L'Afrique est un bordel: DSK y traîne.

Accusé de viol, perpétré dans une suite new-yorkaise à 3000 dollars la nuit en Mai 2011. DSK sera ensuite démis de ses fonctions du FMI. Disposant de beaucoup d'argent, le système judiciaire américain le permettra de s'acheter une liberté,et donc une innocence, presque parfaite. Rentré en France, en héros victime d'un complot, il mettra un peu de temps avant de se refaire une petite fortune.

 

Reconverti conseiller de plusieurs chefs d'Etat africains, DSK peine à convaincre Macky Sall © dakaractu Reconverti conseiller de plusieurs chefs d'Etat africains, DSK peine à convaincre Macky Sall © dakaractu

Comme en France, dans la plupart des Etats africains, existe pour chaque citoyen ce qu'on appelle "casier judiciaire". C'est le document à brandir, absolument, si on voudrait par exemple acquérir la nationalité française, passer un concours d'Etat au Cameroun ou au Gabon, prétendre à certains postes dans l’administration au Congo,etc. Le casier judiciaire c'est donc un document très important pour tout Etat qui voudrait tenir à l'écart des individus à la moralité publique douteuse des affaires publiques ou d'Etat. 

Tout comme, dans les Organisations Internationales, toute personne qui postule à un poste, se voit exiger un tas de preuves. On exige au quémandeur d'emploi, de nommer trois personnes (trois référents) qui peuvent témoigner que le postulant est bel et bien un type "bien et compétent". Bientôt les RH demanderont même à regarder nos messages sur facebook, nos photos de vacances. Ah, oui il ne faut prendre aucun risque. C'est tout un programme ça: Management risk. Et si DSK recidive donc encore? Nafissatou était quand même une africaine, et maintenant, on nous dit qu'il bosse en Afrique? Quelle garantie de conduite a t-il donné aux Etats? Quel rapport clinique a t-il présenter aux autorités aéroportuaires?

Qui a pu recommander DSK à certains Chefs d'Etat africains? A quel prix? A t-on au moins regarder le casier judiciaire de cet individu? L'Afrique est-elle la poubelle du monde? Les côtes somaliennes ont-elles fini de servir de dépotoirs? Quel est donc ce monsieur qui a été, tour à tour, ou en même temps: Maire à Sarcelles, Député sacré de la République, Ministre de la République française,, patron du FMI.... et aujourd'hui grand conseiller des Etats africains? Un tel parcours n'a rien à envier à celui d'Abdelaziz Bouteflika.

L'individu mondial 

Il y a les prolétaires nomades ("migrants"),  qu'on ne reconnait nulle part, que ce soit dans leurs pays d'origines ou dans les pays dit d'accueil. Ce sont des non-valeurs. Un collectif de rien qui dérange, qui menacerait les identités des consommateurs. Une masse de gens qui font de petits boulots que personne ne veut faire.  Des errants sans droits, sans toits, sans dignité. 

A côté de ça, il y a élites nomades, des gens comme Dominque Strauss Khan ou comme Ghosn. Compétents à l'infini. Lorsqu'ils passent quelque part, le bonheur et le développement suit automatiquement. Lorsqu'ils ouvrent la bouge pour prononcer une opinion, il faut remplir celle-ci de liasses d'argent, de lingot d'or. De véritables saint Jean bouche d'or quoi!

Les gens comme DSK , eux, sont planétaires. Ce sont des individus très convoité, courtisé, le monde entier veut goûter une partie de la matière très grise. Leur génie, le sel de l'humanité. Sans eux, tout est fade. Le monde leur doit bien de choses, eux, ils ne doivent rien à personne. Ils sont infaillibles. Comme le Pape. D'ailleurs, ce sont des papes d'un autre genre. Leur religion, on la connait: l'argent. 

Les Etats africains ne sont pas très portés sur la problématique de leurs ressortissant qui migrent partout dans le monde pour prostituer leur force de travail. Après tout, que les Etats africains concernés  se penchent sur le sort de leurs prolétaires nomades, serait quand même une hypocrisie luxueuse. Puisqu'ils ne sont même pas foutus d'accorder la moindre attention, la moindre estime aux locaux, aux sédentaires, aux ruraux, aux urbains qui vivent tant bien que mal dans leurs pays. 

