Charles Kabango
Citoyen
Abonné·e de Mediapart

223 Billets

0 Édition

Billet de blog 27 mars 2020

Charles Kabango
Citoyen
Abonné·e de Mediapart

C'est qui le G20?

Le G20 a appelé dans son communiqué les institutions internationales, dont l'Organisation mondiale de la Santé (OMS) et le Fonds monétaire international (FMI), à "aider les pays émergents et en développement à faire face aux chocs sanitaires, économiques et sociaux du Covid-19". Il n'y a que le G20 pour faire pareil communiqué et espérer du FMI qu'il sorte les pays pauvres de leur pauvreté.

Charles Kabango
Citoyen
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Les conséquences économiques de la pandémie du Covid-19 sont mondiales. Et le monde, ce n’est pas seulement 20 représentants de 20 pays et quelques organisations internationales sous tutelle.

C'est donc plus qu'un mauvais signal, dans une crise, qu'on déclare inédite, de replonger dans les vieux réflexes, les vielles recettes.

Si le coronavirus est "l'ennemi de l'humanité" comme le clament l'OMS et l'ONU, pourquoi le G20 décide-t-il à lui tout seul de se pencher sur la relance économique mondiale? L'humanité se réduit-elle à une vingtaine de dignes représentants? Il est pourtant très probable, que les effets de cette crise, soient plus mortels pour un pays comme la Centrafrique que pour la Chine d'où est parti le virus. 

Chaque Etat doit pouvoir venir sur la table de discussion et exprimer les conditions réelles de ses habitants. Ce n'est pas au G20 que cela se passe. Et visiblement, l'ONU, qui stipule dans sa Charte, en son article 2, alinea 1: "L'Organisation est fondée sur le principe de l'égalité souveraine de tous ses Membres" est depuis fort longtemps, incapable d'assurer un ordre mondial juste, égalitaire et véritablement pacifié.

L'ONU s'est accommodé d'un système international où quelques puissances internationales violent sans complexe le fameux droit international qu'elles-mêmes ont rédigé. Un système international qui repose essentiellement sur le nucléaire, sur la raison du plus fort, du plus violent....C'est sur ce seul motif que les USA sont les USA: l'Etat le plus brutal et le plus craint de la terre. Le budget militaire des États-Unis en 2020 qui s'élève à presque 750 milliards de dollars, est comparable au budget militaire annuel cumulé de tous les pays du monde.

Les conséquences d'une telle réalité, nul besoin d'être géopoliticien pour en mesurer la portée et la criminalité. Que dit l'ONU? Elle laisse-faire. Non, que dis-je! Ce sont les USA qui laissent faire l'ONU. 

Tout comme les USA (et leurs alliés) laissent faire les institutions de Bretton Woods: FMI et Banque Mondiale. Deux institutions qui passent leur vie à mettre au régime les Etats précaires du Sud, à leur imposer les politiques publiques (y compris en Santé) défiant le bon sens le plus élémentaire, à effectuer des missions dans les quatre coin du monde, tout en privant les populations qu'elles secourent d'exister comme il se doit....Et pendant tout ce temps, la planche à billet fonctionne en continue à Washington....Des milliards sont perpétuellement injectés dans l'économie. Le Dollar écrase tout sur son passage. Il trône. C'est le Dieu véritable de cette planète devant lequel tout le monde doit se coucher.  Sous peine de châtiments. La charia wahhabite a côté étant un poil plus clémente.

Au nom de quoi donc, sur quelle base le G20 décide-t-il de balancer 5000 milliards de dollars? Est-ce bien là l'enjeu d'un monde férocement inégalitaire, qui plus est, confronté à une pandémie? 

La finance domine le monde. A la moindre crise, à la moindre céphalée......Des milliards! Et il suffit que les dirigeants proclament que des milliards seront lâchés  pour que les marchés, qui ont dégringolé au début de la pandémie, retrouvent fière allure. Ce qui intéresse les marchés, c'est le pognon de dingue. Ce n'est pas la vraie vie. Ce n'est même pas l'économie réelle. Le marché est insensible au courage des caissières, aux efforts surhumains du personnel soignant....Il n'a foi qu’en une seule chose: l'argent. C'est problématique! Mais bon, pouvait-on espérer autre chose que ce vertige financier? 

Le G20 injecte t-il 5000 milliards pour améliorer, consolider les systèmes de santé dans le monde? Non. Les représentants du G20 ont injecté 5000 milliards dans l'économie mondiale......ça veut tout dire et rien dire. Même si dans le communiqué, ils soutiennent que c'est "contrer les répercussions sociales, économiques et financières de la pandémie."

Faut-il démontrer au G20 que les "répercussions sociales, économiques, et financières de la pandémie" seront plus terribles dans les pays pauvres? Et donc, qu'un G20, dans la situation actuelle n'a aucun sens....

Ce qu'il faut, c'est une Assemblée Mondiale où chaque Etat, dans un esprit de solidarité, de justice, de respect viendra exposer la situation sociale, économique, et financière de son pays. Et qu'ainsi, puisse être appliquée le mot de Marx: " De chacun selon ses forces, à chacun selon ses besoins". 5000 milliards, concrètement ça donne quoi à échelle mondiale?

