, la Chine et l'Inde  n'ont pas condamné l'agression de la Russie. Le continent le plus jeune de notre planète manifeste une vive sympathie à l'égard de Poutine. Tout ceci signifie quelque chose. Cependant, tout ce qui importe aujourd'hui à l'Ukraine, aux yeux somnambuliques de ses dirigeants, ce sont les armes des occidentaux, ses médias, sa compassion et sa haine enivrante de la Russie. 

Depuis quelques temps Zelensky s'exprime devant les parlements occidentaux. Il s'est exprimé mercredi le 16 mars devant le Congrès américain. Les européens ont jugé le discours brillant, les américains l'ont applaudi. Qu'a t-il dit d'important? Il a dit aux américains qu' "Etre le leader du monde, c'est être le leader de la paix." Ah bon? Il y a chez Zelensky un aveuglement totale et volontaire, qui le rend inapte à parler politique. Libre à libre Ukraine de choisir ses alliés, mais qu'un démocrate patenté de son acabit, qu'un épris de souveraineté, qu'un amoureux de la paix ose parler, valider l''idée d'UN leader du monde, et nous dire qu'être le leader du monde, c'est être le leader de la paix est un propos qui frise la négation du réel. Zelensky serait-il à son tour fou? Qui donc a voté pour que les USA soit le leader du monde?  Mais Zelensky proclame haut et fort devant les américains qu'ils sont le leader du monde....Quiconque s'écarterait donc de la ligne qu'a tracé LE leader suprême s'écarte de la paix et est digne de l'exclusion terrestre et aérienne. No fly zone, voilà ce que demande Zelensky à Joe Biden, président du monde entier, du ciel et de la terre. Zelensky ne tient compte que des puissants, s'adressant au Knesset,  parlement israélien, aucun mot pour les palestiniens. Le brave homme a plutôt  comparé la situation de son pays à celle des juifs pendant la Seconde Guerre mondiale. Les commentateurs de patenté s'abstiendront de psychiatriser le cas Zelensky. Le fou, c'est l'autre.  

Que dira dit-il aux représentants français? Kiev outragé ! Kiev brisé !... mais Kiev libéré ! provoquant alors un tsunami d'applaudissements et une crise de larmes dans tous les plateaux de télévision. 

3. Du cap de bonne Espérance à la Mongolie, de Bangui à Caracas.

Poutine a t-il des chances de devenir un paria international comme l'espèrent l'ange BHL et l'autre Très-Haut Joe Biden ? En examinant la scène internationale, on constate l'Inde et la Chine, soit presque la moitié de la population mondiale, se sont abstenues le 2 mars, à l'Assemblée générale des Nations unies, lors du vote de la résolution  exigeant la fin immédiate de l’invasion de l’Ukraine par la Russie. Ajoutons à ces deux vastes pays, les 33 autres pays qui se sont abstenus, dont 17 pays africains. Ce chiffre de 17 devient assez vite ridicule si l'on s'amusait à considérer  l'opinion des populations africaines.

Poutine est tout sauf un paria aux yeux du monde. Le monde ne se limite guère aux frontières de l'Europe, des USA, de l'Australie, du Canada et Japon.

L'Afrique a quand même vu, en l'espace d'une dizaine d'années, un de ses dirigeants se faire assassiner comme un sale chien, M. Kadhafi et un autre se faire arrêter (L.Gbagbo) avec son épouse comme une ordure, qu'on est allé ensuite déposer à la Haye. L'accusation de criminel de guerre ou de crime contre l'humanité sonne dans certaines parties du monde comme une vaste plaisanterie. L'ordre internationale est un ordre radicalement injuste, qui repose sur la pure  sauvagerie des rapports, sur la raison du plus fort, et non sur la loi, sur l'égalité des nations, sur l'universalisme. Cet ordre basé sur la pure sauvagerie entre les nations porte un nom : le capitalisme. 

Ce qui est curieux dans le cas de l'Ukraine, est de constater comment la morale capitaliste occidentale se met en scène, feint, communique, manipule. La propagande n'est pas seulement Russe.  Au nom d'un conflit d'une vingtaine de jours, des saintes multinationales ont dû plier bagages. Qu'a t-on découvert en d'inédit, d'impensable en Ukraine?  Doit-on rappeler au monde occidentale le prix humain de son confort?  Sait-on dans quelles conditions vivent ces cultivateurs de cacao et de café par exemple? Leur exploitation peut s'étendre sur des dizaines, centaines d'années, nous occidentaux, continueront de manger chocolat et boire du café. Sans nous remettre en question. Mais, aujourd'hui, l'opinion occidentale exige que les multinationales quittent la Russie, exige qu'on saisisse les biens des milliardaires russes, et tant pis si cela n'a aucune base juridique! La guerre, c'est la guerre. 

Les esprits catholiques ou protestants qui agitent ce genre d'accusations en Occident ne sont pas habités par l'idée de Justice. Il ne s'agit pas de comparer les victimes, d'hiérarchiser les malheurs...Si une justice internationale existe bel et bien, alors commençons par le commencement. Une justice à tête chercheuse n'est pas une justice: c'est un simulacre. 

