Chem Assayag
Nombreuses activités d'écriture, photo...
Abonné·e de Mediapart

86 Billets

1 Éditions

Billet de blog 27 août 2020

Dystopie

Du masque...

Chem Assayag
Nombreuses activités d'écriture, photo...
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Dystopie

J’ai attrapé machinalement un masque sur l’étagère. Désormais j’en ai une dizaine en permanence qui sont prêts à être utilisés. J’ai été minimaliste, ils sont tous unis mais de couleur différente comme ça j’évite de remettre le même deux jours de suite.
Je n’entends quasiment plus jamais le bip du système de reconnaissance faciale, qui vérifie que je suis bien masqué avant de sortir, alors que les premières semaines voire les premiers mois je devais souvent revenir le chercher après avoir oublié de le porter. Et puis de toutes façons il est impossible de prendre l’ascenseur ou de démarrer sa voiture sans avoir le visage couvert.
Je lance un au revoir à mon fils qui est dans la cuisine ; il le porte même à l’intérieur, et j’ai un peu du mal avec son attitude. Je ne sais même plus quand j’ai aperçu son visage pour la dernière fois. Après plusieurs discussions pénibles avec lui, sa mère et moi avons renoncé à essayer à lui faire changer d’avis, mais nous maudissons tous les jours cette frange de médecins qu’on appelle ironiquement les « tissuphiles » et qui recommandent le port du masque 24 heures sur 24 et dont l’influence grandissante nous inquiète.
Je chasse ces idées car je dois me dépêcher, il ne faut pas que j’arrive en retard sur mon lieu de travail pour mon seul jour au bureau de la semaine. J’ai de la chance je peux encore y aller alors que la grande majorité de mes collègues travaillent désormais de chez eux en permanence. Si tout va bien je pourrai voir mon ami Laurent et nous irons boire un café dans son bureau. Nous n’avons pas le droit d’enlever nos masques quand nous nous croisons mais on le fait quand même ; ça fait du bien de voir un sourire ou une expression d’étonnement, même brièvement.
La circulation est très fluide ; quand je pense que je mets vingt minutes à aller au bureau alors qu’il me fallait parfois plus d’une heure. Mais bizarrement je me prends parfois à regretter ces bouchons qui étaient le signe d’une vie compliquée mais intense. Aujourd’hui il n y a plus vraiment de raison de se déplacer : il faut des tests négatifs et des autorisations pour voir ses parents ou sa famille, les salles de spectacle et les musées ont fermé, les bars et les restaurants sont devenus lugubres avec leurs rares tables complètement séparées les unes des autres. Ce n’est plus « métro, boulot, dodo », c’est « maison, maison, maison ». Et je peux m’estimer heureux car j’ai obtenu une autorisation pour aller dans notre maison de campagne. Au moins nous avons un peu d’espace et pas de voisins pour nous épier.
J’allume la radio car cela va être le bulletin de 8h30 : cela fait 764 jours que nous avons moins de 50 cas dépistés et 583 jours que nous constatons moins de 5 morts. Il ne faut pas relâcher l’effort.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Entreprises
L’État a fait un cadeau insensé à Bolloré
L’État acquiert pour 31 millions d’euros les installations de l’oléoduc Donges-Metz qu’il devait récupérer gratuitement au terme de la concession octroyée au groupe Bolloré pendant vingt-sept ans. Pendant cette période, ce dernier s’est servi plus de 167 millions d’euros de dividendes.
par Laurent Mauduit
Journal
Raoul Peck, invité exceptionnel d’« À l’air libre »
Le réalisateur vient présenter sa nouvelle série documentaire, « Exterminez toutes ces brutes », diffusée jusqu'au 31 mai sur le site d’Arte. 
par à l’air libre
Journal — Gauche(s)
La gauche Taubira existe-t-elle ?
Encensée pour sa puissance d’incarnation par les uns, raillée pour son absence de projet par les autres, Christiane Taubira compte sur l’élan de la Primaire populaire, qui s’achève le 30 janvier. Mais sur le fond, il reste difficile de savoir à qui exactement parle cette candidature.
par Mathieu Dejean
Journal — Politique
Le député Peltier mobilise son équipe parlementaire pour le meeting d’Éric Zemmour
Visé par une enquête judiciaire pour son utilisation de fonds publics liés à ses mandats d’élu, Guillaume Peltier, porte-parole d’Éric Zemmour, continue à mélanger les genres : c’est l’une de ses assistantes parlementaires qui a cherché et visité la salle où le candidat d’extrême droite doit s’adresser vendredi au « monde rural ».
par Sarah Brethes

La sélection du Club

Billet de blog
Les crimes masculinistes (12-12)
Depuis une dizaine d'années, les crimes masculinistes augmentent de manière considérable. Cette évolution est principalement provoquée par une meilleure diffusion - et une meilleure réception - des théories MGTOW, mais surtout à l'émergence de la communauté des incels, ces deux courants radicalisant le discours misogyne de la manosphère.
par Marcuss
Billet de blog
Un filicide
Au Rond-Point à Paris, Bénédicte Cerutti conte le bonheur et l'effroi dans le monologue d’une tragédie contemporaine qu’elle porte à bout de bras. Dans un décor minimaliste et froid, Chloé Dabert s'empare pour la troisième fois du théâtre du dramaturge britannique Dennis Kelly. « Girls & boys » narre l’histoire d'une femme qui, confrontée à l’indicible, tente de sortir de la nuit.
par guillaume lasserre
Billet de blog
Traverser la ville à pieds, être une femme. 2022
Je rentrais vendredi soir après avoir passé la soirée dehors, j'étais loin de chez moi mais j'ai eu envie de marcher, profiter de Paris et de ces quartiers où je me trouvais et dans lesquels je n'ai pas souvent l'occasion de passer. Heureusement qu'on m'a rappelé, tout le trajet, que j'étais une femme. Ce serait dommage que je l'oublie.
par Corentine Tutin
Billet de blog
En Afghanistan, on décapite impunément les droits des femmes
Les Talibans viennent d’édicter l’interdiction de toute visibilité du visage féminin dans l’aire urbaine, même celle des mannequins exposés dans les commerces. Cette mesure augure mal pour l’avenir des droits de la population féminine, d’autant qu’elle accompagne l’évacuation forcée des femmes de l’espace public comme des institutions, établissements universitaires et scolaires de l’Afghanistan.
par Carol Mann