Carlos Ghosn est-il victime d'un complot comme Tariq Ramadan?

"Il faut rapatrier Carlos Ghosn!", signé un édito d'Emmanuel Berreta du Point. Quant à Marianne, désormais dirigé par une certaine Polony, elle titre: "Risque d'OPA sur Renault. Menaces sur l'industrie française." Le Figaro, soucieux également des droits de l'Homme, s'inquiète des conditions de détention du PDG à la sinistre prison de Kosuge. Mais enfin, à quoi rime tout ça?

Il faut rapatrier Ghosn!

"S'il est fautif, le PDG de Renault-Nissan paiera cher. Mais, pour l'heure, stop au lynchage ! Le Japon doit nous rendre notre compatriote." écrit d'emblée l'éditorialiste chargé de la défense. 

Bien, comment ne pas faire illico presto un lien avec le sort du prisonnier présumé innocent qu'est le prêcheur Tariq Ramadan? 

"S'il est fautif, Tariq Ramadan paiera cher. Mais, pour l'heure stop au lynchage! La France doit rendre Tariq Ramadan à ces fans, sa religion, son pays, bref tout ce que vous voulez". Qui au moment de l'arrestation  cet islamologue en France a eu le cran de dire stop au lynchage? Personne! On a contraire la parole était confiée aux "victimes", et à la spécialiste de Tariq Ramadan, Caroline Fourest. Laquelle laissait entendre, qu'elle n'est guère surpris (surpris de quoi?des accusations de viol), que la réligion de monsieur Ramadan véhiculait une image horrible de la femme, et c'est pourquoi il y a un lien fort entre ses idées islamiques et ses pratiques  (que nul n'avait prouvé). Personne n'arrêtait la Fourest. Elle allait de plateau en plateau pour lyncher le musulman, l'homme au double discours. Mais enfin, Tariq Ramadan était accusé de viol, non de double discours. Que croyait prouver alors madame Fourest? Rien. Elle était un agent de propagande. Elle n'informait pas, elle participait à cette grande entreprise de démolition d'un homme, "le plus dangereux du monde musulman", plus abominable encore que les assassins de Khashoggi, plus redoutable que le prince d'Arabie saoudite.

Je n'ai aucune affection, aucune affinité avec monsieur Tariq Ramadan. Je suis simplement  frappé par ces différences de traitement médiatique,  selon que l'on s'appelle Ghosn Carlos, Kahn-Strauss Dominique, Ramadan Tariq, Nicolas Sarkozy, Georges Tron...Au moins, c'est clair, les médias et la Justice sont radicalement opposés, contraires, contradictoires.

Lorsqu'on est la France, et qu'on détient en prison depuis plus de huit mois, un homme présumé innocent, on fait profil bas. On ne donne pas des ordres.  Le Japon doit nous rendre notre compatriote, et quoi encore? Qu'il nous dédommage aussi pendant qu'on y est.

Un peu plus loin dans le texte, Emmanuel Berreta présente Carlos Ghosn comme "Ce citoyen, jusqu'ici à l'honorabilité parfaite". Naturellement, à tout seigneur, tout honneur. Le Seigneur de l'automobile est donc décrété par notre journaliste, citoyen à l'honorabilité parfaiteIl n'y a que Berreta et quelques gageurs patentés, pour s'imaginer qu'en raison de 43.000 euros par jour,  on est le citoyen parfait.

Des millions de français se tuent au bénévolat ou pour un salaire de gilets jaunes, dans les communes, pour aider les vieux, les jeunes, les malades, les démunis....Voilà les citoyens modèles, sans qui notre humanité ne serait strictement rien. Sans démagogie! Sans flagornerie! Suivez mon exemple monsieur, vous, journalistes du Point.

"Nous ne savons pas grand-chose à l'heure actuelle des faits reprochés et des éléments tangibles du dossier entre les mains de la police nippone. Mais en aucun cas le PDG de Renault-Nissan, ni aucun autre de nos compatriotes français au casier judiciaire vierge, ne peut être abandonné par la France. Non seulement la France ne peut pas lâcher l'un des siens, mais, en l'espèce, elle ne peut se permettre d'être naïve au point de ne pas vérifier elle-même que cette arrestation ne cache pas un complot industriel." s'emporte monsieur l'éditocrâte.

