Sur la liberté de circulation et d'installation : la gauche s'exprime

Mediapart a envoyé un questionnaire en quinze points à chacune des formations classées à gauche sur la question migratoire. A lecture des réponses des différentes formation, le constat d'ensemble est que sur cette question de l'immigration, la gauche a une posture fortement morale, principielle et faiblement politique, en dehors de tout examen des faits à échelle mondiale.

 

L'une des question de Mediapart adressé à la gauche de France, à savoir: Etes-vous favorables à la liberté de circulation ? A la liberté d'installation? A la liberté d'installation? Etes-vous favorable à la suppression des frontières? relève à n'en point douter davantage du babacoolisme ou d'un simple exercice de style que d'une réelle interrogation politique pouvant donner lieu à des réflexions d'avenir pour la gauche, je veux dire le monde. Car, c'est bien là notre préoccupation commune.

Le mot favorable mérite quand même qu'on s'y attarde. Favorable, du latin  favor,  qui veut dire faveur. Qu'est-ce qu'une faveur? Une grâce, un soutien du ciel, une attitude bienveillante, une préférence. Alors, Médiapart demande à la gauche si elle en faveur de l'article 13 de la Déclaration universelle des droits de l'Homme qui stipule: "Toute personne a le droit de circuler librement et de choisir sa résidence à l'intérieur d'un Etat". 

Il faut donc pouvoir démasquer derrière cet adjectif de favorable, la fameuse bonne conscience de la gauche, sa morale. Demander à la gauche si elle favorable à la liberté de circulation ou d'installation dans un contexte mondial d'inégalités absolues n'a pas de sens politique réel. Car, que la gauche soit favorable ou pas, la liberté de circulation et d'installation est une réalité pour une catégorie de personnes (armée des pays occidentaux, détenteurs de capitaux, propriétaires, banquiers...) pendant qu'elle demeure un sérieux mythe pour les prolétaires, les pauvres gens, ceux qui à la moindre bombe, à la moindre augmentation de température voient leur environnement réduit à néant.

La question ne se pose pas pour les capitalistes, pour les dirigeants africains à l'instar du fils du président de la Guinée Equatorial, eux s'installent où ils veulent. Ils sont sans frontières. Tout comme Lionel Zinsou, ce grand banquier français, qui s'était présenté aux dernières élections présidentielles au Bénin.  Tout comme Valls, aujourd'hui prêt à sauver Barcelone, après avoir transformé Evry  Comme ces talentueux footballeurs qui enchantent les foules terrestres.

En vérité,  la question véritable qu'a posé mediapart à la gauche est la suivante: Etes-vous favorable au déplacement des populations d'Afrique et d'ailleurs minées par les guerres et  la pauvreté?  Etes-vous également favorable à la suppression des frontières pour les pauvres gens? Autrement, la question sur la liberté de circulation, d'installation, et sur la suppression des frontières  n'a pas un grand intérêt, puisqu'elle se borne à rependre de grands principes sans examen du réel. Il ne peut s'agir pour la gauche, dans un monde farouchement inégalitaire, de se positionner simplement sur un point de droit que consacre le droit internationale. Surtout que se déclarer favorable ou pas n'engage en rien....

 

Que répond la gauche sur cette vaseuse question de Mediapart?

 

1) Pour la France Insoumise. le début sa réponse nous éclaire largement sur la nature de cette formation de gauche. "Nous ne sommes pas favorables à la suppression des frontières." Etant entendu que les frontières n'existent nullement pour la finance, les capitalistes,  les riches, il faut donc comprendre la déclaration des Insoumis à la lumière des prolétaires des pays du Sud. Ce qu'elle appelle si aimablement les "migrants économiques". Pour la France Insoumise, les frontières "sont nécessaires pour mettre en place le "protectionnisme solidaire". 

Les frontières sont-elles nécessaires? Qu'entend t-on par nécessaire? Ce qui ne peut être autrement...ce que Leibniz appelait la raison suffisante. Or, les frontières sont surtout une contingence de l'Histoire. Les frontières sont nécessaires pour ceux qui ont inventé cette histoire et se sont partagés le monde, puis ont énoncé le principe de l’intangibilité des frontières.  La question de la suppression des frontières est artificielle, et pour le coup,  non nécessaire. Le Capitalisme n'a que faire des frontières.  Il triomphe et ce n'est pas en prônant une espèce de "protectionnisme solidaire" qu'on engagera avec les autres peuples une véritable sortie au système capitalisme. Et le Mali, pourra t-il aussi prôner ce même protectionnisme solidaire? Bien sûr que non. Que Peugeot delocalise à Bamako ne peut qu'être pour eux une bénédiction du ciel. Le protectionnisme solidaire est une idée trop maigre, trop fébrile pour affronter le capitalisme. D'ailleurs, le capitalisme lui aussi peut se déclarer solidaire.