Ce qui intéresse les gouvernants africains, c'est la méthodologie d'emprunt qu'il faut avoir pour que les bailleurs de fonds leur octroient des financements. Et comme les dirigeants africains ne sont qu'entourés d'idiots utiles, il faut donc importer des non-idiots-inutiles. Ce qui intéresse les gouvernements africains, c'est la compagnie de quelques têtes éminemment corrompus d'Occident,  la compagnie de quelques experts qui n'ont fait leur preuve nulle part, quant à l'amélioration des conditions de vie des masses. Ce qui intéresse les gouvernants africains, c'est le recrutement d'experts, de charlatans européens, internationaux. Leur idéologie: la compromission absolue, la collaboration intégrale et joyeuse avec  les représentants de l'ordre mondial d'inégalités absolues. Ils coopèrent dans les sommets mondiaux d'un ton si silencieux qu'on se demande, mais dans quelle partie du monde la vie est invivable?

Stephen Smith nous a parlé d'une ruée  des africains vers l'Europe, d'une africanisation de l'Europe. Très bien. Puisse son cauchemar se réaliser. Cependant, tout africaniste qu'il est, qu'il se dit être, il a été incapable de pointer la nature des relations entre les chefs d'Etats africains et les élites occidentales. De montrer comme les gens comme DSK, Séguéla, Borloo, Balme.....sont à l'Afrique des espèces de vampires politiques, économiques et financiers. Des vampires.  Ou des mac, proxénètes en langage facile. Je tente de m'expliquer.

Du FMI à la PME stausskhanienne

Pendant quatre ans, celui qui rêvait d'un destin présidentiel en France, a été le patron du FMI. Une des deux institutions de Bretton Woods mises en place par les USA au sortie de la seconde guerre mondiale. Le FMI a pour fonction de veiller à la stabilité et de prévenir les crises du système monétaire international, essentiel pour promouvoir une croissance économique durable, accroître les niveaux de vie et réduire la pauvreté. 

1944 - 2018, le bilan est élogieux. Inutile de vous appesantir sur les inégalités (8 milliardaires possèdent autant de richesses que 3,5milliards d'individus), on nous apprend que le taux de pauvreté dans le monde baisse. Alors, pourquoi jouer aux insatisfaits?

En Afrique, le FMI a été excellentissime! Les recommandations du FMI, ses outils techniques d'évaluations des politiques publiques, ses multiples avis, ses multiples assistances, ses prédictions, ses tentatives de dévaluations, ses politiques d'ajustement structurels qui n'en finissent plus (connus en Europe sous le nom de politique d'austérité) ont permis à plusieurs Etats africains de transformer radicalement le sort des masses. L'Afrique, dit-on alors, dans ces milieux diplomatiques, c'est l'Avenir. La croissance est très bonne. Rien à voir avec ce qui se passe en Europe. Faut juste qu'elle "maîtrise" sa dette. L'Afrique c'est l'avenir. Comment ne le voyez-vous pas? Ses millions de jeunes vont monter des startup. Tout le monde aura un smartphone....Le continent dominera le monde, car sa population s'écrasera sur le monde. Ou sur elle-même.

Au début du mois de Novembre, en Ndjamena au Tchad, une délégation du FMI a tenu à faire savoir aux Etats de l' Afrique Centrale (CEMAC) que leurs comptes publics étaient vraiment dans un très mauvais état...Que leurs dettes publiques devenaient inquiétantes... qu'il fallait réduire les dépenses (salaires, personnel, services publiques). Leurs recommandations sont plus exactement pour les Etats sans réels souveraineté des diktats.Or, dans la plupart des Etats africains, réduire les dépenses publiques des précaires Etats, produit le même effet que voler dans les caisses de l'Etat: Déstabilisation.

DSK a donc été le patron de cette institution-gendarme des économies Africaines, productrice de statistiques mondiales.  Et aujourd'hui, l'ancien patron, l'ancien juge suprême, est devenu partie. Il conseille, en privée, les Etats africains qu'il administrait naguère publiquement, internationalement. Il le fait librement,sans que son activité soit considérée comme illégale ou anormale par une justice, une instance internationale.  

