Charles Kabango
Citoyen
Abonné·e de Mediapart

223 Billets

0 Édition

Billet de blog 20 mars 2020

Charles Kabango
Citoyen
Abonné·e de Mediapart

Confiné en France, j'observe l'Afrique: tragi-comique.

T. A. Ghebreyesus, directeur général de l'OMS a déclaré: « Le meilleur conseil à donner à l’Afrique est de se préparer au pire et de se préparer dès aujourd’hui ». Le prophète éthiopien aurait quand même pu commencer par conseiller l'Italie. Elle en aurait eu grand besoin. Quant à l'Afrique, que monsieur de l'OMS nous éclaire sur le passé et l'avenir de la famine dans la corne de l'Afrique.

Charles Kabango
Citoyen
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Pourquoi, avec quelques cas de coronavirus, on exhorte l'Afrique à se préparer au pire?

Les statistiques sur la mortalité en Afrique sont éloquentes et sa situation sanitaire est dramatique. Ce n'est pas un scoop!

Dramatique pour les enfants de moins cinq ans (taux de mortalité le plus élevé au monde) ! Dramatique pour les femmes enceintes! Dramatique pour les personnes âgées (d'ailleurs, ils sont peu nombreux)! Dramatique pour les jeunes!  Dramatique pour les hommes! 

Cependant, l'OMS, par la voix de son directeur éthiopien, a cru bon déclarer que le coronavirus est un virus "ennemi de l'humanité. Consacrant ainsi la guerre que lui ont déclaré deux nationalistes: Macron et Trump.

Ennemi de l'humanité! Il aura suffit quelques mois, quelques 10.000 morts et quelques 244 000  personnes testées positivement à travers le monde, majoritairement occidentaux, pour que  cette Organisation déverse sur le monde sa rage de vaincre et ses sentiments les plus outrés.  

L’humanité est victime de son occidentalisation. Voilà l'épidémie-monstre! Le véritable ennemi de l'humanité.

En alertant l'Afrique comme il l'a fait,  le directeur de l'OMS s'est contenté de consolider le "virus-occident" dans la tête des (dirigeants) africains. Lesquels ont mieux à faire que de se préparer au pire....

Le pire est là. Les populations vivent avec. Mais on n'a pas entendu monsieur l'éthiopien alerté le monde entier sur ces ennemis viraux, bactériennes et que sais-je qui pullulent en Afrique et qui font des MILLIONS de morts. S'il y a un continent où l’humanité est fortement attaquée et handicapée c'est en Afrique. Le dire, ce n'est pas vouloir le positionner en victime idéale et absolue. Le dire, c'est invité les uns et les autres à un peu de décence, et pour le coup, d'humanité. La Chine a géré ses victimes avec moins de tintamarre, et donc avec plus d'humanité. Et c'est le pays qui s'est également montré le plus "solidaire". 

L'histoire des épidémies en Afrique est un véritable carnage. Elle témoigne d'ailleurs du deux poids, deux mesures, véritable règle d'or dans ce monde, devant les victimes. Elle témoigne aussi de la criminalité de de l'Occident, du moins de ses firmes pharmaceutiques. Il n'y a qu'à voir le traitement réservé à l'épidémie du sida en Afrique et ses millions de morts.

Là où le bât blesse aujourd'hui, est qu'on observe des gouvernements africains, suivant les conseils non sanitaires (se préparer au pire) de l'OMS, mimant l'Occident, prendre des mesures radicales et totalement inopérantes, compte tenu des réalités locales, pour se prévenir de la maladie du siècle: covid-19. 

Une dizaine de cas au Cameroun, et la population se plaît à rentrer en transe, les opposants subitement prêts à faire l'union nationale...Et pourtant, dans ce pays, une crise "humanitaire" liée au conflitdans les régions dites anglophones sévit maintenant depuis près de trois ans. Bilan du conflit: des milliers de morts, milliers de déplacés internes, hôpitaux brûlés, écoles détruites...En Côte d'Ivoire, même chose. Au nom de quelques cas, on mobilise toute l'énergie et l'attention d'un pays, on  bloque les activités, on oublie les "réels malades" qui croupissent dans les hôpitaux, chez eux, faute de moyens, on oublie les pathologies qui frappent massivement la population, on ferme les yeux sur tant de choses noires.  Et, On n'a plus qu'un mot en tête coronavirus. C'est de l'envoûtement.