"De même, poursuit la France Insoumis, l’idée que la France puisse être le seul pays au monde à permettre une totale liberté d’installation, qui plus est dans le contexte décrit précédemment, ne nous semble pas raisonnable." A t-il été question que la France seule accueille tout la misère du monde?  Cette manière de présenter les choses, en donnant l'impression que la France est seule au monde, abandonnée de tous est une façon de fuir les vraies questions. Le contexte en lui-même est déraisonnable. 1% les plus riches détiennent plus de la moitié du patrimoine mondial.  Que cet état de chose soit éternellement présent dans l'esprit de nos amis de gauche.

La France Insoumise conclut sa réponse en affirmant: "Notre position est raisonnée. Elle consiste à travailler sur les causes de ces migrations contraintes, à l’origine desquelles nos pays et l’Union européenne ont une grande responsabilité et, en attendant, à créer les conditions d’un accueil plus digne".

Même la position de Sarkozy, Hollande et Macron sont des positions raisonnées. Ce ne sont pas des irréfléchis. Maintenant, la position qui consiste à vouloir travailler sur les causes de ces migrations contraintes relèvent de la pure littérature de gauche.

Que pourra faire la France Insoumise pour mettre fin aux guerres qui détruisent des pays tout entier et où sont engagés de puissants intérêts d'Etats et capitalistes?  Et puis, qu'est-ce que ça veut dire agir sur les causes de migrations? Les migrations  sont-elles une maladie ? Non. Pour ma part, prétendre agir les causes des migrations est une autre façon de dire qu'on lutte contre les migrations.

On n'a pas à lutter contre les causes des migrations, mais à lutter contre les injustices, les guerres , etc. Après tout, les hommes ne pourraient -ils pas être de libre de circuler? de s'installer là où ils veulent

Oui, l'Occident a une responsabilité fondamentale dans le grand bazar actuel, mais si la France Insoumise cherche véritablement les causes de cette affaire qu'on appelle migrants, elle doit se préparer à aller fouiller très loin...elle doit se préparer par ailleurs à enterrer la République. Il faut travailler à l'avènement d'un monde juste, sans se soucier du déplacement des populations ( Sud/Sud, Sud/Nord, Nord/Sud..). 

2) Le Parti socialiste. Ce parti, on l'a vu à l'oeuvre. On a vu de quoi il est capable. On ne peut plus rien attendre de lui en tant que parti ou reliques de gauche. Mais bon, qu'a t-il répondu? "Les libertés de circulation et d’installation sont des droits fondamentaux."...Poncif de bourgeois. Droits fondamentaux?  Qu'est-il du réel? La liberté de circulation et d'installation sont des droits fondamentaux à l'unique condition d'avoir les moyens. Or, vous avez des milliards d'individus qui ne disposent pas de ces moyens. Une petite partie de ces milliards d'individus sont donc obligés de prendre tous les risques afin de circuler.

Le parti socialiste soutient que "ce qui est en jeu aujourd’hui, c’est la consolidation de la frontière extérieure de l’Union européenne pour donner les moyens de contrôle de l’immigration légale et de la lutte contre l’immigration illégale." On voit bien là, l'expérience du pouvoir. Qu'est-ce que la consolidation de la frontière extérieur de lUnion européenne? C'est l'enfer libyen. C'est le calvaire marocain de subsahariens qui tentent désespérément de rejoindre le vieux continent. Ces  subsahariens n'ont pas de moyens, ils doivent donc rester sur place...L'immigration illégale ce n'est pas l'immigration de produits illégaux, c'est simplement l'immigration d'hommes et femmes qui transcendent les lois bourgeoises qui ne permettent pas un paysan de déposer son dossier à l'ambassade de France à Niamey et de rejoindre Paris. Et l'immigration légale, elle, est parfois un pillage ou un renforcement des inégalités en bonne et due forme.

C'est cette immigration légale qui permet à tous ces dirigeants africains d'acheter des châteaux en France, d'ouvrir des comptes dans les banques Suisse. Le pillage de l'Afrique est donc légale. Et sa tentative de survivre est déclarée illégale. Faut pas compter sur les socialistes pour changer cet état de fait.

3) Le parti communiste déclare : " Le droit à la circulation est sans conteste pour nous un des droits humains universels fondamentaux. Pour l’heure, seul un tiers de la population mondiale y a réellement accès. Nous sommes favorables au droit à la circulation avec des voies légales — et sécurisées — de migrations, seule façon effective de démanteler les trafics d’êtres humains." 

Le parti dit communiste, lui aussi reprend à son compte ce droit surréaliste qu'est la liberté de circulation en tant que droit humain universel fondamental. "Nous sommes favorables au droit à la circulation avec des voies légales" ...Voies légales. Si les prolétaires nomades, idéologiquement convertis en migrants, devaient compter sur les voies légales chères aux communistes, la France aujourd'hui ne s'embêterait à savoir si oui ou non il faut accueillir des misérables. Le parti communiste semble préoccuper par les trafics d'êtres humains. Il veut les démanteler. Quand démantèlera t-il les trafics "légaux" en cours en RDC? Quand démantèlera t-il le commerce des armes, un des rares secteurs où la France est d'ailleurs excédentaire? 