Monsieur, il n'est pire aveugle que celui qui ne veut pas voir. On a pas arrêté monsieur Ghosn sans raison. C'est écrit partout, ce dernier est accusé d'avoir dissimulé ses revenus aux fiscs. Vous ne savez pas grand chose du dossier, mais tenez vous tranquille, ce n'est pas grave. La justice française est rendue au nom du peuple français...J'imagine que la justice japonaise l'est tout autant. Et puis, si les chaînes japonaises ont communiqué sur son arrestation et les motifs, il n'y a aucune raison, qu'une fois au parfum des éléments du dossier, elles communiquent là-dessus.

Que la France n'abandonne pas ses ressortissants vierges, c'est une bonne chose. Maintenant que monsieur Benetta pense que la France a tous les droits, y compris, celui d'interférer dans la justice d'un autre Etat, relève d'une arrogance insupportable. Ce n'est pas parce qu'un citoyen a un casier judiciaire vierge qu'il est prémuni de tout acte délictueux ou criminel. Ce n'est pas parce qu'un citoyen a un casier judiciaire, qu'il est l'incarnation du Bien. Tout comme, ce n'est pas parce qu'un individu a un casier judiciaire non vierge, qu'on a affaire à un pauvr' type.

Carlos Ghosn n'est pas condamné à perpétuité. Il n'a même pas encore fait sept petites bonnes nuits en prison , que Berreta s'inquiète et s'indigne. Carlos Ghosn subirait-il un sort non prévu par la loi japonaise?  La France a des citoyens du côté de l'Etat islamique leur sort est plus inquiétant, qu'elle s'en occupe d'abord. Quant à Carlos, malgré son prénom fort répandu chez les traficants de drogue, il est entre de bonnes mains. Les japonais sont des gens sérieux. Ce n'est pas l'Afrique, le Japon. Le Japon est occidental comme nous autres, alors pourquoi s'inquiter outre mesure? 

Sur le complot industriel. Bien sûr, c'est forcément ça. Tout comme avec Tariq Ramadan, il y avait un complot islamophobe. On est en plein dans l'ère du complot. Partout, ce sont les complot. Pourquoi parler de complot dans le cas du PDG de Renault-Nissan, et pas dans le cas de l'islamologue -polémiste? D'ailleurs, on se souvient aussi qu'on nous a parlé de complot avec DSK. A l'époque, il n'y avait pas encore la marée féministe #Meetoo. Personne ne s'incarnait en Nafissatou Dialo. Il y avait juste un épais Strauss Khan, qu'il fallait à tout prix présumé innocent, sinon innocenter.

Là dessus, notre Berrata est soutenu par les souverainistes de Marianne, qui voit plus dans cette affaire un coup d'Etat automobile. Le citoyen ordinaire est prié de ne pas être naïf, de ne pas laisser se distraire par les sommes démentiels du patron de Renaut. Le citoyen doit plutôt y voir une attaque contre l'excellence française, incarnée ici par l'austère figure de Ghosn Carlos. 

Oui, oui,oui .....corporatisme oblige. Il faut sauver le soldat Ghosn. Ne l'oublions pas, 9 milliardaires contrôle la presque totalité des médias. Et une entreprise comme Renault, c'est quand même des millions et des millions de publicités. La presse peut donc délirer un peu, mais surtout faut pas qu'elle perde le Nord. Car, l'affaire peut se retourner contre elle. 

Berreta n'est pas un complotiste à la lègère. Lorsqu'il dénonce un complot, c'est qu'il a des preuves, du moins des indices. Il remonte dans le passé, et il constate que les dirigeants de Renault ont toujours été persécuté, assassiné. "Le symbole que représente cette marque est tellement fort que le 17 novembre 1986, un commando d'Action directe a pris pour cible le patron de la régie Renault de l'époque. Georges Besse est mort sous les balles de ses assassins parce qu'il incarnait la France, la puissance publique industrielle de notre pays." Justifie t-il. 

