Charles Kabango
Citoyen
Abonné·e de Mediapart

223 Billets

0 Édition

Billet de blog 29 juin 2018

Charles Kabango
Citoyen
Abonné·e de Mediapart

Crise des imbéciles ou Crise des migrants?

La France s'est étripée, il y a peu, sur son solde migratoire. Alors que Jacques Toubon soutenait qu'il était nul, d'extrêmes et précis comptables lui prouvaient que, ses chiffres relevaient de la propagande multiculturelle, et que oui, oui, oui l'Europe, la France est submergée....elle coule sous le poids de migrants sauvages.

Charles Kabango
Citoyen
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

L'excédent humain de l'Afrique

L'Europe a peur. Elle est confuse. Va t-elle continuer à réceptionner tous ces hommes, femmes et enfants qui débarquent sur ses côtes sous prétexte que.... ? 

La population africaine augmente. Les optimistes parlent d'explosion démographique, les pessimistes, eux, parlent de surpopulation. Conséquence directe pour le savant Stephen Smith, un déversement du trop plein d'africains en Europe.

Chez Elkabbach, le savant a même parlé de fontaine migratoire...laquelle entraînera le Vieux continent dans une espèce de mer Noire. En France, le savant se veut plus précis, en alertant qu'en 2030, 40% de la population française sera africaine. Quoi de plus banal!  D'autant plus que le mot race a été supprimé de la Constitution française, non? Mais bon derrière  l'épatant constant du savant Smith se cache le visage du petit l'idéologue malthusien, du timide partisan de la re-civilisation de l'Afrique (avec tout ce que cela comporte comme meurtre de masses).

La démographie africaine n'a rien d'anormal. Elle suit sa voie avec plus ou moins de logique.

Ce qui est anormal, pathologique, néfaste, dangereux, c'est le croisement de cette démographie galopante avec un monde impertubablement capitaliste. Ce qu'il y a de dangereux, c'est le croisement de cette démographie naissante avec des d'intérêts nationaux ou privées. Ce qui est anormal  et dangereux,les chiffres sont formels, c'est que les 10% les plus riches détiennent plus de la moitié des richesses alors que les 50% les plus pauvres se partagent à peine 5% du gâteau. Ce qu'il y a, enfin, de dangereux, c'est que cette démographie galope sous fond de pauvreté et de pillage systématique d'un continent déjà pillé.

Ce qui veut donc dire, qu'ici bas, vous avez de bons messieurs, élus, sans enfant, dans un continent X, qui gagne en jour, ce qu'une famille avec dix enfants, dans un continent Y, gagne en un mois. Excusez du peu. 

Il y a des gens qui n'ont rien. Eux, on les déclare être "de trop", et lorsqu'ils essayent d'échapper à leurs basses conditions, on les appelle affectueusement "migrants ou réfugiés". 

Nous vivons dans un monde radicalement inégal. Inégalité entretenue, politisée, naturalisée, mondialisée, planétarisée,....Et cette inégalité est la seule vraie menace. Le seul vrai enjeu politique à échelle planétaire. La concentration du capital est en Occident et nulle part ailleurs. S'il y a donc, quelque part où aller, pour des gens qui souffrent c'est en Occident. Le FMI, Banque Mondiale, ONU, UE, OMC sont parqués où?  

CRISE DES IMBECILES 

Au lieu de parler de crise des migrants, il est plus intelligent de parler de crise des imbéciles, véritable folie. La montée des extrêmes droite partout en Europe  est une imbécillité. A un moment, faut bien pouvoir arrêter avec la sociologie de comptoir. 

Voyez Emmanuel Macron et Matteo Salvini, qu'est-ce que c'est ? Imbécillité démocratique. Et Orban? Une imbécillité sans plus. Et Trump? Imbécilité sans conteste.

Hier, elle régnait encore sur le Monde, pourchassant des indigènes par ci, s’appropriant quelques espaces par là, tout en niant à certains la moindre humanité. Bien entendu, après tous ces grands crimes, la belle et vielle Europe veut continuer à vivre comme si l'Histoire s'était déroulée sans elle.

Elle veut continuer à ruser avec l'Histoire.

