Des sanctions accrues contre les chômeurs

En durcissant les sanctions contre les "mauvais" chômeurs, au delà de ce qui était initialement prévu, le gouvernement continue son travail de sape contre le modèle social français.

Presque en catimini (décret publié le 30 décembre !), le gouvernement a publié un décret concernant les nouvelles modalités des sanctions appliquées aux demandeurs d'emploi (Décret n° 2018-1335 du 28 décembre 2018 relatif aux droits et aux obligations des demandeurs d'emploi et au transfert du suivi de la recherche d'emploi). Oh, surprise, le texte durcit les sanctions par rapport à ce qui avait initialement annoncé. Dans le contexte social actuel le gouvernement se moque donc un peu du monde..

En outre dans la notice du décret est prévu le point suivant (c'est moi qui souligne) : "le décret étend l'obligation d'accomplir des actes positifs et répétés en vue de retrouver un emploi, de créer ou de reprendre une entreprise, à la phase de développement d'une entreprise créée ou reprise. Il abroge la définition du salaire antérieurement perçu qui était pris en compte pour déterminer l'offre raisonnable d'emploi. "

Donc votre salaire antérieur ne sera pas pris en compte pour apprécier la pertinence d'une offre d'emploi...ce qui est quand même un des critères fondamentaux pour juger de l'intérêt d'une offre. Une mesure profondèment inique qui a bien entendu pour seul objectif de rendre plus facile la suspension des allocations.

Ce gouvernement continue donc son oeuvre de démantèlement de nos politiques sociales.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.