Voilà, l'histoire se répète. Destin français! Qu'est-ce qu'on a fait au bon Dieu? Que le monde est méchant! Que le Japon est bizarre, car, comme l'écrit le journaliste du Point : "le système judiciaire japonais permet aux policiers d'incarcérer un suspect pendant 23 jours consécutifs sans que son avocat puisse assister aux interrogatoires.. Pardon, mais, le Japon a beau être une démocratie, cette procédure est totalement déséquilibrée au regard des droits de la défense. On imagine, en outre, que les enquêteurs disposaient d'éléments écrits avant de jeter Carlos Ghosn dans sa cellule du centre de détention de Kosuge. Ses éléments ne vont pas disparaître et Carlos Ghosn n'aura pas les moyens de les détruire. Alors pourquoi une garde à vue de dix jours comme on nous l'annonce ?"

Carlos Ghosn n'avait même pas encore passé trois nuits dans les geôles au Japon, que notre épris dé justice s'inquiétait déjà des 23 jours potentiels de mise en détention. Qui pour se scandaliser des neuf mois de détention de Tariq Ramdan? Le monsieur a beau dire qu'il souffre de sclérose en plaques, il a beau réclamé un placement sous contrôle judiciaire avec remise de passeport suisse, plus une caution de 300.000 euros, la justice française se montre intraitable envers ce présumé innocent accusé de viol. 

Le Japon est une démocratie, merci à monsieur Berreta de l'avoir rappelé...mais bon, il trouve que la procédure est totalement déséquilibrée au regard des droits de la défense. Comment ça déséquilibrée? Et puis, d'où parle monsieur Berrata? Quel est ce ton qu'il emploie, comme s'il pouvait comme ça, s'attaquer au système judiciaire d'un pays, avec ses airs de gaulois réfractaire.

"Alors pourquoi une garde à vue de dix jours comme on nous l'annonce ?" Encore heureux! Dix jours, et il faut que la France se mobilise pour l'individu Ghosn. Dix jours et un sentiment d'injustice se déverse dans le crâne de monsieur Emmanuel Berrata?  Quant ici en France, pour quelqu'un qui n'est pas condamné, qui offre toutes les garanties de se maintenir sur le territoire, on approche déjà les un an de détention.

 

"La France doit exiger son rapatriement" gueule t-il. Et si le petit Japon n'obtempère pas, qu'est-ce qui se passe? Elle va réitérer l'exploit d'Hiroshima et Nagasaki? Elle ira déverser ses déchets radioactifs à Kosuge? Des gens comme Berrata sont des agents impuissants de la guerre, car irrespectueux du système d'ordre des Etats étrangers. La France n'est pas la norme universelle sur laquelle le monde doit se plaquer.

"Ce traitement est intolérable au regard du droit français. On ne traite pas de la sorte un homme qui, jusqu'ici n'avait jamais été pris en faute, qui a relevé une boîte (Nissan) à l'agonie pour en faire le leader mondiale de la construction mondiale."

Monsieur Berreta est-il favorable à ce que tous les Etats qui ont des ressortissants en France lui fassent des injonctions sur le traitement d'untel ou d'untel? Oui J'ai compris que Ghosn n'est pas n'importe qui, il est immortel, et il a transformé l'eau en vin, pardon, il a fait plus que ça, il a fait de Nissan, une boite à outil qui se prenait pour un constructeur automobile une véritable entreprise mondiale, leader dans la construction automobile. Maintenant que c'est dit, si le mauvais traitement que subirait un homme indigne véritablement monsieur Berreta, je l'invite à se pointer à la manifestation du collectif la Chapelle Debout, cette après midi. Ceux-ci manifesteront contre les centres de retentions. 

Qu'est-ce qu'un Centre de rétention? Un lieu mis en place par les socialistes où on vous enferme, non parce que vous êtes un voleur, un violeur, un assassin, un Fillon, un Sarkozy, un Ferrand.... on vous arrête et on vous enferme parce que vous êtes un étranger, à qui l'Etat refuse un droit à la vie.

Monsieur Berreta n'a pas besoin de s'exporter jusqu'au Japon pour observer les traitements intolérables. Il n'a pas besoin d'interpeller la France pour une chose si lointaine. Il y a suffisamment de cas pratique ici, chez nous, gaulois immortels.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.