Charles Kabango
Citoyen
Abonné·e de Mediapart

223 Billets

0 Édition

Billet de blog 27 avr. 2022

Livraison d'armes à l'Ukraine: la paix qui vient de l'Allemagne.

Une quarantaine de pays se sont réunis mardi en Allemagne, à l'invitation des Etats-Unis, pour renforcer la défense de la sainte Ukraine. Selon Lloyd Austin, secrétaire à la Défense des USA, l'Ukraine « peut gagner ». Il manque à ce propos, pour faire sens, un complément d'objet direct. A croire que l'action occidentale mène l'Ukraine dans le vide .

Charles Kabango
Citoyen
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

1. "L'Ukraine peut gagner"

Le seul gain véritable pour l'Ukraine c'est la paix réelle et solide avec la Russie avec qui elle partage non seulement une histoire, une langue, mais aussi sa plus longue frontière. A défaut de pouvoir se déplacer géographiquement, de s'implanter à la place du Mexique ou de la Belgique,  l'Ukraine est condamnée soit à une paix solide et intelligente avec son voisin russe, soit à une désagrégation lente ou rapide de ce qu'elle est, depuis trop peu, en entretenant avec (la "grande") Russie une relation fondée sur la provocation, le mépris, la négation d'une continuité territoriale, culturelle, et donc d'intérêts vitaux communs.

Car, ne l'oublions pas, l'Ukraine actuelle est un Etat assez récent sur la carte de l'Europe. Son territoire a presque toujours fait l'objet d'un contrôle par les puissances régionales : Union soviétique, Empire russe, Empire austro-hongrois, Empire ottoman, Etat polono-littuanien). L'Ukraine est en quelque sorte une Afrique au coeur de l'Europe. Il s'agit d'un Etat qu'on pourrait qualifier d'ontologiquement fébrile et malade, et dont les élites n'ont jamais pu administrer le remède qu'il faut. 

L'Ukraine, comme la plupart des Etats africains, est un Etat qui a toujours disposé d'une souveraineté très parcellaire ou partielle et qui a hérité d'une configuration territoriale  imposée par les autres.

C'est pourquoi la défense de la soi-disant souveraineté ukrainienne aujourd'hui prête à sourire. Car, jamais, on a observé pareille défense en Afrique ou au Proche et Moyen-Orient. Il y a ceux qui ont le droit divin d'agresser, pardon de civiliser, et d'autres à qui il est proscrit de tout simplement se défendre. 

Il n'est pas vrai que ce qui se joue dans le conflit entre la Russie et l'Ukraine soit une affaire de "valeurs": démocratie, souveraineté....Car, parlons de souveraineté. Les USA prétendent défendre l'Ukraine contre un agresseur, un méchant russe, en livrant des armes à coup de milliards à une Ukraine aujourd'hui déchiquetée, qui ne fonctionne plus à partir de ses propres institutions mais à partir de la CIA ou de la Maison Blanche. 

2. L'aide militaire au bataillon azov ou aux civils armés? 

Cependant, les mêmes Etats-Unis ont, en 2019,  supprimé leur aide militaire au Cameroun (qui dispose d'une armée régulière) alors que ce pays faisait face à des attaques de mercenaires sécessionnistes (non des organisations politiques avec des leaders identifiés) dans les régions du Sud-Ouest et du Nord-Ouest. Les fameuses régions dites anglophones. Pour justifier cette décision un brin complotiste, les Etats-Unis ont invoqué de "graves violations des droits humains" commis par les forces de sécurité camerounaises. Pendant ce temps, les sécessionnistes, eux, pouvaient décapiter n'importe quel citoyen, instaurer la terreur  sans se faire remonter les bretelles par les Américains ou l'Union européenne. Seul l'Etat du Cameroun fragilisé par les attaques concentrait les les critiques des occidentaux. Comment expliquer que ce soit l'Etat du Cameroun, en pleine défense de son territoire, au Nord, contre Boko Haram et au NOSO, contre les sécessionnistes anglophones, que les Etats Unis sanctionnent sous le fallacieux prétexte des droits de l'homme?

Existe t-il encore une armée ukrainienne ? N'a t-on pas démontré, documenté l'existence des bataillons pro nazi dans l'armée ukrainienne? Ces nazi respectent-ils les droits de l'homme? Magnifique! On comprend donc pourquoi ici les défenseurs des droits de l'homme aident militairement l'Ukraine à coup de milliards de dollar, on renseigne les Ukrainiens, on les fournit tout ce qu'on peut....Mais le Cameroun, on sanctionne!

Pourquoi aider  militairement un Etat maladif tel que l'Ukraine contre une puissance militaire et nucléaire  alors qu'on refuse d'aider un Etat africain à lutter contre des groupuscules terroristes, des mercenaires financés par on ne sait qui? 

Les USA travaillent-il pour la paix? Non. Lorsque les dirigeants affirment que l'Ukraine "peut gagner", on se retrouve projeter dans un monde orwellien: La guerre c'est la paix, la liberté c'est l'esclavage, l'ignorance c'est la force.....Et ajoutons, détruire son pays, envoyer ses populations en exil, créer les conditions d'une haine tenace entre deux voisins, c'est ça la victoire. 