Sa société de conseils Parnasse International, domicilié à Casablanca, a enregistré en 2016, un chiffre d'affaires de 3,6 millions d'euros. En 2017, l'unique DSK a réalisé un chiffre d'affaires de 5, 2 millions.  Oui, DSK est l'unique salarié de sa très très petite et très très moyenne entreprise. DSK a conseillé le président Denis Sassou Nguessou du Congo-Brazaville, le président Faure Eyadema du Togo, on l'a vu aussi Sénégal chez Macky Sall, en Tunisie et ailleurs.

Les jeunes chômeurs incompétents d'Afrique sont-ils au courant du travail indispensable qu'abat DSK? Comment se fait-il qu'un retraité de son rang, continue de brasser du fric pour ses virées en club échangiste, pendant qu'en Afrique, des jeunes gens sont dans l'incapacité de vivre décemment; et pour certains d'entre eux, ils ne pourront plus poursuivre leurs études en France. Car, l'Etat français a décidé que les étudiants non-européens doivent payer le "coût réel" de leurs études en France. C'est très intéressant ça comme notion, "coût réel"......Quel est le ''coût ou coup réel de DSK"?

On ne peut pas, comme le tragique Stephen Smith, continuer à nourrir les peurs en Occident, d'un déversement de la population africaine et se taire, quand dans ce continent, on observe continuellement des pilleurs de toute sorte, et de toute nature. Des gens qui, par leurs activités discrètes et suspectes, se font complices des dirigeants africains insensibles des malheurs de leurs peuples.  DSK a lui seul est bien plus nuisible à la zone Franc que l'ensemble des réfugiés et immigrés en Europe.

Le bât blesse.

La colonisation n'est pas finie. Elle ne finira peut-être même jamais, dans un monde capitaliste, dominé par des intérêts nationaux, "multinationaux", et plus exactement encore, par la course au gain, au profit.  

C'est dans cette logique qu'il faut comprendre la mission Eclairage, la mission Lumières que s'était fixée Borloo pour électrifier l'Afrique. Borloo, merci! Toi seul tu veux électrifier l'Afrique, toi seul tu veux sauver les banlieues. Toi seul a des idées! Toi seul dispose du réseau nécessaire!

Revenons à DSK. Il a eu le courage de s'inviter dans le débat du Franc Cfa qui agitent quelques africains en ce moment.

L'ancien élu du peuple français, l'ancien fonctionnaire internationale le plus puissant, a publié vendredi 13 avril 2018 un document de 29 pages intitulée " Zone franc, pour une émancipation au bénéfice de tous" dans lequel  il expose ses "propositions de réforme du franc CFA". 

Quoi d'étonnant! C'est dans l'ordre des choses, on parle bel et bien du FRANC des COLONIES, et donc un peu de la FRANCE. Qui pourrait mieux que quelques dirigeants français battre, garantir, penser, nommer, protéger, réformer, surveiller cette illustre monnaie de singe? Personne.

Les Etats africains ne disposent pas d'intelligence suffisamment mature, mobile,  pour comprendre comment ça marche? Il faut qu'un DSK essaye d'expliquer aux dirigeants que les africains ne veulent pas du néocolonialisme. Et que ce Franc Cfa comporte quelque chose de cet ordre-là. DSK veut donc aider, accompagner le continent dans cette nouvelle transition, non pas écologique, mais monétaire....DSK veut réformer le CFA pour le bien de tous. Suivons-le Messi.

Ne perdons pas de vue que le Franc Cfa est né en même temps que les institutions capitalistes de Bretton Woods, inventées par de "pacifiques libéraux" américains. 

-Le 11 janvier 1994, le gouvernement français d'Édouard Balladur décide de dévaluer de moitié le franc CFA. 

-Avril 2018, l'ancien Député français, l'ancien Maire, l'ancien Ministre, l'ancien patron du FMI nous dit qu'il sait comment il faut réformer le Franc Cfa. Bien sûr, il faudrait pouvoir se décomplexer. Voir en DSK un expert parmi tant d'autres.

