Charles Kabango
Citoyen
Abonné·e de Mediapart

223 Billets

0 Édition

Billet de blog 26 avr. 2022

Mélenchon, l'autre Gérard Majax de Macron à Matignon?

"Pas une voix à Marine Le Pen" avait claironné le fondateur de la France Insoumise le soir du premier tour. Traduction, votez blanc si vous chante, abstention si l'affaire vous dérange, Macron si ça vous arrange, mais rien à Le Pen. Le Leader Insoumis se soumettait là, en dépit de ses accents de résistant, à l'implacable destin macronien, sauveur suprême de la France.

Charles Kabango
Citoyen
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

1. Macron, président mal élu selon Melenchon.

La République, c'est lui.

Il peut donc déclarer sans honte qu'Emmanuel Macron a été mal élu, en oubliant, dans sa faim électoral, qu'il a déjà été triplement battu. En 2012 par Hollande, en 2017 par Macron, et en 2022 par le même Macron. Triple défaite qui s'accompagne d'un triple affront, avec un  Front National et plus tard un Rassemblement National toujours devant un Front de gauche, puis une France Insoumise, portés par le non-élu à la magistrature suprême Jean-Luc Mélenchon. 

Depuis 2017, Mélenchon est député à l'Assemblée Nationale. Et, si on lui appliquait ses propres critères de jugement démocratique, somme toute assez justes, qui lui permettent de dire que Macron est un président mal élu, il va sans dire que lui-même, qui hélas a crié frauduleusement  "La République, c'est moi", est  un député mal élu. Très mal élu même. Le plus mal élu de la 5e République. Puisqu'en en 2017, un record a été franchi lors des législatives avec un taux d'abstention à 57, 36%. 

Et les analystes ont bien observé que dans les circonscriptions où il y avait un duel entre l'ex Front National et la France Insoumise ou le PCF, les électeurs allaient moins voter. Le désengagement pour le second tour en 2022 n'est donc pas un fait inédit. Reste à savoir pourquoi, après un quinquennat tant décrié, à la place d'Emmanuel Macron, il n'y a pas avait pas Jean Luc Mélenchon au second tour. 

Si Macron est mal élu, Mélenchon, lui, est très mal placé pour le dire. Il fait parti de ces gens qui entretiennent le système de ces gens mal élus ou bien élus mais qui font le contraire de ce pour quoi ils ont été élus. Exemple Mitterand.  Ainsi, les jaculations de Mélenchon, pour apparaitre comme le leader de l'opposition, pour rester toujours en scène et bien vu,  à qui reviendrait le bon siège de Matignon, à défaut de l'Elysée, ne sont que de dérisoires et minables postures. La France Insoumise travaille pour elle-même, ou plus ironiquement pour Mélenchon, elle est soumise à lui. En aucun cas, elle n'apparait comme un mouvement d'avenir, c'est à dire d'émancipation et d'égalité. Pas simplement entre les français, mais entre les nations. Les propos du dirigeant insoumis sur le Mali et autrefois le Gabon en sont la preuve. Melenchon est un mitterandien de haut vol.

2. La critique est aisée, l'art difficile

Puisque la France soumise à son Mélenchon a fait savoir que Macron est mal élu. Et donc qu'il n'a pas l'entière légitimité d'appliquer son programme, et qu'il devrait composer avec les voix extèrieures, l'on se demande pourquoi le mouvement de Mélenchon, qui a perdu les élections, contraint les autres forces de gauche à s'aligner derrière le programme de l'Union Populaire? Pourquoi Macron n'aurait pas le droit d'appliquer strictement son programme, quand la France Insoumise, sous prétexte de ces 21%, veut régner sans partage à gauche?

Macron, criait-on chez les Insoumis, lors du précédant mandat, est autoritaire. La bonne blague! Qu'est-ce que la France Insoumise elle-même? Quel discours tient-elle à l'égard des forces politiques plus proches d'elle?  Le discours de l'évangile: Celui qui n'est pas avec moi est contre moi, et celui qui n'assemble pas avec moi disperse.

C'est dans cette logique impériale, de droit divin presque, que les jeunes loups ou disons les nouveaux prophètes d'une gauche aplatie, façon Adrien Quatennens, ont fait porter  leur échec au pauvre Fabien Roussel! Lequel n'aurait jamais dû exister. En 2017, le fautif c'était Benoît Hamon. Chez les Insoumis, l'autre doit se soumettre. La France Insoumise est donc en réalité le mouvement de véritables soumis.  Soumis à quoi? Aux élections, et c'est justement à ce niveau que leurs contradictions sont le plus terribles et pathétiques, à l'instar de cette consigne : pas une voix à Le Pen. Et en face, l'on avait le candidat-président qu'on a dépeint comme président des riches, autoritaire, xénophobe....Melenchon ne pouvait qu'avoir cette consigne. Mais cette consigne démontre les limites de sa prétendue insoumission.

