La France: un grand corps malade.

A regarder les images qui circulent, de l'agression du producteur Michel Zecler, on est en droit de se demander si la police républicaine n'est pas gang parmi tant d'autres. Pas d'amalgame?

Il y a quelque temps, la pâle copie de l'informe Sarkozy, Gérald Darmanin, ministre de l’Intérieur, parlait de l'ensauvagement de la société française. Soit. Mais le poisson pourrit toujours par la tête. Si l'ensauvagement est désormais une caractéristique fondamentale de la France, c'est parce que le haut a contaminé le bas. 

Peu de temps après, ce même républicain a déclaré: "Moi ça m'a toujours choqué de rentrer dans un hypermarché et de voir un rayon de telle cuisine communautaire". Propos d'une affligeante bêtise et d'une banale violence, et qui intègre bien un dispositif pré-fasciste, macronien, qu'il ne faut pas sous-estimer.

Avec à leur tête un tel ministre, les policiers, en réalité, ne constituent plus qu'un gang. Tout comme la République elle-même. Où l'on n’admet plus qu'une seule manière de penser, sinon on est conspirationniste; plus qu’une seule manière de se vêtir sinon on est radicalisé ou pas intégré; plus qu’une une seule manière de croire, sinon on est un musulman, enfin un islamiste. Deux mots distincts qui, de l’avis de certains savants républicains français,  traduisent la même chose. La même réalité  

L'agression de monsieur Zecler Michel est insoutenable. Il ne s'agit pas simplement d'une violence policière mais d'une violence d'Etat. Il faut voir la chose ainsi. 

L'Etat est un monstre froid.....Il ment froidement. Nous avait prévenu un brillant esprit Allemand. 

Macron se dit "très choqué" par les images. Darmanin crie son indignation alors qu'il avait pourtant dit: "Quand j'entends "violences policières", moi je m'étouffe."  Puisse t-il mourir en paix selon sa propre volonté. Sa propre logique. Qu'il s'étouffe!

 Trois policiers sont mis en cause dans cette sordide affaire passage à ont été « suspendus à titre conservatoire ». Mascarade! Bouc-émissairisation! Ce n'est pas simplement ces trois agresseurs qu'il faudrait sanctionner mais l'ensemble des policiers qui se trouvaient sur place. 

Ne sanctionner que les trois policiers qu'on voit sur la videosurveillance revient à ne rien sanctionner du tout. On sacrifie trois minables bonhommes pour conserver  l'identité du gang, pardon de la police, mieux encore de l'Etat policier.

Pendant ce temps, les folliculaires, eux,  exhibent la tête ensanglantée de notre victime. Héroïquement vôtre! Ce n'est pas la tête de ce malheureux  producteur battu comme un animal qu'il faut présenter au public, mais la tête de tous les flics présents lors de cette agression. Et si l'on ne peut nous présenter le beau visage des agresseurs, qu'on se garde d'exhiber la tête du presque condamné à mort. Ce n'est pas parce qu'il a la lèvre fendue qu'il mérite une exposition publique, sentimentale....Les victimes ne sont pas des héros. Ils méritent considération, respect et réparation. Par contre, les agresseurs, eux, méritent entièrement l’opprobre universel. Il faut mettre le public en garde. Donc, dévoiler leurs têtes. De tels individus, qui s'acharnent avec pareille énergie sur un homme, pour une histoire de masque, méritent un châtiment exemplaire. 

Cependant, comme on dit en Afrique, on apprend pas à un vieux singe à faire les grimaces. Ici, l'Etat français, en plus d'être un grand corps malade, fait également office de vieux singe. L'Afrique s’agrandit....les Civilisés demeurent des primitifs

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.