Je rappelle que dans les élections dans la totalité des Etats appartenant à la zone franc, cette question du F cfa occupe une place extrêmement résiduelle. Les populations sont étrangères à leur propre monnaie. Étrangères à son fonctionnement. Il ne faut pas croire qu'elles sont bêtes ou idiotes. Juste que les Etats africains fonctionnent avec les Institutions Internationales comme s'ils administraient des cobayes. Le système leur maintient à l'écart des affaires publiques, dans l'ignorance absolue. Les populations sont appelées à rester soumises, dociles, évangéliques. Les administrations des Etats africains sont sous tutelle des administrations des bailleurs de fonds....et des experts indépendants qui ont travaillé pour ces bailleurs de fonds.

De quoi se mêle DSK? Il veut émanciper la zone franc, mais qui ou quoi la tient donc captive? De quoi ou de qui faut-elle l'émanciper?  Le Yen, le Dollar, l'Euro....sont-elles des monnaies au bénéfice de tous, de l'humanité? Sont-elles émancipées des seuls intérêts des Etats qui l'utilisent comme monnaie nationale? DSK ignore t-il qu'il existe une véritable guerre des monnaies? Avant de penser 0 une émancipation du Franc Cfa au bénéfice de "tous", il pourrait quand même conseiller ses amis présidents "africains", dans la mesure du "possible" de penser d'abord, au bénéfice de leurs Etats qui, depuis 70 ans, sont des esclaves de leurs propres monnaies.  Et si ce n'est pas possible....ouvrons donc le débat sur ce cache cette impossibilité servile.

DSK a t-il milité au FMI pour un système monétaire internationale égalitaire? Alors de quelle émancipation parle t-il? Dans ce document, DSK proclame que: " La France assume, seule, un risque financier non rémunéré, pour lequel l’opinion africaine ne lui accorde guère de crédit et dont le bénéfice commercial est partagé avec toute la zone euro".

Merci à la France! L'Afrique devrait même rémunérer la France, au lieu de sa pleureuse. L'étrange Mabanckou n'a t-il pas écrit Les Sanglots de l'homme noir? DSK voit donc peut-être juste! Les "africains" se font trop d'idées sur cette histoire du Franc Cfa. Tout est parti d'une très bonne idée. De Gaulle était militaire assez sérieux et juste. La France n'a tiré, et ne tire aucun profit de la situation actuelle, bien au contraire, elle prend des risques pour l'Afrique. L'opinion africaine, aveuglée par ses Sanglots, au lieu d'être un peu reconnaissante, n'accorde aucun crédit à la généreuse France.

Monsieur DSK, arrêtez les leçons. Je risque joindre ma voix à celle de vos victimes. D'ailleurs, je veux ici, exhorter les masses africaines, de poursuivre DSK devant les juridictions pour "Abus d'autorité", "Abus du phallus de commandement", "complicité de détournement des intérêts des Etats africains", "Insulte à l'intelligence des millions de gens", "Viol de conscience", "Viol de souveraineté",etc. On pourrait faire tout une nouvelle de chefs d'accusation à l'encontre de cet ancien patron.

Il ne revient pas à DSK de réformer le Franc CFA. BHL a voulu réformer la Lybie, on voit le résultat.

On n'a guère cesser de réformer le Franc Cfa depuis 1970. On a même osé réformer son nom en maintenant les initiales. La supercherie est de taille. Alors, il faut prendre garde des réformistes. Il faut non seulement abolir cette monnaie de singe, mais aussi inventer un ordre internationale juste. Car, au d'exploitation, de dépendance, d'assistance, où on en est, frapper sa propre monnaie et lui donner un nom "très africain" ne changerait strictement rien au fond du problème, à la situation désastreuse des millions de millions de gens.

Le Venezuela a sa propre monnaie. Cela n'empêche pas aux USA de mettre la petite économie de ce pays à terre. Cela n'empêche pas à d'obscurs trader de dévaluer du jour au lendemain le fameux "bolivar souverain", et l'instrument de libération nationale devient le fardeau de tout un peuple. On va acheter une baguette avec des kilo d'argent. Cette situation, on ne saurait la voir dans le pays qui a été responsable de la crise financière en 2008.

Dans le fond, la réforme de la zone Franc que propose DSK , s'adapte aux nouveaux exigences du capitalisme financier, de l'économie politique mondiale. Dans la forme, elle vise à calmer les ardeurs souverainistes de quelques panafricanistes qui, en vérité, prennent ce problème de la monnaie, par le mauvais bout. Ils ont fait du Franc Cfa un totem. 

