Rentrée : Cnews TV toujours extrémiste que fait le CSA ?

Voilà la rentrée et Cnews reste toujours une tv extrémiste avec ses animateurs habituels. Ce mardi 25 août 2020 on a pu voir le retour de Pascal Praud et son émission « l’heure des pros » qui avait été qualifiée par Télérama « d’heure des prouts ».

Voilà la rentrée et Cnews reste toujours une tv extrémiste avec ses animateurs habituels. Ce mardi 25 août 2020 on a pu voir le retour de Pascal Praud et son émission « l’heure des pros » qui avait été qualifiée par Télérama « d’heure des prouts ».

Autour de cet animateur névrosé, connu ancien commentateur médiocre de football, il y avait le matin M.Messiha un franco-égyptien délégué du RN de Mme Le Pen. Depuis des mois ou au moins deux ans la chaîne Cnews lui offre son plateau TV comme tremplin politique. Le délégué du RN y exprime ses thèses et positions extrémistes sans contradicteur et en violation du principe d’équité du temps d’antenne accordé aux partis politiques.  Non seulement ces derniers ne semblent pas protester mais le CSA certainement alerté par des citoyens n’intervient pas. Messiha était déjà le seul politique invité sur ce plateau Tv de Cnews pendant les élections municipales sans là encore de réaction du CSA. Ce politique extrémiste s’en prend souvent ouvertement à ce qu’il appelle la « racaille » des cités et aux musulmans en général sans que ceux-ci ne soient conviés à un débat contradictoire avec leur accusateur qui semble chercher ainsi une légitimité aux yeux des chefs de son parti.   

Le soir, nous avions toujours sur le plateau de Cnews en compagnie de Pascal Praud deux journalistes de droite habitués eux aussi de cette émission. Il s’agit de M. Rioufol dont certains disent qu’il porte bien son nom tellement il est acharné contre les musulmans qu’il qualifie obstinément de « minorité ». Pour lui, il n’y a pas de « vivre ensemble » et ses idées sont en rejet affiché de la seule religion l’islam qui selon lui serait incompatible avec la République. L’autre journaliste, M. Bègle, rédacteur adjoint du Point, abordant le sujet des dernières violences urbaines voulait à tout prix qu’on puisse connaître l’origine de ces jeunes casseurs. Car selon lui si c’était des groupes issus des beaux quartiers chics de la capitale on en aurait dit des tonnes, ce qui est absolument faux. 

Enfin, alors qu’il y avait en leur présence un maire adjoint apparenté LREM qui tentait tant bien que mal d’essayer de modérer leurs propos on a eu la remarque de M. Praud dénonçant « l’angélisme », « les positions au demeurant sympathiques », ...etc. 

Pour terminer, si ce genre d’émission continue à diffuser matin et soir, doublée de rediffusions, des prises de position extrêmes sans nuance ni précaution ni contradicteur ça ne peut qu’aggraver les tensions sociales. D’autant plus, que l’hostilité de ces animateurs et intervenants cible une seule communauté pourtant étrangère aux accusations répétées au quotidien.

C’est maintenant plusieurs années qu’on ne cesse dans les médias et les réseaux sociaux identitaires extrémistes de s’en prendre aux citoyens musulmans de ce pays, qui sont français depuis des générations et même depuis toujours comme le sont les français musulmans rapatriés et harkis, pour les confondre soit avec des terroristes soit avec les problèmes des migrants. Une aberration dangereuse. On les assigne à ce rôle de boux-émissaire qui n’est malheureusement pas sans contre-réaction comme on l’a vu parfois. Ce fut le cas pour M. Finkielkraut et M. Zemmour pris à partie dans la rue par des individus mais ces gestes condamnables restent isolés. Par contre, à cause de toutes ces excitations médiatiques incessantes il risque bien d’y avoir de d’escalade comme tout récemment les deux mosquées brûlées à Lyon dont on a peu parlé. Chacun en assumera la responsabilité. 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.