Vasectomie mon amie: acte 3

C'est long 3 mois mais le jour du nouveau rendez-vous est ENFIN arrivé. De la routine, des papiers et un rebondissement : c'est la 3e étape du parcours vasectomie.

3 mois se sont donc écoulés depuis le précédent rendez-vous.

Et oui, ce ne sont pas sept ans de réflexion (oui, bon...) mais 3 mois c'est tout de même long : il faut donc retrouver la pochette où j'avais rangé tous mes papiers, à savoir la notice d'information au patient qui explique tout et même plus, le formulaire de consentement et - facultatif certes mais j'y tiens - le formulaire de déclaration d'un tiers de confiance.

Arrivée à l'hôpital, je connais désormais les lieux, tout le monde est adorable comme la dernière fois, il y a un monde pas possible partout. Le rendez-vous avait été bougé plusieurs fois à la demande de l'hôpital. Pas de gros soucis, il s'agissait de créneaux différents avec un ou une médecin différent. Cela ne m'avait pas posé de problème particulier.

Jusqu'à présent...

Je suis donc reçu par une nouvelle médecin qui m'informe qu'elle prend le relais mais que "malheureusement", le suivi doit normalement être assuré par le même médecin tout au long du processus et qu'il nous faut donc repartir à zéro et patienter 3 nouveaux mois !

Les gens qui me connaissent bien savent que lorsque je suis contrarié / interloqué, j'ai le sourcil gauche qui se lève (la légende voulant que j'ai pris ce tic en regardant Star Trek, ils font ça tout le temps). Mon sourcil gauche a donc crevé le plafond pour se rendre directement en chirurgie vasculaire. Le temps de le récupérer s'est installé un léger froid dans le box. C'est là que quelques années (ok une vingtaine) à travailler sur le droit des usagers du système de santé et la capacité de ceux-ci à ouvrir leur gueule face aux soignants peut s'avérer utile. Comme je n'étais pas d'accord, j'ai dit "NON". Tout simplement, mais fermement. Plus précisément : "Il n'y a aucune mention de cette contrainte indiquée dans la notice d'information, je veux donc voir le texte et étudier les modalités de recours" (le mec lourd mais bon, 3 mois de plus, quoi). La médecin est donc allé demander son avis "au grand chef" qui a immédiatement donné son accord. L'ambiance s'est détendue, nous avons encore eu quelques échanges sur l'anesthésie (pas d'anesthésie générale, merci) et pris rendez-vous pour le 3 JANVIER BONNE ANNÉE !

2020 sera donc stérile, ou ne sera pas.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.