Européennes: le triste tableau de la gauche.

Unie lorsqu'il s'agissait de courir après les "gilets jaunes" qu’elle n'a pas pu rattraper (c'était prévisible),la voici farouchement désunie, à l'approche des élections. Lorsqu’il s'agit d'elle-même, de sa "propre unité", de sa survie, de sa cohérence, la gauche se disloque. La gauche est en lambeau. Son soutien massif aux "gilets jaunes" n'était donc qu'une connerie de convergence des luttes.

A l'approche des européennes, les urnes, par la voix des sondeurs, ont déjà livré leurs secrets.Emmanuel Macron, représentant du capital, et Marine Le Pen, représentante du fascisme, sont en tête. Ce duo incarne parfaitement la tragédie contemporaine. Ce duo se suffit à lui même. Ce duo vaut bien le soliste Donald Trump. En langage plus simple: Macron+Marine Le Pen= Trump.

Là où la France a besoin de deux têtes,  de deux partis, de deux comédiens qui tiennent chacun un double discours, les Etats-Unis d'Amérique, eux, n'ont besoin que d'une seule tête. Et elle décoiffe. 

Et la gauche dans tout ça? Cadavérique comme le PS.

Électoralisme 

La France Insoumise alors? Perdue. N'avait-elle pas suscité quelques espoirs lors des présidentielles? Sans doute, mais tout est partie en fumée. La réalité lui échappe. Elle court après un score à deux chiffres pour les européennes. Elle conteste la vérité des sondeurs officiels. Ces mêmes sondeurs qui avaient naguère prédit son beau score des présidentielles. Eh bien, La France Insoumise a décidé de produire ses propres sondages dans le cadre des élections européennes. Elle qui, dans l'Avenir en commun, à la page 30 propose de combattre la "sondocratie". Comment? En interdisant les sondages dans les jours qui précèdent les élections...Pourquoi donc produire ses propres sondages? Manipulation en commun. Sondeurs officiels, sondeurs insoumis, faites-vous plaisir....faites nous rire. 

Nécrophilie

Le fils d'André Glucksmann, époux de la journaliste qui veut se convaincre de sa petite déontologie portative, co-fondateur du mouvement Place Publique, a cru pour sa part révolutionner le paysage politique français (celui de la gauche notamment), en s'alliant au parti socialiste. Grâce à ce fils de...le PS a vu son maigre score dans les sondages bondir de quelques deux points. 

L'inclusiviste 

L'ex socialiste, le sir Hamon,  continue de prêcher, avec une triste bonté, dans le désert. Pour ces européennes, les enquêteurs d'opinion font savoir qu'il sera aussi mauvais, si ce n'est pire, que lors de la présidentielle. Pendant ce temps, on nous révèle que les écologistes de EELV, ses ex alliés, sont les mieux placés à gauche. Ils viennent en 4ème position, derrière les réacs du camp Wauquiez. Spectaculaire !

Notons au passage, que toutes les grandes figures écologistes de ce pays sont davantage attirés par Macron que par Philippe Potou ou même l’ecosocialiste Melenchon. Why ?  Est-ce Macron qui a mené la campagne électorale la plus verte ? L‘ideologie qu’incarne  monsieur Macron est-elle la plus eco-responsable? N’est-elle pas celle qui a pillé et détruit cette planète ? Nicolas Hulot, en pénétrant dans le gouvernement de Macron, confirmait  ce que nous autres savions déjà: leur « écologie » est l’imposture du siècle. S’il y a bien une affaire du siècle, ce n’est pas l’inaction climatique de l’Etat Français, mais l‘hypocrite  suractivisme climatique de ces gens. Leur double conscience. Voire triple. C’est l’écologie de la « bonne place », de la bonne carrière au détriment de la vraie écologie  qui ne peut que découler d’une société juste, délivrée de puissants et criminels intérêts privées ou patriotiques .Après Nicolas Hulot, passons sur le cas de l’inconsistant  De Rugy, et tombons sur le cas  Canfin, ex grand sauveur des animaux de ce bas monde, qu’on retrouve sur la liste LREM des européennes. N’est-ce pas le Macron qui proposait de faire passer le permis de chasser de 400 euros à 200 euros? Comment l’ex directeur de WWF, qui s’est donné pour mission la protection de la nature peut-il justifier ça ? 

