Charles Kabango
Citoyen
Abonné·e de Mediapart

212 Billets

0 Édition

Billet de blog 28 oct. 2020

COVID-19: le désastre mental.

L’hôpital est à bout. L’on craint une saturation. Alors, pour ne pas qu’on tombe malade (exigence castexienne) et qu’on vienne déranger les hôpitaux, certaines têtes pensantes du pays nous parlent d’un « autoconfinement solidaire » quand d'autres en appellent à agir radicalement.

Charles Kabango
Citoyen
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

1. On a reproché à la Chine son opacité, sa manipulation des chiffres. Soit! Force est de constater que la prétendue transparence occidentale et sa rigueur des chiffres ne conduisent à rien d’autres si ce n’est un état de folie collective. Au point où,  même un Erdogan a réussi à suggérer à un Macron des « examens mentaux ».

2. Les médiatiques nous disent qu’ils ne veulent pas avoir à trier les patients. Pour cela, ils conseillent aux politiques, du haut de leur science, de leur humanisme,  le couvre-feu, le confinement à temps partiel, et que sais-je. Soulignons en passant que le bilan socio-économique (et même sanitaire) du premier confinement n'est pas très glorieux.

Est-il raisonnable de "sauver" l'hôpital à ce prix ?

Les Médiatiques discourent chaudement non pas sur un traitement médical, sur l’étude du virus, mais sur des  nouvelles formes d’organisation de la vie qu'il faille adopter. Objectif : maîtriser la circulation du virus.

Comment "maîtriser" (soumettre à son autorité) quelque chose qu’on ne voit pas à l’œil nu  avec des lois et décrets ? Il y a ici un travestissement. Car, ce que ces gens pourraient maîtriser ou maîtrisent incontestablement c’est la circulation de la population. Des citoyens. Ce sont les citoyens qui écopent d’une amende en cas de non respect des mesures restrictives, non le virus. Lequel continue de mener sa  petite vie en dehors de l’agitation politique, et en se foutant pas mal des grosses déclarations de guerre qu'on lui déclare. 

3. Depuis une quinzaine d’années, si ce n'est plus,  les gouvernements successifs s’appliquent  à la réduction des « dépenses » publiques (lits d’hôpitaux , etc). La conséquence logique, le but idéologique recherché inavoué, est que l’hôpital comme tout autre institution, dans notre univers capitaliste, puisse trier les patients. Si l’hôpital ne voulait pas se mettre en état de trier, en temps de « paix », dans une nation aussi riche, les dirigeants y investiraient davantage.

Si tri il y a, il est tout sauf une malédiction du ciel. Il est le reflet des politiques gouvernementales. Que les autres pathologies soient négligées au profit de la Covid, c’est le résultat mécanique des politiques publiques et de la communication politique en temps épidémique. Espérer que l'hôpital dit public soit géré comme on gère une entreprise obnubilée par son chiffre d’affaires relève du crime moral. Aujourd’hui, c’est la classe politique française, dans sa totalité, du moins celle qui a gouverné, qui devrait être confinée et bâillonnée...pas masquée.

4. Les bons médecins ne peuvent et ne sauraient imputer la responsabilité de leur futur ou actuel tri sélectif à la population. Et on ne saurait nous appeler à préserver un système hospitalier précarisé en favorisant l'accumulation de la précarité dans la société. On "protège" le système hospitalier et on crée les conditions d'une société purement malade, autant psychologiquement que physiquement. Et puisque les gens ne pourront plus aller mourir simplement à l’hôpital, parce qu'on veut faire mine de ne pas les choisir, chacun mourra chez soi, isolé, désespéré...En même temps l'on sauve et l'on ruine. 

5. Les dirigeants politiques peuvent décider de ne rien entendre lors de grèves, des revendications; lorsque les infirmiers descendent dans la rue, ces dirigeants continuent leur vie bien chargé comme si de rien n'était. Mais quand il s'agit d'interdire la rue aux citoyens, sous demande express du corps ou d'une partie du corps médical, nos braves politiques n'hésitent pas à prendre les décisions.