Il suffit de regarder un journal télévisé au Cameroun, au Sénégal, ou en Côte d'Ivoire, pour constater que cette histoire de coronavirus a pris des proportions tragi-comiques au sein des populations, tout comme au sein de l'élite. La preuve avec ces tweets à la chaîne du Ministre de la Santé au Cameroun. Le dernier en date:

"Nous constatons que beaucoup continue de ne pas observer les règles d'hygiène requises et les règles édictées par le gouvernement. Je vous rappelle qu'en agissant ainsi vous mettez votre vie et celle des autres en danger. Ce matin, nous avons sept nouveaux cas à Yaoundé. Vigilance"

 Il y a belle lurette que les règles d'hygiène pour une bonne partie de la population dans ce pays relève de la métaphysique. L'hygiène, ça ne fait pas avec la salive. L'accès à l'eau...potable est un problème au Cameroun. Même dans la capitale. Le gouvernement camerounais invite sa population à observer les règles d'hygiène: c'est ce qu'elle fait. Elle ne peut qu'observer en silence! Il y a belle lurette que les camerounais vivent dangereusement, et ils le paient cash. Sans que l'Etat puisse faire quelque chose. Par ailleurs, il ne me semble pas que la maladie s'est propagée dans le monde faute d'hygiène. Alors, pourquoi l'Etat camerounais se confine t-il dans des postures?

Il est trop facile pour les dirigeants africains d'entonner le refrain du coronavirus mondial, d'en appeler à la responsabilité des uns et des autres, alors qu'ils n'ont pas pu créer un cadre où les conditions minimales et optimales de vie sont assurées pour le plus grand nombre. Bien sûr, on n'ignore pas le rôle malsain et criminel des institutions de Bretton Woods. Ce n'est pas avec les sempiternels plans d’ajustements structurels (PAS) imposés, que les Etats africains pouvaient se doter des systèmes éducatifs et sanitaires performants. 

Le pire en Afrique, le pire pour l'Afrique....c'est ce monde tel qu'il est. Tel qu'il fonctionne! Avec ses logiques. Ses inégalités! Ses injustices!  Ses victimes majestueuses et ses victimes dérisoires! Et il suffit d'écouter les "occidentaux les plus ambitieux et humanistes", pour se rendre à l'évidence que, même après cette crise sanitaire-économique-politique-financière, "le rien ne sera plus comme avant" ne concerne nullement les pays du sud.

L'Afrique n'a pas à se "préparer au pire", même quand ce pire s'appelle coronavirus. Au lieu que les Ministres de la Santé se mettent à comptabiliser les rares cas de coronavirus, qu'ils essayent un peu de compter les naissances et de nous dire concrètement ce qu'ils font pour la prise en charge de ces nouveaux-nés... 

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Terrorisme
Soudain, en plein cœur d’un service de renseignement, un cri long et rauque
Il y a trois ans survenait la première attaque commise par un membre de la police contre des collègues. Le seul et unique attentat à avoir frappé un service de renseignement. Mediapart a reconstitué cette tuerie à partir des dépositions d’une cinquantaine d’agents.
par Matthieu Suc
Journal
En Russie, sœurs, mères, épouses protestent contre l’envoi des hommes au front
Dans les manifestations contre la mobilisation militaire décrétée par Vladimir Poutine, les femmes sont largement majoritaires. La contestation monte dans les régions peuplées de minorités ethniques.
par Estelle Levresse
Journal
« Il faut aider les Russes qui fuient, qui s’opposent »
Alors que Vladimir Poutine a lancé la Russie dans une fuite en avant en annonçant la mobilisation partielle des réservistes, et des référendums dans les régions ukrainiennes occupées, quelle réaction de la société civile, en Russie ou en exil ? La chercheuse Anna Colin Lebedev et trois exilées qui ont quitté le pays depuis l’invasion de l’Ukraine sont sur notre plateau.
par À l’air libre

La sélection du Club

Billet de blog
Giorgia Meloni et ses post-fascistes Italiens au pouvoir !
À l’opposé de ce qui est arrivé aux autres « messies » (Salvini, Grillo…), Giorgia Meloni et ses Fratelli d’Italia semblent - malheureusement - bien armés pour durer. La situation est donc grave et la menace terrible.
par yorgos mitralias
Billet de blog
Italie : il était une fois l’antifascisme
On peut tergiverser sur le sens de la victoire des Fratelli d'Italia. Entre la revendication d'un héritage fasciste et les propos qui se veulent rassurants sur l'avenir de la démocratie, une page se tourne. La constitution italienne basée sur l'antifascisme est de fait remise en cause.
par Hugues Le Paige
Billet de blog
Trop c’est trop
À tous ceux qui s’étonnent de la montée de l’extrême droite en Europe, il faudrait peut-être rappeler qu’elle ne descend pas du ciel.
par Michel Koutouzis
Billet de blog
Interroger le résultat des législatives italiennes à travers le regard d'auteur·rices
À quelques jours du centenaire de l'arrivée au pouvoir de Mussolini, Giorgia Meloni arrive aux portes de la présidence du Conseil italien. Parfois l'Histoire à de drôles de manières de se rappeler à nous... Nous vous proposons une plongée dans la société italienne et son rapport conflictuel au fascisme en trois films, dont Grano Amaro, un film soutenu par Tënk et Médiapart.
par Tënk