100.000....200.000....500.000....1.000.000...2.000.000 quémandeurs de paix et de pain et le continent le plus riche perd le Nord. 

Ce qu'il faut même dire, et qu'on ne dit pas assez ici en Europe, puisqu'il n'existe plus de gauche, c'est l'égalité stricte qu'il doit y avoir entre étranger et "locaux". A l'absence d'une affirmation pleine et entière de ce principe de l'égalité, la défense des "migrants"  (prolétariats nomades) n'est que pure sentimentalité et ne vaut pas grand chose. Raison pour laquelle, entre Macron et Orban, Salvini et Macron, je soutiens qu'il y a un fond commun: L' Ordre inégal.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Europe
Le jour où le post-fascisme a pris le pouvoir en Italie
Le parti de Giorgia Meloni a largement dominé les élections italiennes du 25 septembre. La coalition de droite devrait obtenir une majorité absolue au Parlement. Le résultat de décennies de confusionnisme et de banalisation du fascisme dans lesquels se sont fourvoyés tous les mouvements politiques de la péninsule.
par Ellen Salvi
Journal
UBS : quand Bercy se refuse à indemniser une lanceuse d’alerte
Sans Stéphanie Gibaud, il n’y aurait pas eu de scandale UBS. Alors que l’État a récupéré des milliards grâce à ses informations permettant de mettre fin à l’évasion fiscale de la banque suisse, le ministère des finances se refuse à l’indemniser. Le tribunal administratif lui a demandé de reconsidérer sa position. Bercy a fait appel.
par Martine Orange
Journal — Santé
En Mayenne : « J’ai arrêté de chercher un médecin traitant »
En Mayenne, des centaines de personnes font la queue pour un médecin traitant. Dans ce désert médical, le nombre de médecins n’est pas suffisant face à une énorme demande. Inciter les médecins à s’installer dans des zones sous-dotées ne suffit peut-être plus. Certaines voix prônent une autre solution : la contrainte. 
par Célia Mebroukine
Journal — Moyen-Orient
Des Russes désertent vers la Turquie pour ne pas « mourir pour Poutine »
Après que le président russe a décrété la mobilisation partielle des réservistes pour faire face à la contre-offensive de l’armée ukrainienne, de nombreux citoyens fuient le pays afin de ne pas être envoyés sur le front. 
par Zafer Sivrikaya

La sélection du Club

Billet de blog
La gauche en France doit sortir de son silence sur la guerre en Ukraine
[Rediffusion] La majorité de la gauche en France condamne cette guerre d'agression de l'impérialisme russe, demande le retrait des troupes russes de l'Ukraine. Mais en même temps reste comme paralysée, aphone, abandonnant le terrain de la défense de l'Ukraine à Macron, à la bourgeoisie.
par Stefan Bekier
Billet de blog
« Avoir 20 ans en Ukraine » : un témoignage plus nuancé
Dans son édition du 12 septembre 2022, l'équipe de « C dans l'air » (France 5) diffusait un reportage de 4 minutes intitulé : Avoir 20 ans à Kiev. Festif, le récit omettait que ces jeunes ukrainiens font face à des impératifs bien plus cruels. M'étant aussi rendu en Ukraine, j'écris à Maximal Productions un email ré-adapté dans le présent billet afin de rappeler une réalité moins télégénique.
par vjerome
Billet de blog
Chéri, je crois qu’on nous a coupé le gaz !
Depuis quelques mois, la discrète Roumanie ravitaille le reste du monde. Le plus grand port de la mer noire s’érige au nom de Constanța. Les affaires battent leur plein. Les céréales sont acheminées dans des wagons sans fin. Aujourd'hui, comment vit-on dans un pays frontalier à l'Ukraine ? Récit de trois semaines d'observation en Roumanie sur fond de crise énergétique et écologique.
par jennifer aujame
Billet de blog
Ukraine : non à la guerre de Poutine
Face à la guerre, la gauche au sens large a pris des positions divergentes, divergences largement marquées par des considérations géopolitiques. Le mot d'ordre « non à la guerre de Poutine » permet d'articuler trois plans : la résistance des Ukrainiens contre l'agression russe, les mobilisations contre la guerre en Russie, la course aux armements.
par denis Paillard