Ce n'est pas le virus qu'on est en train de cerner, d'isoler, de détruire....mais c'est la vie des millions de gens.  Et surtout, qu'on ne nous parle pas de l'intérêt général. Pendant que des millions de gens à travers le monde bascule dans la pauvreté, et viennent grossir le rang des milliards de prolétaires déjà bien en place, le patrimoine d'une extrême minorité a bondi de 400%.

Si cette histoire de confinement, ne resurgit que là maintenant,  dans la perspective des fêtes de Noel, alors c'est vraiment pathétique. Drôle de guerre contre le virus! L'ère de la glaciation.

"Vous nous introduisez dans le [confinement];
Vous infligez au [Jeune/prolétaire] la culpabilité
Puis vous l'abandonnez à la peine,
Car toute faute s'expie ici-bas".

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Agriculture
« Le recul démographique du monde agricole n’est pas une fatalité »
Moins 100 000 fermes en dix ans : c’est le résultat du recensement rendu public le mois dernier par le ministère de l’agriculture. Face à l’hémorragie, le retour à un pilotage par l’État et à des politiques publiques volontaristes est nécessaire, selon la sociologue Véronique Lucas.
par Amélie Poinssot
Journal — Europe
Dans leur bastion de l’Alentejo, les communistes portugais résistent au déclin
Lors des législatives anticipées qui se déroulent dimanche, le Parti communiste, tout juste centenaire, espère limiter la casse, malgré la poussée socialiste dans certains de ses bastions, dont l’Alentejo. En embuscade, l’extrême droite de Chega lorgne vers d’anciens électeurs du PCP.
par Ludovic Lamant
Journal
En Syrie, la plus grande prison au monde de djihadistes tombe aux mains… des djihadistes
L’État islamique s’est emparé pendant une semaine d’un centre de détention à Hassaké, obligeant l’armée américaine à intervenir. Des dizaines de prisonniers sont en fuite. Pour les Forces démocratiques syriennes, le retour du phénix djihadiste est une très mauvaise nouvelle.
par Jean-Pierre Perrin
Journal — Santé
En laissant courir Omicron, l’Europe parie sur un virus endémique
Un à un, les pays européens lèvent les restrictions comme les mesures de contrôle du virus. Certains, comme le Danemark ou la France, sont pourtant touchés par une contamination massive. Ils font le choix d’une immunisation collective, avec l’espoir de vivre avec un virus circulant tout au long de l’année à basse intensité.  
par Caroline Coq-Chodorge

La sélection du Club

Billet de blog
L'étrange éthique de la « primaire populaire »
La primaire populaire se pose en solution (unique) pour que la gauche gagne aux présidentielle de 2022. Si plusieurs éléments qui interpellent ont été soulignés, quelques détails posent problème et n'ont pas de place dans les média. Il faut une carte bancaire, un téléphone portable et une adresse e-mail pour participer. La CNIL est invoquée pour justifier l’exigence d'une carte bleue.
par Isola Delle Rose
Billet de blog
Pour en finir avec la Primaire populaire
[Archive] Allons ! Dans deux semaines aura lieu le vote de la Primaire populaire. On en aura fini d'un mauvais feuilleton qui parasite la campagne « à gauche » depuis plus d'un an. Bilan d'un projet mal mené qui pourrait bien tourner.
par Olivier Tonneau
Billet de blog
Pour la « primaire populaire »
[Archive] Partout, dans mes relations comme sans doute dans les vôtres, les gens se désespèrent de la multiplicité des candidatures de gauche. C’est le découragement, la démobilisation des électeurs potentiels, et la probabilité d’un désintérêt conduisant à l’abstention. Même si les chances de réussite sont faibles, tout, absolument tout, doit être tenté pour éviter une cinglante déroute.
par Jean Baubérot
Billet de blog
La Chimère Populaire
Pourquoi certain·es d'entre nous se sont inscrit·es à la Primaire Populaire et envisagent désormais de ne pas y voter ? Un petit billet en forme de témoignage personnel, mais aussi d'analyse politique sur l'évolution d'un choix électoral - parce que la trajectoire de l'électorat est mouvante, n'en déplaise aux sondages ou aux Cassandre de tous bords.
par Albin Wagener