 

Quid du PCF et son Ian Brossart, cet adjoint au maire de la grande ville de Paris,  en charge du logement, qui assiste impuissament, année après année, à l’augmentation vertigineuse du prix de l’immobilier ? Ce non-communiste s’est cru innovateur et créateur en allant dragouiller le pauvre Lassana Bathilny. Sans papiers subsahariens devenu enfin « quelqu’un », c’est à dire «  héros et français », après avoir sauvé des vies lors des tueries de janvier 2015 à l’hyper-cacher à Vincennes. Aurait-il été absent ce triste jour de son lieu de travail, que ce distingué individu serait toujours savamment ignoré, relégué, migrantisé ...Le « noir » en France n’est que force physique, bite hors norme. On attend de lui rien de plus que l’utilisation de son corps, son offrande. Il faut être Teddy Riner, ou Ngolo Kanté, ou Mamadou Gassama, ou Bathilny...ça ce sont les « noirs » que la République promeut.  Les « noirs » d’excellence et par excellence. 

Le travail de boucher de monsieur Bathilny ne suffisait visiblement pour prétendre à une vie « normale », régulière en France. Il aura donc fallu, en plus de se lever chaque matin pour aller au travail, que le corps de Bathilny puisse rentrer  en scène. Dans les banlieues, où les gens sont extrêmement vifs d’esprit, on a compris ce message de la République à ses enfants de couleur. 

La figure du noire en France reste donc une figure infra humaine...L’égalite ? Attrape-bobo! Sur cette question précise, la gauche et la droite, s’arrangent  à penser que le « mal » ce n’est que le Front National. Eh bien’ le « mal » ça peut être aussi Ian Brossart, l’enfer étant pavé de bonnes’ intentions. 

 

Lassana Bathilny a été reconnu en tant qu’homme par les socialistes, et a été récupèré et intronisé politiquement par un « communiste ».  Pour quels motifs ?  Il est « noir ». Et, à défaut d’être un sportif de haut niveau, Lassana Bathilny a été déclaré  « héros »...Il est donc devenu  marque de la fabrique républicaine... Balthiny n’a pas eu besoin d’affirmer ses idées politiques, mais puisqu’etant « noir »(objet) et « héros » (performance ), le PCF de monsieur Brossart s’est dit qu’il y avait de quoi s’irradier. Bonne chance au PCF.

Sur ce Ian Brossart,  rappelons tout de même ses talents de braves opportunistes lors de la dernière campagne présidentielle. Voyant l’insoumis Melenchon bondir dans les sondages, on a vu ce type se démarquer de sa nonchanlance, il fallait un peu l’entendre, il fallait voir comme il voulait s’afficher avec les affiches de la FI. Il fallait voir comment, il cherchait à croiser son destin avec celui des Insoumis. Sauf que, dans ses calculs fort intéressés, il s’est lourdement gouré. La belle campagne des Insoumis lors des presidentieles ne lui a guère profité dans sa course aux législatives.  Et comme toute bon opportuniste, la suite de ses relations avec le mouvement de Melenchon a changé, suivant d’une certaine façon  la courbe de popularité du leader Insoumis.

La gauche, à échelle mondiale, a lourdement échoué. Il faut liquider ses restes une  bonne fois ...Et après  la reconstituer sur des bases et idées solides.  L’occident pourra t-il’fournir au monde la gauche dont il est cruellement manque? Je ne le pense pas. L’avenir politique du monde est donc « ailleurs ».  

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.