Que devient cette France?

La France a peur d’un virus: elle se rassure en portant un masque. Elle a peur du voile: elle se sécurise en conchiant sur l'slam. Elle a peur la France. De tout, mais surtout de rien. Elle a la trouille. Elle se pisse dessus. Incontinence. O rage ! O désespoir ! O vieillesse ennemie !...O Ephad! O Macron! La cinquième puissance mondiale est déboussolée. Le monde lui-même n'a plus de boussole.

Quelques contaminés, elle ferme les bars et restaurants. Quatre blessés à l'arme blanche, Paris s’enflamme. Le préfet se montre. Castex se fend d'une déclaration. L'on crie au terrorisme. Sacrée habitude. Le pouvoir est-il (par essence) nécrophile? Faut croire!  Scatophile, ça on le savait déjà. Il n'y a qu'à voir la quantité de merde qu'on peut voir déverser dans nos pauvres oreilles. Sous nos pauvres yeux. La merde, jusqu'ici nous saturait. Et maintenant les morts. 

Qu’est ce que cette vie ? Qu’est ce cette "France" molle et vieillie ? Parle t-on d’un pays de plus de 60 millions d’habitants ayant connu des famines, guerres civiles, guerres mondiales, l’Occupation, pestes et choléra et que sais je? Parle t-on là d'un pays et ses millions de chômeurs et de sa minuscule aristocratie qui concentre à elle presque toutes les richesses de ce pays malade?   

A quand la folie liée au travail ? A quand l’urgence contre la pauvreté ? Si les dirigeants mettaient ce même zèle contre la covid-19, pour lutter contre la misère rampante, il va de soi, qu'on aboutirait sans hésiter au "communisme" ou disons un monde débarrassé de la propriété privée et de ses crimes naturels. Mais comme ce zèle, ne concerne qu'une maladie dont plus de 90% des contaminés guérissent sans avoir besoin du moindre soin, nous voici dans le fameux totalitarisme. Lisons Hannah Arendt: " Il est dans la nature même des régimes totalitaires de revendiquer un pouvoir illimité." Nous y sommes. Autre citation:

"On a souvent fait observer que la terreur ne peut régner absolument que sur des hommes qui sont isolés les uns des autres et qu’en conséquence, un des premiers soucis de tous les régimes tyranniques est de provoquer cet isolement. L’isolement peut être le début de la
terreur ; il est certainement son terrain le plus fertile ; il est toujours son résultat. L’isolement est, pour ainsi dire, prétotalitaire ; il est marqué au coin de l’impuissance dans la mesure où le pouvoir provient toujours d’hommes qui agissent ensemble, « qui agissent de concert » ; les hommes isolés n’ont par définition aucun pouvoir."

Ici, la santé n'est qu'un prétexte. Nous l'aurions déjà su, si Gouvernements et Autorités sanitaires prenaient véritablement à cœur notre santé. Celle-ci serait préservée des tentacules ou mâchoires capitalistes, ayant pour seul objectif le profit sans fin.

Donc, confinement en tant que mesure politique équivaut à l'isolement dont parlait Arendt.

Dans un contexte d'explosion des inégalités, il ne faut pas prendre à la légère les excès sanitaires de nos gouvernements libéraux, qui ont travaillé, depuis tant d'années à sacrifier la notion de "service public". Il s'agit d'une fuite en avant. 

Pourquoi les Sarkozy, Fillon et tout le reste ne sont-ils pas confinés à Fresnes pour leur participation active à l’effritement de la puissance publique ou leur corruption patente? Pourquoi punit-on le citoyen qui refuse instamment de se masquer, et le regarde t-on comme un maudit, un fou, pendant que les têtes dirigeantes ne répondent de rien? Pauvres masses!

"Ce que nous nommons isolement dans la sphère politique, se nomme désolation dans la sphère des relations humaines." Elle voit si juste la philosophe. Car, à ce totalitarisme qui triomphe dans nos belles démocraties occidentales donneuses de leçons, on ne peut que constater une extraordinaire désolation dans la sphère des relations humaines. Bien qu'elle soit masquée par un délire consumériste et civilisationnel (le grand remplacement), ou une arrogance ou suffisance qui ne saurait impressionner que des étourdis.

Désolation des classes moyennes occidentales, pour lesquelles, Dieu merci, subsiste encore un ultime credo: l'écologie de la onzième heure. Avec l’un de ses apôtres, la suédoise Greta Thunberg. Ou encore le saint Jean bouche d'or Nicolas Hulot, prêcheur vert, mais pollueur rouge. 

Qu'est-ce que cette France? Et ces médecins (scientifiques) en spectacle, qui, pour le coup, loin de nous éclairer, nous apaiser, nous donner espoir et courage, nous terrorisent?

L'on a du mal, à vrai dire, à choisir son camp entre un Raoult et un conseil scientifique. Si nous ne pouvons nous prononcer sur leur science médicale, leurs savoirs épidermiques, pardon, épidémiques, on ne peut guère s'empêcher d'avoir un avis sur leur attitude médiatique et diarrhéique. Celle-ci relève non pas de de la science, mais de la posture. Voire de l'imposture. 

Pour nous sauver du covid-19, les médecins devraient commencer par disparaître des plateaux télés. Nous n'avons pas l'impression d'être en guerre contre un virus. Mais plutôt d'être dans une espèce de guerre civile...Raoult le Marseillais contre Delfraissy le Parisien (ou le Jacobin). Et là, franchement, les immigrés, n'y sont pour rien. En matière de guerre civile, la belle France n'a pas besoin de renfort ou de prétexte extérieur. Elle a de quoi faire avec ses "propres" éléments internes. Le mal est là....et l'immigration n'y est pour rien.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.