Outreau, l'autre vérité...

J'ai eu la chance de visionner " Outreau, l'autre vérité " récemment, à Assas, en présence de son réalisateur Serge Garde, du juge Burgaud et du journaliste Bernard de la Villardière, perdu au milieu de plus de 200 étudiants attentifs et passionnés.

Le risque existait pour le réalisateur de tomber dans le voyeurisme et de se laisser happer par le sensationnel. Rien de cela.

Serge Garde nous livre ici un documentaire magnifique, sans jugement, purement factuel, tout en finesse, empli d'une réelle émotion et d'une sensibilité à fleur de peau au travers duquel il rend hommage aux victimes réelles et oubliées d'Outreau : les enfants.

La projection s'est achevée sous les applaudissements des étudiants d'Assas, debouts pour ovationner longuement l'ancien journaliste du quotidien l'Humanité.

Reste que la diffusion de ce documentaire est pour le moins confidentielle. La vérité fait peur et à ce jour aucune chaine de télévision n'a accepté de le diffuser. Il faut dire qu'Outreau, l'autre vérité contredit quelque peu l'information officielle et partisane dont les médias nous ont abreuvé durant de longues années.

Ce documentaire est à voir absolument par tous ceux pour lesquels le mot "Justice" a encore un sens. Il faut maintenant que les citoyens s'en emparent, se l'approprient.

Outreau est maintenant une affaire - judiciairement - classée. Peut-on se satisfaire pour autant d'une telle injustice à l'égard de ceux que l'on appelle désormais "les enfants" ?

Re-open Outreau ?

Ce serait sans doute bien compliqué. Pourtant...

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.