Réponse à Mme Bardot sur l’Aïd musulman fête religieuse du sacrifice d’Abraham

Tout d’abord, ce rite de l’Aïd en France, appelé abusivement « fête du mouton », est très ancien mais à l’époque Mme Bardot qui s’exhibait nue dans les films ne s’en préoccupait pas. Au contraire, elle aimait porter toutes sortes de manteaux de fourrures d’animaux rares. Encore aujourd’hui elle ignore que ce sacrifice se pratiquait au sein de l’empire français depuis au moins deux siècles

Tout d’abord, ce rite de l’Aïd en France, appelé parfois abusivement « fête du mouton », est très ancien mais à l’époque Mme Bardot qui s’exhibait nue dans les films ne s’en préoccupait pas. Au contraire, elle aimait porter toutes sortes de manteaux de fourrures d’animaux rares. Encore aujourd’hui elle ignore que ce sacrifice se pratiquait au sein de l’empire français depuis au moins deux siècles et il se célébrait au sein des régiments de l’Armée d’Afrique sous le drapeau bleu blanc rouge dans les casernes, dans les campements et lors de la guerre de 1870/71, dont on fête le 150 ème anniversaire, dans les tranchées en 14/18, lors de la guerre 1939/45 et de la campagne de la Libération, en Indochine et bien sûr en Algérie. Ces guerres ont vu des centaines et des centaines de soldats musulmans mourrir au combat pour la France, la monarchie ou la République. Après les décolonisations et l’arrivée des rapatriés d’Algerie cette fête religieuse était très pratiquée dans les camps Harkis et elle continue à l’être par beaucoup de rapatriés français musulmans. 

Ensuite, Mme Bardot qui n’a qu’une faible instruction religieuse n’a manifestement pas trouvé qui pourrait lui expliquer plus en détail la fête musulmane du sacrifice d’Abraham. Elle apprendrait ainsi que cette fête de l’aïd qu’elle insulte « d’immonde » concerne un récit biblique qui est étudié aussi bien par les juifs que par les chrétiens. Ce passage de la Bible serait-il lui aussi « immonde » ? Il enseigne qu’au moment où Abraham allait égorger son fils en sacrifice à Dieu l’ange Gabriel lui présenta un bélier. J’ai écrit dans mon blog un article qui évoque plus en détail ce point commun aux trois religions monothéistes et dont le Coran étend le salut à leurs adeptes et à ceux qui font le bien. En effet, dans le dernier texte révélé on peut y lire ce verset : "Ceux qui croient, ceux qui pratiquent le Judaïsme, ceux qui sont Chrétiens ou Çabéens, ceux qui croient en Dieu et au dernier Jour, ceux qui font le bien : voilà ceux qui trouveront leur récompense auprès de leur Seigneur. Ils n'éprouveront plus alors aucune crainte, ils ne seront pas affligés." (Chapitre 2 verset 62)

https://blogs.mediapart.fr/cherif-lounes/blog/110916/la-commemoration-du-sacrifice-dabraham

Enfin, depuis quelques années cet événement rituel musulman suscite souvent la polémique par des accusations injustifiées comme celles de Mme Bardot dont les propos sont pour le moins excessifs. Ces attaques exagérées et répétées, qui s’ajoutent à celles exprimées presque quotidiennement sans contradictoire par des Zemmour, Onfray, de Villiers, Praud et ses invités et autres névrosés, démontrent la méconnaissance profonde chez leurs auteurs de cette religion monothéiste. Malheureusement leur propagande mensongère à pour effet d'accentuer les fractures d’une société déjà très malmenée. Notamment du fait de l’arrivée importante depuis ces dernières années de nombreux migrants et de clandestins des anciennes colonies venus chercher l’eldorado en France tout en fuyant l’absence de démocratie et de liberté dans leurs pays. Mais comment expliquer à certains que cette anarchie migratoire n’a rien à voir avec l’islam ?

Le problème c’est que les visions erronées et les confusions en tout genre sont de plus en plus répandues. Comment stopper cette hémorragie destructrice ? Il y a tellement de choses à rectifier. Pour cette raison il est urgent de multiplier des paroles apaisantes qui devraient occuper toutes les âmes des vivants quels qu’ils soient. Sur ce chapitre on ne peut nier que ce sont les transmetteurs honnêtes et intègres qui font défaut car l’unicité de la démarche de ces piliers communs à nos trois religions basiques n’est pas assez manifeste. Comment les bouleversements de notre société et du Monde ne poussent-ils pas les tenants de la sagesse de chacune de nos trois religions à entreprendre ensemble la lecture commune qui s’impose pour enseigner à la jeunesse qui s’engage dans un irréversible affrontement plutôt qu’un un avenir plus serein ?

En ces temps difficiles et risqués on aimerait entendre la réaction de femmes et d’hommes de la trempe d’un Albert Camus. Le prix Nobel de la paix originaire d’Algérie, qui avait connu ce rite de l’Aïd quand il vivait avec les musulmans, se serait sans doute soulevé contre ces intolérances et ces stigmatisations qui exacerbent les tensions sociales. 

Bonne fête de l’Aïd à tous ceux qui le célèbrent en ce jour du vendredi 31 juillet 2020 avec sacrifice ou non. 




Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.