Sans "prétention communiste", ne serait-ce que cela, toute solution apportée à la fameuse crise, qui en fait n'est pas une crise mais la vérité du capitalisme, n'est qu'aggravation du mal, aggravation du capitalisme. Pitié pour ceux qui attendent des cadeaux des bourreaux! 

2008...On nous parlait déjà de moraliser le capitalisme. Résultat: explosion des inégalités. Il serait temps, que les Bienveillants comprennent que la morale du capitalisme, ce sont les inégalités. Quant à réformer le capitalisme, à quelles fins? Un monde plus juste? Si c’est de cela qu’il s’agit, la réforme du capitalisme s'avère quasi-nul: il faut l'abolir. 

L'abolition du capitalisme doit être prise très au sérieux. Ce n'est pas une antienne de "marxistes". Elle doit être abolie et "remplacée" par le Communisme. Bien sûr, seuls quelques ânes libéraux et perroquets parlementaristes peuvent croire qu'il s'agit, d'un retour aveugle au passé, au communisme du XXe siècle. Il n'en est rien.

Par ailleurs, espérons que cette douce pandémie  calmera un tant soit peu les fiers et arrogants démocrates d'Occident. Douce pandémie qui aura réussi à mettre à nu, comme jamais par le passé, l'arriérisme, l'égoïsme, l'hypocrisie Occidentale. Cuba au chevet de l'Europe?  Qui l'eût cru!

Leur monde, leur prétendue "démocratie libérale" n'est en rien une Fin de l'Histoire réelle, et même souhaitable pour l'Humanité.

Que crève le FMI! 


Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

Les articles les plus lus
Journal — Qatar : le Mondial de la honte
Journal — À Saint-Étienne, le maire, la sextape et le chantage politique
Journal — À Saint-Étienne, le maire, la sextape et le chantage politique

À la Une de Mediapart

Journal — Europe
Le jour où le post-fascisme a pris le pouvoir en Italie
Le parti de Giorgia Meloni a largement dominé les élections italiennes du 25 septembre. La coalition de droite devrait obtenir une majorité absolue au Parlement. Le résultat de décennies de confusionnisme et de banalisation du fascisme dans lesquels se sont fourvoyés tous les mouvements politiques de la péninsule.
par Ellen Salvi
Journal — Europe
« La droite fasciste n’a jamais disparu de la société italienne »
L’historienne Stéfanie Prezioso explique ce qui a rendu probable l’accès d’une post-fasciste à la tête du gouvernement italien. De Berlusconi en « docteur Frankenstein » au confusionnisme propagé par le Mouvement Cinq Étoiles, en passant par le drame des gauches, elle revient sur plusieurs décennies qui ont préparé le pire.
par Fabien Escalona
Journal — Santé
En Mayenne : « J’ai arrêté de chercher un médecin traitant »
En Mayenne, des centaines de personnes font la queue pour un médecin traitant. Dans ce désert médical, le nombre de médecins n’est pas suffisant face à une énorme demande. Inciter les médecins à s’installer dans des zones sous-dotées ne suffit peut-être plus. Certaines voix prônent une autre solution : la contrainte. 
par Célia Mebroukine
Journal — Politique
La justice dit avoir les preuves d’un « complot » politique à Toulouse
L’ancienne députée LR Laurence Arribagé et un représentant du fisc seront jugés pour avoir tenté de faire tomber une concurrente LREM à Toulouse. Au terme de son enquête, le juge saisi de cette affaire a réuni toutes les pièces d’un « complot » politique, selon les informations de Mediapart.
par Antton Rouget

La sélection du Club

Billet de blog
« Avoir 20 ans en Ukraine » : un témoignage plus nuancé
Dans son édition du 12 septembre 2022, l'équipe de « C dans l'air » (France 5) diffusait un reportage de 4 minutes intitulé : Avoir 20 ans à Kiev. Festif, le récit omettait que ces jeunes ukrainiens font face à des impératifs bien plus cruels. M'étant aussi rendu en Ukraine, j'écris à Maximal Productions un email ré-adapté dans le présent billet afin de rappeler une réalité moins télégénique.
par vjerome
Billet de blog
Tenir bon et reprendre l’offensive
Sept mois de guerre et d’atrocités en Ukraine, un peuple héroïque qui ne rompt pas et reprend l’initiative. La perspective, même lointaine, d’une libération de l’Ukraine devrait faire taire ceux qui théorisaient l’inaction devant les chars russes, validant la disparition d’un peuple et de ses libertés.
par Yannick Jadot
Billet de blog
Chéri, je crois qu’on nous a coupé le gaz !
Depuis quelques mois, la discrète Roumanie ravitaille le reste du monde. Le plus grand port de la mer noire s’érige au nom de Constanța. Les affaires battent leur plein. Les céréales sont acheminées dans des wagons sans fin. Aujourd'hui, comment vit-on dans un pays frontalier à l'Ukraine ? Récit de trois semaines d'observation en Roumanie sur fond de crise énergétique et écologique.
par jennifer aujame
Billet de blog
La gauche en France doit sortir de son silence sur la guerre en Ukraine
[Rediffusion] La majorité de la gauche en France condamne cette guerre d'agression de l'impérialisme russe, demande le retrait des troupes russes de l'Ukraine. Mais en même temps reste comme paralysée, aphone, abandonnant le terrain de la défense de l'Ukraine à Macron, à la bourgeoisie.
par Stefan Bekier