L'exigence policière de faciliter la mise en oeuvre de la "légitime défense"

Certains policiers voudraient avoir plus de facilité pour tuer des Français du bas de la pyramide sociale, des Arabes, des Noirs, des Gitans, etc. Cela s'appelle " l'allègement des règles d'usage des armes à feu en cas de légitime défense ". Les statistiques des années écoulées identifient bien l'origine sociale des personnes abattues par les forces de l'ordre en situation de légitime défense.

Personne ne conteste le principe que force doit rester à la loi ni la nécessité d'avoir un service de police efficace et respecteux des citoyens qui sont la source de sa rémunération. Bien sûr on compatit au sort des policiers qui sont gravement blessés et les policiers ont raison d'agir avec leur arme et et manière proportionnée en cas de véritable " légitime défense ".

Mais cela ne signifie pas qu'il faut laisser la bride aux services de police : plus de pouvoirs sont délégués par la Nation, plus de contrôle il faut. Ensuite, on ne peut pas envisager ces problème sans tenir compte du contexte politique du pays (les Français avec les Français) et dans le monde (les Français et leurs relations avec le monde).

Hollande a perpétué l'engagement de la France dans des guerres post-coloniales, les OPEX. Cela créée un malaise au sein de toute la population et en particulier parmi les descendants d'indigènes qui constatent par ailleurs que comme leurs parents ou leurs ancêtres, ils ne jouissent pas d'une égalité réelle et pratique politique, économique, administrative, culturelle... et même religieuse. Malaise. Et voilà que des enfants de la France, négativement discriminés, quittent leur pays pour aller tenter leur chance dans les États rétrogrades du Golfe... ou dans le djihadisme.

Est-ce une surprise ? La réponse est non.

La double origine du terrorisme qui frappe notre pays est chez nous : une politique internationale aventureuse et un contexte intérieur lourds de germes de rébellion. Pour le moment, la révolte s'exprime par une déviation religieuse de l'Islam ou par des actes de violence crapuleuse contre les policiers.

Demain, il y aura des kamikazes socialement motivés, politiqueent encadrés : ce sera autrement plus grave parce que la lutte des classes (au sens le plus violent) aura atteint un degré qui fera penser à la Commune de Paris ou aux grèves des mineurs de 1946 et 47 ou encore à la rébellion irrépressible qui a coûté à la France la perte de ses départements d'Algérie. Cela ira bien plus loin que "l'ultra gauche" de Madame Alliot Marie, ministre de l'Intérieur.

Hollande a posé ce grave problème du terrorisme en France et des OPEX en termes sécuritaires quitte à envisager de déchoir de leur pleine et entière natioanlité irréversible 300 000 citoyens français ! La police a été mise en avant et ce sont des policiers qui étaient invités par les pouvoirs pulbics et les main media à s'exprimer sur les plateaux de télévision. La politique intérieure de la France tourne depuis des mois et des mois autour du thème : comment être plus surveillés, comment limiter les libertés publiques, individuelles et collectives. Le burkini est interdit dans les piscines municipales ou àla plage, mais une grande piscine municipale parisienne réserve des soirées pour les nudistes. La Kippa est tolérée, mais le voile des jeunes femmes, non.

- que va devoir faire mon épouse les jours où elle voudra porter les carrés Longchamps que j'aimais à lui offrir ?

- je vais lui susggérer de metre ses seins à nu les jours où elle voudra porter ses foulards bigarés.

On a déjà connu un flicage extrême de la vie politique en France : la bataille d'Alger. Cela s'est terminé par des tentatives de coup d'État, des tentatives d'assassinat du chef de l'État... et par la perte des départements que nous avons voulu garder dans la France sans céder aux revendications sociales, culturelles et politiques, séculaires de la population concernée.

C'est donc naturel qu'après avoir sollicité à outrance la police en intervention sur le terrain ET AUSSI COMME TÉMOIN POLITIQUE POUR JUSTIFIER LA POLITIQUE DU GOUVERNEMENT, on constate que celle-ci réclame des mesures ahurissantes : le droit de faciliter l'usage des armes pour la police.

Mais contre qui ? Que disent les statistiques : il y a beaucoup de morts dans les commissariats, dans la rue par armes à feu de policiers. Qui sont-ils ? Quelle est la proportion parmi eux d'Arabes, de Noirs, de Français du bas de la pyramide sociale ?

Il est donc normal et impératif de réglementer strictement l'usage des armes à feu. Si un candidat policier ne veut pas assumer les risques de son métier et le niveau de son salaire, il devra choisir un autre métier. On ne va pas engager parmi les candidats pompiers des personnes qui ont la phobie du feu ou des peintres qui ont le vertige sur une échelle.

Dant toute autre condition, l'allègement du droit à la légitime défense sera un droit de tuer l'Arabe, le Noir, le Gitan, etc. en somme tous les Français du bas de la pyramide sociale.

Au contraire je demanderais au gouvernement de réhausser le niveau juridique, déontologique et moral des policiers. Jai personnellement entendu des policiers dire des expressions comme : "avec un nom comme ça, tu n'es pas un vrai Français, tu es un Français de papier" (notez le tutoiement) ou encore à la sortie d'une mosquée, au collègue qui conduit une voiture de police : "fais attention, freine un peu, il y a des Indésirables qui passent, si tu les écrases on aura encore des histoires".

Les policiers disent : " il y a des gens qui veulent tuer du flic, laissez-nous les tuer avant". Et en cas d'erreur, c'est bien Monsieur le ministre de l'intéreur qui a affirmé l'idée que même en cas d'erreur, de toute façon, ces gens ont propension à devenir des délinquants et plus tard des terroristes. Il s'exprimait pour justifier les bavures des premiers jours de l'état d'exception... qui est toujours en vigueur.

Voilà comment on passe de la promesse électorale formelle de stopper le contrôle au faciès à la réflexion sur l'autorisation de pouvoir tuer plus faiclement des citoyens qui paient des impôts (au moins la TVA ! ).

En fait, on remplace le traitement social des problèmes sociaux par un traitement policier, c'est-à-dire par le recours excessif à la violence d'État qui finira par se retourner contre lui, soit de la part de la population, soit par ceux-là mêmes qu'il utilise pour la sale besogne et qui visent à instaurer un régime autoritaire pour ne pas dire plus... mais qui n'aportera pas la paix et la concorde sociale recherchées.

Nous sommes très loin de la politique de gestion de la délinquance des pays nordiques qui pourtant a donné des résultats statistiques évidents. La vérité est que la France ne respecte pas les droits de l'hommes de façon intègre que ce soit vis-à-vis de ses citoyens ou à l'endroit des habitants bombardés d'Alep et de Mossoul. Le "deux poids, deux mesures" n'est plus tolérable.

Liberté, Égalité, Fraternité, MAIS POUR TOUS ! En France et dans le monde.

 (texte corrigé le 24 octobre 2016 à 22:00 et mis en ligne deux jours plus tôt)

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.