La fin de l’Histoire, au final, à laquelle souscrit Zelensky le formidable, c’est l’hégémonie des puissances libérales. Une hégémonie qui doit être perpétuée au nom de la stabilité et de la paix mondiale. Mais, apprenons aux amis ukrainiens qu'il n'y a eu dans le monde sous diktat occidental, ni stabilité ni paix mondiale. Nous voulons bien soutenir l'Ukraine, et de manière ferme, contre l'envahissante Russie, mais si c'est pour se tourner amoureusement vers l'Occident et son capitalisme destructeur, ils devront compter sans nous. Oui, nous qui appelons sans rêverie à une universalité véritable et politique. 

En attendant, la vie-politique à laquelle est réduite aujourd’hui l’européen ordinaire est un état de somnolence, un nihilisme, qui se caractérise à la fois par un besoin primitif de se sentir éternellement protégé tout au long de son sommeil ; et par un culte matérialiste, consumériste, où l’on ne croit plus en rien sinon en la perpétuation de son mode de vie, duquel, du reste, des millions de gens sont exclus. L’européen ne vit plus qu’en touriste, à échelle du monde, et à échelle de son propre pays. Et en bon touriste, il découvre avec l'Ukraine que la guerre existe et que les réfugiés ne font rien d'autres que de fuir l'horreur.

A ce niveau, on entend les racistes décomplexés nous dire, mais vous voyez, ici,  ce sont femmes et enfants qui se déplacent; les hommes restent défendre le pays. Le propos est débile. On canonise la figure réfugié ukrainien, on sanctifie le civil ukrainien  mort sous les bombes russes, on glorifie le président qui porte un vêtement militaire...Amen!

Le simulacre partout, la justice nulle part. 

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Migrations
La véritable histoire d’Omar Elkhouli, tué par la police à la frontière italienne
Cet Égyptien est mort mi-juin pendant une course-poursuite entre la police aux frontières et la camionnette où il se trouvait avec d’autres sans-papiers. Présenté comme un « migrant », il vivait en fait en France depuis 13 ans, et s’était rendu en Italie pour tenter d’obtenir une carte de séjour.
par Nejma Brahim
Journal — Éducation
Au Burundi, un proviseur français accusé de harcèlement reste en poste
Accusé de harcèlement, de sexisme et de recours à la prostitution, le proviseur de l’école française de Bujumbura est toujours en poste, malgré de nombreuses alertes à l’ambassade de France et au ministère des affaires étrangères.
par Justine Brabant
Journal — Europe
L’Ukraine profite de la guerre pour accélérer les réformes ultralibérales
Quatre mois après le début de l’invasion, l’économie ukrainienne est en ruine. Ce qui n’empêche pas le gouvernement de procéder à une destruction méthodique du code du travail.
par Laurent Geslin
Journal — International
À Copenhague, une fusillade dans un centre commercial fait trois morts et plusieurs blessés
Un grand centre commercial de la capitale danoise a été la cible d’une attaque au fusil, faisant trois morts et plusieurs blessés, selon la police. Un jeune homme de 22 ans a été arrêté. Ses motivations ne sont pas encore connues.
par Agence France-Presse et La rédaction de Mediapart

La sélection du Club

Billet de blog
Grippe aviaire : les petits éleveurs contre l’État et les industriels
La grippe aviaire vient de provoquer une hécatombe chez les volailles et un désespoir terrible chez les petits éleveurs. Les exigences drastiques de l’État envers l’élevage de plein air sont injustifiées selon les éleveurs, qui accusent les industriels du secteur de chercher, avec la complicité des pouvoirs publics, à couler leurs fermes. Visite sur les terres menacées.
par YVES FAUCOUP
Billet de blog
Face aux risques, une histoire qui n'en finit pas ?
[Rediffusion] Les aliments se classent de plus en plus en termes binaires, les bons étant forcément bio, les autres appelés à montrer leur vraie composition. Ainsi est-on parvenu en quelques décennies à être les procureurs d’une nourriture industrielle qui prend sa racine dans la crise climatique actuelle.
par Géographies en mouvement
Billet de blog
L’aquaculture, une promesse à ne surtout pas tenir
« D’ici 2050, il nous faudra augmenter la production mondiale de nourriture de 70% ». Sur son site web, le géant de l’élevage de saumons SalMar nous met en garde : il y a de plus en plus de bouches à nourrir sur la planète, et la production agricole « terrestre » a atteint ses limites. L'aquaculture représente-elle le seul avenir possible pour notre système alimentaire ?
par eliottwithonel
Billet de blog
Faux aliments : en finir avec la fraude alimentaire
Nous mangeons toutes et tous du faux pour de vrai. En France, la fraude alimentaire est un tabou. Il y a de faux aliments comme il y a de fausses clopes. Ces faux aliments, issus de petits trafics ou de la grande criminalité organisée, pénètrent nos commerces, nos placards, nos estomacs dans l’opacité la plus totale.
par foodwatch