Christianisme et Islam : la naissance miraculeuse de Jésus, un point commun

En cette période de la fête chrétienne de Noël célébrant la naissance miraculeuse de Jésus il importe de rappeler que ce récit des Evangiles est partagé par l’Islam. En effet, le Coran consacre dans les chapitres 3 et 19 plusieurs versets à l’annonce faite à Marie par l’ange Gabriel d’un nouveau-né appelé Jésus ou le Messie. C’est là un point commun entre les deux religions.

En cette période de la fête chrétienne de Noël célébrant la naissance miraculeuse de Jésus il importe de rappeler que ce récit des Evangiles est partagé par l’Islam.
En effet. le Coran consacre dans les chapitres 3 et 19 plusieurs versets à l’annonce faite à Marie par l’ange Gabriel d’un nouveau-né appelé Jésus ou le Messie.
C’est là un point commun entre les deux religions qui en ont beaucoup d’autres. Le contenu des chapitres cités ci-dessous va à l’encontre de ce que veulent nous faire croire nombre d’intervenants névrosés du PAF. Que ce soit des animateurs farfelus ou des politiques ignares de la question, ce sont presque toujours les mêmes habitués des plateaux tv qui déblatèrent sans contradicteurs. Ou encore bien pire ceux qui propagent sous des pseudos et en toute impunité leur haine anti musulmans dans les divers sites des réseaux sociaux.   

Voici les extraits du texte coranique* évoquant l’annonce de la naissance miraculeuse de Jésus. Ainsi chacun se fera sa propre idée de la compatibilité des écrits religieux chrétiens et musulmans sur ce sujet précis.

1) Chapitre 3 « Famille d’Imran » versets 42 à 48:

42- Les anges dirent : « Ô Marie ! Dieu t’a choisie, en vérité; Il t’a purifiée; Il t’a choisie de préférence à toutes les femmes de l’univers.

43- Ô Marie! Sois pieuse envers ton Seigneur; prosterne-toi et incline-toi avec ceux qui s’inclinent ».

44- Ceci fait partie des récits concernant le mystère que Nous te révélons. 

Tu n’étais pas parmi eux lorsqu’ils jetaient leurs roseaux pour savoir qui d’entre eux se chargerait de Marie. Tu n’étais pas non plus parmi eux lorsqu’ils se disputaient. 

45- Les anges dirent : « Ô Marie! Dieu t’annonce la bonne nouvelle d’un Verbe émanant de Lui : Son nom est : le Messie, Jésus, fils de Marie; illustre en ce monde et dans la vie future; il est au nombre de ceux qui sont proches de Dieu. 

46- Dès le berceau, il parlera aux hommes comme un vieillard; il sera au nombre des justes ».

47- Elle dit : « Mon Seigneur! Comment aurais-je un fils? Nul homme ne m’a jamais touchée ». Il dit : « Dieu crée ce qu’Il veut : lorsqu’Il a décrété une chose, Il lui dit : « Sois! »... et elle est ».

48- Dieu lui enseignera le Livre, la Sagesse, la Tora et l’Evangile.  

2) Chapitre 19 « Marie » versets 16 à 36 :

16- Mentionne, dans le Livre, Marie, quand elle se retira de sa famille en un lieu vers l'Orient.

17- Elle mit entre elle et les siens un voile. Nous lui envoyâmes Notre Esprit (Gabriel), qui se présenta à elle sous la forme d'un homme parfait.

18- Elle dit : « Je cherche une protection contre toi auprès du Miséricordieux. Si tu craint Dieu, [ne m'approche point]. »

19- Il dit : « Je suis en fait que l’envoyé de ton Seigneur pour te faire don d'un fils pur. »

20- Elle dit : « Comment aurais-je un fils, quand aucun homme ne m'a touchée, et que je ne suis pas prostituée ?»

21- Il dit : « C’est ainsi ! Ton Seigneur a dit «Cela m'est facile ». Nous ferons de lui un signe pour les gens; une miséricorde venue de Nous. Le décret est irrévocable. »

22- Elle devint donc enceinte [de l'enfant], puis elle se retira avec lui en un lieu éloigné.

23- Les douleurs de l'enfantement là surprirent au tronc du palmier, et elle dit : «Malheur à moi ! Que ne suis-je déjà morte, totalement oubliée ! »

24- Alors, l’enfant l'appela d'au-dessous d'elle, [lui disant:] : « Ne t'afflige pas. Ton Seigneur a fait jaillir une source à tes pieds.

25- Secoue vers toi le tronc du palmier : il fera tomber sur toi des dattes fraîches et mûres.

26- Mange, bois et cesse de pleurer ! Si tu vois quelqu’une mortel, dis [lui:] : «Assurément, j'ai voué un jeûne au Miséricordieux: je ne parlerai à personne aujourd’hui. »

27- Puis elle vint auprès des siens en le portant l’enfant. Ils dirent: « Ô Marie, tu as fait une chose monstrueuse ! 

28- « Sœur d’Aaron ! Ton père n'était pas un homme mauvais et ta mère n'était pas une prostituée. »

29- Elle fit alors un signe vers le nouveau-né et ils dirent alors : « Comment parlerions-nous à un bébé au berceau ? »

30- Celui-ci dit : « Je suis, en vérité, le serviteur de Dieu. Il m'a donné le Livre; Il a fait de moi un Prophète.

31- Il m'a béni où que je sois. Il m'a recommandé la prière et l’aumône - tant que je vivrai - 

32- et la bonté envers ma mère. Il ne m'a fait ni violent, ni malheureux.

33- Que la paix soit sur moi le jour où je naquis; le jour où je mourrai; le jour où je serai ressuscité vivant. »

34- Celui-ci est Jésus, fils de MarieParole de vérité, dont ils doutent encore.

35- Il ne convient pas que Dieu se donne un fils. Gloire et Pureté à Lui ! Lorsqu’Il décide d'une chose, Il lui dit : « Sois ! » et elle est.

36- Dieu est, en vérité, mon Seigneur et votre Seigneur. Adorez-le ! 

* Le Coran, traduction Denise Masson, folio classique, Édition Gallimard 1967

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.