Certes, dans sa réponde à Mediapart, le parti communiste rappelle  la Déclaration universelle des droits de l’homme de 1948 qui énonce que "toute personne a le droit de circuler librement, de choisir sa résidence à l’intérieur d’un État. Toute personne a le droit de quitter tout pays y compris le sien, et de revenir dans son pays". 

Hélas, elle oublie de se rappeler qu'ici bas, n'est libre que celui qui a les moyens d'être libre...Toute personne a le droit de quitter tout pays, dans les faits, on constate surtout que Toute personne ne peut quitter son pays.

 

4) Nouveau parti anticapitaliste. "Aujourd'hui, la liberté de circulation est interdite aux pauvres, mais pas aux riches ! Oui, le NPA est pour la liberté de circulation, ce qui signifie pouvoir partir et revenir, voyager, se former, travailler, connaître le village planétaire dans lequel nous vivons. La liberté de circulation supprime de fait le « clandestin » sans droit et pourchassé. La liberté de circulation doit être complétée par la liberté d'installation, ce qui signifie le droit de vivre en citoyen dans le pays choisi. Et s'accompagner du droit de voter, de l'égalité de droits entre tous et toutes. Nous sommes pour l'ouverture immédiate des frontières externes et internes de l'UE à tous les migrants et migrantes qui cherchent un refuge et qui parviennent le plus souvent après des voyages terribles aux portes de l'Europe. À terme, nous soutenons la suppression des frontières. Elles contribuent à la militarisation et à la répression partout dans la planète. Elles empêchent les humains de circuler librement, mais pas les capitaux ni les marchandises."

 

Il s'agit là d'une position élémentaire et raisonnée. Que la gauche ne soit de façon intransigeante sur cette position indique tout à fait qu'elle a intégré l'ordre établi. Cette position élémentaire est dite radicale. On la classe à l'extrême gauche. C'est à dire qu'il est extrême de considérer que des pauvres ont droit à la vie. 

Hélas, dans le cadre du jeu parlementaire, et de nos démocraties libérales, cette position n'est nullement tenable. Elle implique donc une autre considération de la pratique politique.Et c'est à ce niveau qu'on peut aller chercher querelle au NPA. Mais, ce billet n'a pas pour objectif de parler stratégie du NPA.

Que la gauche énonce le réel: Les humains ne circulent pas librement. Ils ne sont ni libres, ni égaux. Qu'elle arrête de tenir pour véridique les énoncés bourgeoises, les principes vagues de droit internationale. Ainsi, il faut peut être arrêter ce genre de vœu : La liberté de circulation doit être complétée par la liberté d'installation, ce qui signifie le droit de vivre en citoyen dans le pays choisi.

Il ne faut pas croire que nos ennemis sont au bord de l'échec, et qu'il nous suffit maintenant d'émettre nos souhaits. Si le monde que nous voulons est celui de l'émancipation universelle humaine...alors, il faut s'émanciper de ces vieilles fables sur les libertés (liberté d'opinions, liberté de circulation, liberté d'installation). Il faut reconsidérer tout chose.

5) Génération.S. Le mouvement de monsieur Hamon répond: "Il est pour le moins paradoxal de voir la plupart des gouvernements accepter la libre circulation des marchandises et des capitaux et limiter, voire interdire, la libre circulation des êtres humains. La plupart des traités internationaux envisagent l’interdiction des restrictions à ces circulations financières et matérielles dès lors qu’elles pourraient remettre en cause les profits des entreprises. Il est évident que la libre circulation des personnes deviendra progressivement la règle, même si cela suppose un changement considérable des situations des États. Ce sont les inégalités sociales, économiques, démocratiques et écologiques qui poussent à la migration."

Marx disait des gouvernements qu'ils sont les fondés de pouvoir du capital. Il n'y a donc pas de paradoxe dans cette affaire.  La libre circulation des capitaux est inscrite dans l'ADN de l'Etat démocratique.  

"Ce sont les inégalités sociales, économiques, démocratiques et écologiques qui poussent à la migration."  Les inégalités démocratiques? On a envie de sourire. Inégalités écologiques? Il est clair que, au vue du niveau de vie,  l'empreinte écologique du citoyen européen est plus important que celui du paysan sénégalais, en quoi cette inégalité pousserait le paysan sénégalais à partir dans un pays plus polluant? 

Les migrations existent depuis les temps immémoriaux. La gauche doit dissocier son historique combat contre les inégalités du fait migratoire. Son but n'est pas que chacun vive "chez soi". Mais que l'humanité ne soit plus soumis aux seules lois de la concurrence, de la propriété privée, et du profit. La gauche doit remettre à jour l'idée d'une voie alternative, mondiale, au capitalisme. La gauche doit avoir pour base l'internationalisme.  

 

Pour l'heure, en France par exemple, le droit national crée d'évidentes frontières à l'intérieur du pays, entre français et étrangers légaux ou illégaux. Il faut poser la question de l'égalité et voir comment une lutte collective peut être engagée dans ce sens. Voilà l'urgence du moment!

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.