Charles Kabango
Citoyen
Abonné·e de Mediapart

223 Billets

0 Édition

Billet de blog 27 nov. 2020

La France: un grand corps malade.

A regarder les images qui circulent, de l'agression du producteur Michel Zecler, on est en droit de se demander si la police républicaine n'est pas gang parmi tant d'autres. Pas d'amalgame?

Charles Kabango
Citoyen
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Il y a quelque temps, la pâle copie de l'informe Sarkozy, Gérald Darmanin, ministre de l’Intérieur, parlait de l'ensauvagement de la société française. Soit. Mais le poisson pourrit toujours par la tête. Si l'ensauvagement est désormais une caractéristique fondamentale de la France, c'est parce que le haut a contaminé le bas. 

Peu de temps après, ce même républicain a déclaré: "Moi ça m'a toujours choqué de rentrer dans un hypermarché et de voir un rayon de telle cuisine communautaire". Propos d'une affligeante bêtise et d'une banale violence, et qui intègre bien un dispositif pré-fasciste, macronien, qu'il ne faut pas sous-estimer.

Avec à leur tête un tel ministre, les policiers, en réalité, ne constituent plus qu'un gang. Tout comme la République elle-même. Où l'on n’admet plus qu'une seule manière de penser, sinon on est conspirationniste; plus qu’une seule manière de se vêtir sinon on est radicalisé ou pas intégré; plus qu’une une seule manière de croire, sinon on est un musulman, enfin un islamiste. Deux mots distincts qui, de l’avis de certains savants républicains français,  traduisent la même chose. La même réalité  

L'agression de monsieur Zecler Michel est insoutenable. Il ne s'agit pas simplement d'une violence policière mais d'une violence d'Etat. Il faut voir la chose ainsi. 

L'Etat est un monstre froid.....Il ment froidement. Nous avait prévenu un brillant esprit Allemand. 

Macron se dit "très choqué" par les images. Darmanin crie son indignation alors qu'il avait pourtant dit: "Quand j'entends "violences policières", moi je m'étouffe."  Puisse t-il mourir en paix selon sa propre volonté. Sa propre logique. Qu'il s'étouffe!

 Trois policiers sont mis en cause dans cette sordide affaire passage à ont été « suspendus à titre conservatoire ». Mascarade! Bouc-émissairisation! Ce n'est pas simplement ces trois agresseurs qu'il faudrait sanctionner mais l'ensemble des policiers qui se trouvaient sur place. 

Ne sanctionner que les trois policiers qu'on voit sur la videosurveillance revient à ne rien sanctionner du tout. On sacrifie trois minables bonhommes pour conserver  l'identité du gang, pardon de la police, mieux encore de l'Etat policier.

Pendant ce temps, les folliculaires, eux,  exhibent la tête ensanglantée de notre victime. Héroïquement vôtre! Ce n'est pas la tête de ce malheureux  producteur battu comme un animal qu'il faut présenter au public, mais la tête de tous les flics présents lors de cette agression. Et si l'on ne peut nous présenter le beau visage des agresseurs, qu'on se garde d'exhiber la tête du presque condamné à mort. Ce n'est pas parce qu'il a la lèvre fendue qu'il mérite une exposition publique, sentimentale....Les victimes ne sont pas des héros. Ils méritent considération, respect et réparation. Par contre, les agresseurs, eux, méritent entièrement l’opprobre universel. Il faut mettre le public en garde. Donc, dévoiler leurs têtes. De tels individus, qui s'acharnent avec pareille énergie sur un homme, pour une histoire de masque, méritent un châtiment exemplaire. 

Cependant, comme on dit en Afrique, on apprend pas à un vieux singe à faire les grimaces. Ici, l'Etat français, en plus d'être un grand corps malade, fait également office de vieux singe. L'Afrique s’agrandit....les Civilisés demeurent des primitifs

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — International
Être LGBT+ en Afghanistan : « Ici, on nous refuse la vie, et même la mort »
Désastre économique, humanitaire, droits humains attaqués… Un an après avoir rebasculé dans les mains des talibans, l’Afghanistan n’en finit pas de sombrer. Pour la minorité LGBT+, le retour des fondamentalistes islamistes est dévastateur.
par Rachida El Azzouzi et Mortaza Behboudi
Journal — International
« Ils ne nous effaceront pas » : le combat des Afghanes
Être une femme en Afghanistan, c’est endurer une oppression systématique et brutale, encore plus depuis le retour au pouvoir des talibans qui, en un an, ont anéanti les droits des femmes et des fillettes. Quatre Afghanes racontent à Mediapart, face caméra, leur combat pour ne pas être effacées. Un documentaire inédit.
par Mortaza Behboudi et Rachida El Azzouzi
Journal
Un homme condamné pour violences conjugales en 2021 entre dans la police
Admis pour devenir gardien de la paix en 2019, condamné pour violences conjugales en 2021, un homme devrait, selon nos informations, prendre son premier poste de policier en septembre dans un service au contact potentiel de victimes, en contradiction avec les promesses de Gérald Darmanin. Son recrutement avait été révélé par StreetPress.
par Sophie Boutboul
Journal — Climat
Près de Montélimar, des agriculteurs exténués face à la canicule
Mediapart a sillonné la vallée de la Valdaine et ses environs dans la Drôme, à la rencontre d’agriculteurs qui souffrent des canicules à répétition. Des pans de récoltes grillées, des chèvres qui produisent moins de lait, des tâches nouvelles qui s’accumulent : paroles de travailleurs lessivés, et inquiets pour les années à venir.
par Sarah Benichou

La sélection du Club

Billet de blog
Céline, le trésor retrouvé - La piste Morandat (5/9)
Dans ses lettres, Céline accuse Yvon Morandat d’avoir « volé » ses manuscrits. Morandat ne les a pas volés, mais préservés. Contacté à son retour en France par ce grand résistant, le collaborateur et antisémite Céline ne donne pas suite. Cela écornerait sa position victimaire. Alors Morandat met tous les documents dans une malle, laquelle, des dizaines d’années plus tard, me sera confiée.
par jean-pierre thibaudat
Billet de blog
Céline, le trésor retrouvé - Oscar Rosembly (4/9)
Depuis longtemps les « céliniens » cherchaient les documents et manuscrits laissés rue Girardon par Céline en juin 1944. Beaucoup croyaient avoir trouvé la bonne personne en un certain Oscar Rosembly. Un coupable idéal.
par jean-pierre thibaudat
Billet de blog
Céline, le trésor retrouvé - La révélation (1/9)
Comment, par les hasards conjugués de l’Histoire et de l’amitié, je me retrouve devant un tombereau de documents laissés par Céline dans son appartement de la rue Girardon en juin 1944. Et ce qui s’ensuivit.
par jean-pierre thibaudat
Billet de blog
Céline, le trésor retrouvé - Une déflagration mondiale (3/9)
La veuve de Céline disparue, délivré de mon secret, l’heure était venue de rendre publique l’existence du trésor et d’en informer les héritiers… qui m’accusèrent de recel.
par jean-pierre thibaudat