Et, compte tenu de l'état politique dans lequel se trouvait la France, on pouvait d'ores et déjà parié que la belle LFI se rendrait coupable ou de collaborer avec le RN ou de pactiser avec En Marche ou de simuler un cruel non-choix, de simuler une victoire volée ou ratée de peu.  La France Insoumise est également soumise à sa  bulle programmatique! A son leader ... dont on voit très bien que tout absence provoquerait la liquéfaction du mouvement. Il y a ici, une ressemblance formelle, mais radicale avec En Marche et le Rassemblement National. 

Macron, pourrait-on aussi dire, a été élu faute de moins pire. Macron, mal-élu...Pour que ce constat védique puisse faire écho, il ne peut qu'être formulé par ceux et celles qui ont regardé cette affaire électorale de loin. Car, Macron, trône au-dessus de tous ces gens qui ont décidé de participer d'une manière ou d'une autre à ces élections bizarres. Il est élu...Et s'il est mal élu, ses concurrents ne valent guère mieux, la preuve ils n'ont même pas eu le malheur ou la chance d'être (mal) élu. Ils n'auraient pas dit non. N'est-ce pas la France Insoumise qui pleure encore qui lui aurait suffit de quelques voix pour être au second tour? C'est dire à quel point, elle est davantage engagé dans les calculs arithmétiques à des fins électoralistes, pouvoiristes plutôt que dans un élan véritablement politique pour et rien que les masses. Elle juge son échec et son succès en fonction des objectifs de place de son leader...qui aura beau tonné mais est demeuré un socialiste dans l'âme. Pardon, un mitterandien! 

Et ça, c'est tout sauf un avenir en commun.

Amitiés Insoumises

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Migrations
La véritable histoire d’Omar Elkhouli, tué par la police à la frontière italienne
Cet Égyptien est mort mi-juin pendant une course-poursuite entre la police aux frontières et la camionnette où il se trouvait avec d’autres sans-papiers. Présenté comme un « migrant », il vivait en fait en France depuis 13 ans, et s’était rendu en Italie pour tenter d’obtenir une carte de séjour.
par Nejma Brahim
Journal — Éducation
Au Burundi, un proviseur français accusé de harcèlement reste en poste
Accusé de harcèlement, de sexisme et de recours à la prostitution, le proviseur de l’école française de Bujumbura est toujours en poste, malgré de nombreuses alertes à l’ambassade de France et au ministère des affaires étrangères.
par Justine Brabant
Journal — Europe
L’Ukraine profite de la guerre pour accélérer les réformes ultralibérales
Quatre mois après le début de l’invasion, l’économie ukrainienne est en ruine. Ce qui n’empêche pas le gouvernement de procéder à une destruction méthodique du code du travail.
par Laurent Geslin
Journal — International
Plusieurs morts lors d’une fusillade à Copenhague
Un grand centre commercial de la capitale danoise a été la cible d’une attaque au fusil, faisant des morts et des blessés, selon la police. Un jeune homme de 22 ans a été arrêté. Ses motivations ne sont pas encore connues.
par Agence France-Presse et La rédaction de Mediapart

La sélection du Club

Billet de blog
L’aquaculture, une promesse à ne surtout pas tenir
« D’ici 2050, il nous faudra augmenter la production mondiale de nourriture de 70% ». Sur son site web, le géant de l’élevage de saumons SalMar nous met en garde : il y a de plus en plus de bouches à nourrir sur la planète, et la production agricole « terrestre » a atteint ses limites. L'aquaculture représente-elle le seul avenir possible pour notre système alimentaire ?
par eliottwithonel
Billet de blog
Grippe aviaire : les petits éleveurs contre l’État et les industriels
La grippe aviaire vient de provoquer une hécatombe chez les volailles et un désespoir terrible chez les petits éleveurs. Les exigences drastiques de l’État envers l’élevage de plein air sont injustifiées selon les éleveurs, qui accusent les industriels du secteur de chercher, avec la complicité des pouvoirs publics, à couler leurs fermes. Visite sur les terres menacées.
par YVES FAUCOUP
Billet de blog
Faux aliments : en finir avec la fraude alimentaire
Nous mangeons toutes et tous du faux pour de vrai. En France, la fraude alimentaire est un tabou. Il y a de faux aliments comme il y a de fausses clopes. Ces faux aliments, issus de petits trafics ou de la grande criminalité organisée, pénètrent nos commerces, nos placards, nos estomacs dans l’opacité la plus totale.
par foodwatch
Billet de blog
Face aux risques, une histoire qui n'en finit pas ?
[Rediffusion] Les aliments se classent de plus en plus en termes binaires, les bons étant forcément bio, les autres appelés à montrer leur vraie composition. Ainsi est-on parvenu en quelques décennies à être les procureurs d’une nourriture industrielle qui prend sa racine dans la crise climatique actuelle.
par Géographies en mouvement