Ne vous gênez pas, allez voter aux primaires de la droite et de la gauche

Le système politique est confisqué par deux grandes formations depuis 1981 - vote uninominal à deux tours et financement des campagnes électorales des candidats-députés par les états-majors des partis -, nous constatons que l'élite politique revendique haut et clair le droit de mentir à la population pendant les campagnes électorales et de n'en faire qu'à sa tête une fois les élections passées.

L'État finance les partis politiques. L'état-major des partis politique sélectionne ses candidats aux élections législatives et finance en tout ou en partie leur campagne électorale. Les candidats doivent développer devant le public des programmes décidés en haut lieu pour être confirmés - sauf à avoir une fortune personnelle importante. Une fois élus, ils peuvent être appelés par leur hiérarchie à voter des lois contraires au programme électoral. S'ils refusent, ils remettent en cause le financement de leur prochaine campagne électorale = fin de leur carrière politique.

De leur côté, les électeurs, une fois qu'ils ont déposé leur bulletin dans l'urne, n'ont aucun moyen de contrôle sur leur représentant pendant cinq ans (une législature). Celui-ci n'est pas révocable et ne doit rendre des comptes qu'à sa "hiérarchie" qui l'a financé et le financera. Actuellement, l'idée prévalente est que les députés sont des "professionnels de la politique", ils ont des carrières à gérer. Avoir des idées personnelles ou vouloir soutenir les demandes directes des électeurs ou encore s'engager à respecter les promesses éléctorales revient à quitter plus ou moins le milieu politique : démissions, retrait politique, etc.

Cette manière de procéder est valable pour l'élection du Président de la République : " les promesses ne valent que pour ceux qui y croient ". Un jour, un magistrat m'a rappelé cela alors que je lui expliquais que lors de sa campagne électorale, Chirac, à travers son état-major s'était engagé à remettre de l'ordre dans une sombre affaire de détournnement de fonds publics et une fois élu, il ne l'a pas fait. l'affaire a été étouffée purement et simplement.

Pour faire court : les politiques se sont donné le droit de mentir à la population pour être élu, puis d'agir à leur guise après. Iln'y a pas si longtemps, un mail hacké de Madame Clinton explique qu'une personnalité politique doit avoir deux opinions : une publique et une, secrète et exécutoire, réservée à des cercles plus restreint. 

C'est la démocratie formelle : des élctions ibres et, en face, le droit de mentir, puis, pas de droit de rappel des élus défaillants.

- Que reste-t-il aux électeurs ? 

- Éliminer !

1 / Éliminer systématiquement le candidat sortant : un pays de soixante cinq millions d'ahbitants peut se le permettre et ne manquera jamais de têtes pensantes.

2 / Participer à toutes les élections pour éliminer les cadidats les plus démagogiques ou les ostensiblements "professionnels de carrière". 

Actuellement, on vit la démocratie descendante : l'état-major d'un parti (une dizaine de personnes) sélectionne les membres des institutions exécutives du aprti qui à leur tour sélectionnent les instances régionale et départementales de ce même parti et sélectionnent les membres de base. les instructions vont du sommet vers la base en passant par des "meetings avec le peuple" qui ne sont pas un vote ni une consultation. Enfin de course l'état major fixe une plate-forme politique et la met au vote de " la primaire " de ces quelques centaines de milliers de personnes qui se sont toutes auto-sélectionnées. CELA SERA PROPOSÉ AUX FRANÇAIS.

C'est comme pour déterminer la personnalité la plus populaire de France : un type fait son choix (dix ou vingt personnes) ; il le soumet à un sondage (" s'il vous plaît, classez les noms qui figurent sur cette liste "), et le résultat, c'est le " liste des prsonnalités préférées des Français ".

Alors en tant que citoyen responsable, confronté à un système politique verrouillé, j'appelle à voter à toutes les primaires et même de signer les déclarations d'apparteanance à la gauche ou à la droite ou à l'écologie afin d'ÉLIMINER selon ses propres convictions.

Tant que les politiques se donnent le droit de nous mentir, je me donne le droit de mentir aux politiques. Je paierai deux euros pour éliminer.

En plus, de nos jours, droite, gauche, écologie n'ont plus de sens exclusif et tous les politiques sont devenus des professionnels : beaucoup sont prêts à dire tout et n"importe quoi pourvu qu'on fiance leur campagne électorale. Par exemple, nous avons vu la présentation du débat de la primaire de la droite. la morale aurait voulu que ceux qui perdent s'engagent à ne pas travailler avec le gagnant afin de lui permettre de constituer sa propre équipe afin de réaliser son programme. Hé bien, non : ils restent et vous verrez, certains se retrouveront de nouveau dans les ministères du gagnant - carrière professionnelle politique exige.

La bonne, la vraie démocratie, c'est le vote uninominal à un tout avec la possibilité à mi-mandat de rappeler l'élu s'il s'écarte de ses engagements électoraux. c'est la consultation des élécteurs en cas d'obligation de changer de politique. Tout le monde accepte le contrpole des citoyens par voie informatique. Pourquoi ne pas utliser linformatique pur contrôler les budgets des ministères, les fortunes des élus. pourtant cela existe dans d'autres pays et ils ne s'en prtent pas plus mal.

Avec plus de démocratie, il y aurait moins de manifestations et moins de grève et le pays serait économiquement plus efficace...  et plus heureux.

Allez tous voter à la primaire de la droite et éliminez tous ceux qui surnagent sur la vague de la division, de la suspiscion, de la méfiance, de la haine de l'autre.

Puis après, allez voter à la primaire de la gauche.

Ils se moquent de nous, moquons-nous d'eux.

 

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.