3. Le sommeil des européens est-il terrifiant? 

La manière avec laquelle s'est déroulée le débat sur l'actualité en l'Ukraine  lors de la présidentielle française en dit long sur la glaciation des esprits ou disons la maladie du sommeil qui frappe Français et Européens. Et les médias se sont contentés lors face à face Macron - Le Pen, terrifiant par sa nullité, des postures du banquier Macron à l'égard de l'héritière Le Pen. Au lieu d'un débat argumenté sur la paix, la guerre, d'un regard sur le monde, d'une pensée ou de deux pensées, d'une vision ou de deux visions, on a eu droit à la petite phrase:

- Vous parlez à votre banquier quand vous parlez à la Russie.

Et la presse trouve cela si brillant. Si juste. Si profond....Qu'elle proclame Macron grand vainqueur du match. 

Or, il faut le dire, cette Union européenne, téléguidée par les USA, a crée un climat de presque guerre mondiale. Bruno Le Maire n'avait pas su cacher la vérité. Trop vite, trop tôt, il avait déclaré une guerre "totale" à la Russie. Que la déclaration provienne d'un ministre français et pas d'un ministre ukrainien, tout comme ce sont les USA qui disent que l'Ukraine "peut gagner", prouve bel et bien que, d'une certaine manière, nous sommes en présence d'une guerre mondiale.

Une "drôle" de guerre mondiale. Drôle parce que les généraux occidentaux écument les plateaux télés en jouant aux apprentis sorciers, aux psychologues de comptoir; drôle parce que les Alliés de l'Ukraine ne se battent pas aux côtés des ukrainiens, mais ils pilotent l'Ukraine comme s'il s'agissait d'un drone, ils instrumentalisent l'Ukraine; drôle parce les opinions n'ont pas conscience de la dangerosité de leurs gouvernements respectifs, et que tout se passe comme s'il y avait d'une part un méchant, et d'autre part les gentils; drôle parce qu'on nous présente un Poutine fou tout en sanctionnant tout ce qui provient de ce pays, artistes et athlètes compris; drôle parce qu'on fait  à accroire à l'opinion occidentale  que ce qui se passe en Ukraine est inédit, et pourtant.... oui drôle....ni guerre froide, ni guerre chaude....Nous traversons une drôle de guerre mondiale, imperturbablement. 

Jusqu'à quand cette guerre mondiale sous la houlette des yankees gardera son caractère "drôle"? 

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Migrations
La véritable histoire d’Omar Elkhouli, tué par la police à la frontière italienne
Cet Égyptien est mort mi-juin pendant une course-poursuite entre la police aux frontières et la camionnette où il se trouvait avec d’autres sans-papiers. Présenté comme un « migrant », il vivait en fait en France depuis 13 ans, et s’était rendu en Italie pour tenter d’obtenir une carte de séjour.
par Nejma Brahim
Journal — Éducation
Au Burundi, un proviseur français accusé de harcèlement reste en poste
Accusé de harcèlement, de sexisme et de recours à la prostitution, le proviseur de l’école française de Bujumbura est toujours en poste, malgré de nombreuses alertes à l’ambassade de France et au ministère des affaires étrangères.
par Justine Brabant
Journal — Europe
L’Ukraine profite de la guerre pour accélérer les réformes ultralibérales
Quatre mois après le début de l’invasion, l’économie ukrainienne est en ruine. Ce qui n’empêche pas le gouvernement de procéder à une destruction méthodique du code du travail.
par Laurent Geslin
Journal — International
Plusieurs morts lors d’une fusillade à Copenhague
Un grand centre commercial de la capitale danoise a été la cible d’une attaque au fusil, faisant des morts et des blessés, selon la police. Un jeune homme de 22 ans a été arrêté. Ses motivations ne sont pas encore connues.
par Agence France-Presse et La rédaction de Mediapart

La sélection du Club

Billet de blog
Face aux risques, une histoire qui n'en finit pas ?
[Rediffusion] Les aliments se classent de plus en plus en termes binaires, les bons étant forcément bio, les autres appelés à montrer leur vraie composition. Ainsi est-on parvenu en quelques décennies à être les procureurs d’une nourriture industrielle qui prend sa racine dans la crise climatique actuelle.
par Géographies en mouvement
Billet de blog
L’aquaculture, une promesse à ne surtout pas tenir
« D’ici 2050, il nous faudra augmenter la production mondiale de nourriture de 70% ». Sur son site web, le géant de l’élevage de saumons SalMar nous met en garde : il y a de plus en plus de bouches à nourrir sur la planète, et la production agricole « terrestre » a atteint ses limites. L'aquaculture représente-elle le seul avenir possible pour notre système alimentaire ?
par eliottwithonel
Billet de blog
Grippe aviaire : les petits éleveurs contre l’État et les industriels
La grippe aviaire vient de provoquer une hécatombe chez les volailles et un désespoir terrible chez les petits éleveurs. Les exigences drastiques de l’État envers l’élevage de plein air sont injustifiées selon les éleveurs, qui accusent les industriels du secteur de chercher, avec la complicité des pouvoirs publics, à couler leurs fermes. Visite sur les terres menacées.
par YVES FAUCOUP
Billet de blog
Cochon qui s’en dédit
Dans le cochon, tout est bon, même son intelligence, dixit des chercheurs qui ont fait jouer le suidé du joystick. Ses conditions violentes et concentrationnaires d’élevage sont d’autant plus intolérables et son bannissement de la loi sur le bien-être animal d’autant plus incompréhensible.
par Yves GUILLERAULT