Effectivement, je soupçonne la France de ne plus avoir grand chose à tirer du Franc Cfa. Son asservissement des Etats africains, sa surveillance des économies, son bénéfice moral et financier, n'en déplaise Stauss.K, peuvent se passer de cette antique monnaie. C'est maintenant, dans notre beau monde du numérique, plus un poids qu'autre chose. Il n'est plus besoin de contrôler aussi grossièrement des gens qu'on peut soigneusement contrôler, traquer, discipliner, confondre, inquiéter, exploiter autrement.

Le combat contre le seul Franc Cfa est donc un peu combat extrêmement tardif. L'émancipation de l'Afrique n'est pas symbolisée par le Franc Cfa. Elle est donc une critique féroce, rationnelle de ce qu'est l'"occident", ses agents, ses représentants, ses institutions. La non illusion sur la marche du monde sera pour l'Afrique un point décisif. Et cela doit commencer par l'expulsion des gens comme Strauss Khan, là où on décide, on pense, on discute, là où on entrevoit l'avenir.

 

Bénéfice individuel vs Budget social

Les producteurs de statistiques mondiales s’intéressent beaucoup à l'apport, l'impact financier des immigrés africains dans leur pays d'origine. Il y a même un classement, l'Egypte ou le Nigéria sera en tête. C'est même un motif de fierté nationale. Mais, ce qui serait intéressant, c'est aussi d'informer l'opinion sur le volume des flux financiers Sud/Nord, Afrique/Europe.

Si un seul individu comme DSK peut se taper 5 millions d'euros en un an en visitant quelques palais présidentiels, que dire des multinationales? On sait déjà ce qui passe en RDC.

Il n'y a pas de secteurs, dans plusieurs Etats subsahariens africains, qui échappent à la main mise de quelques agents étrangers. La communication est l'un des secteurs les plus juteux. Les dirigeants africains font sans cesse appel, lors des élections inutiles, aux experts internationaux, aux cabinets les plus "puissants".

Ces experts n'hésitent pas à taxer ces malheureux présidents comme de bons imbéciles. Les sommes dépensées sont affolantes. Jacques Séguéla,  autre charlatan, connait bien les palais africains, il a vendu sa science publicitaire à des présidents incapables d'avoir les populations la moindre relation, je ne parle même pas de politique. Séguéla a vendu du vent, du creux, du lourd....a un club de présidents africains pour des des millions d'euros. 

Que représente les 5,2 millions d'euros de bénéfices  de monsieur DSK? N'est-il pas bizarre qu'un individu qui conseille des Etats, gagne pour lui seul, en un an, une somme qui représente le budget entier de tout un ministère. Bien sûr, il ne paiera aucun impôt dans les pays où il se re-fait fortune. C'est le bordel.

- 5.2 millions = 3,410 milliards de Franc Cfa. Cette somme représente le budget des affaires sociales au Congo- Elf. Pays comme tout le monde s'imagine bien, trempé dans la noire misère quotidienne, la misère la plus froide, celle qui vous change complètement l'esprit, et vous enterre avant l'enterrement final, avant de reposer un  charnier, lors d'une crise postélectorale!

 

DSK aime t-il le bordel?

A n'en point douter. Quoi de mieux que d'ouvrir son petit hammam financier à Casablanca? Quoi de mieux lorsqu'on a des clients qu'on peut financièrement sucer? Quoi de mieux, hein? Quoi de mieux qu'un patron du FMI qui retrousse les manches pour l'Afrique.

le charitable Bolloré, autre monsieur qui prend des risques énormes pour l'Afrique, accusé en Avril 2018 pour "complicité d'abus de confiance, corruption d'agent étranger", se demandait gravement dans un article : "Faut-il abandonner l'Afrique?" ...Espérons que Dom-Tom Sauce Khan ne nous fera pas le coup absolu du :

"Faut-il abandonner le Franc Cfa"

 Quand est-ce que les intellectuels mobiliseront les masses?Quand donc l'Afrique se réveillera? Devra t-elle encore encaisser benoîtement les coups infernaux de ces anges déchus d'Occident?

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.