christian andreo
Dirigeant associatif (c'est pas mon association qui écrit c'est moi, gnagnagna)
Abonné·e de Mediapart

11 Billets

0 Édition

Billet de blog 19 nov. 2019

Vasectomie mon amie: acte 3

C'est long 3 mois mais le jour du nouveau rendez-vous est ENFIN arrivé. De la routine, des papiers et un rebondissement : c'est la 3e étape du parcours vasectomie.

christian andreo
Dirigeant associatif (c'est pas mon association qui écrit c'est moi, gnagnagna)
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

3 mois se sont donc écoulés depuis le précédent rendez-vous.

Et oui, ce ne sont pas sept ans de réflexion (oui, bon...) mais 3 mois c'est tout de même long : il faut donc retrouver la pochette où j'avais rangé tous mes papiers, à savoir la notice d'information au patient qui explique tout et même plus, le formulaire de consentement et - facultatif certes mais j'y tiens - le formulaire de déclaration d'un tiers de confiance.

Arrivée à l'hôpital, je connais désormais les lieux, tout le monde est adorable comme la dernière fois, il y a un monde pas possible partout. Le rendez-vous avait été bougé plusieurs fois à la demande de l'hôpital. Pas de gros soucis, il s'agissait de créneaux différents avec un ou une médecin différent. Cela ne m'avait pas posé de problème particulier.

Jusqu'à présent...

Je suis donc reçu par une nouvelle médecin qui m'informe qu'elle prend le relais mais que "malheureusement", le suivi doit normalement être assuré par le même médecin tout au long du processus et qu'il nous faut donc repartir à zéro et patienter 3 nouveaux mois !

Les gens qui me connaissent bien savent que lorsque je suis contrarié / interloqué, j'ai le sourcil gauche qui se lève (la légende voulant que j'ai pris ce tic en regardant Star Trek, ils font ça tout le temps). Mon sourcil gauche a donc crevé le plafond pour se rendre directement en chirurgie vasculaire. Le temps de le récupérer s'est installé un léger froid dans le box. C'est là que quelques années (ok une vingtaine) à travailler sur le droit des usagers du système de santé et la capacité de ceux-ci à ouvrir leur gueule face aux soignants peut s'avérer utile. Comme je n'étais pas d'accord, j'ai dit "NON". Tout simplement, mais fermement. Plus précisément : "Il n'y a aucune mention de cette contrainte indiquée dans la notice d'information, je veux donc voir le texte et étudier les modalités de recours" (le mec lourd mais bon, 3 mois de plus, quoi). La médecin est donc allé demander son avis "au grand chef" qui a immédiatement donné son accord. L'ambiance s'est détendue, nous avons encore eu quelques échanges sur l'anesthésie (pas d'anesthésie générale, merci) et pris rendez-vous pour le 3 JANVIER BONNE ANNÉE !

2020 sera donc stérile, ou ne sera pas.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Zemmour et CNews condamnés pour injure raciste et provocation à la haine
Lundi, le tribunal correctionnel de Paris a condamné Éric Zemmour, désormais candidat à l’élection présidentielle, à 10 000 euros d’amende pour ses propos sur les mineurs étrangers non accompagnés, qui visaient à « susciter un élan de rejet et de violence » contre l’ensemble des personnes immigrées, d’après le jugement. Le directeur de la publication de CNews écope de 3 000 euros d’amende.
par Camille Polloni
Journal
Nucléaire et transition climatique : les éléments clés du débat
Le nucléaire peut-il être une énergie de transition climatique ? Alors que les candidats à l’élection présidentielle ont tous un avis tranché sur la question, nous tentons ce soir de dépassionner le débat avec nos deux invités, Cyrille Cormier, ingénieur, spécialiste des politiques énergétiques et climatiques, et Nicolas Goldberg, senior manager énergie chez Colombus Consulting.
par à l’air libre
Journal — France
Une figure du combat contre le harcèlement scolaire est visée par une plainte pour « harcèlement »
Fondatrice de l’association Marion la main tendue, Nora Fraisse se voit reprocher par une dizaine d’anciennes bénévoles, stagiaires ou services civiques d’avoir eu un comportement toxique envers de proches collaborateurs. D’après notre enquête, l’une d’elles a déposé plainte pour « harcèlement ».
par Prisca Borrel
Journal — France
À l’Élysée, le conflit d’intérêts qui passe comme une lettre à la poste
En mars 2020, la présidence de la République a nommé à la tête de son service de la correspondance un ancien du groupe de conseil informatique Capgemini. Le nouveau responsable a immédiatement fait appel à son ancien employeur en tant que consultant.
par Antton Rouget

La sélection du Club

Billet de blog
Handicap 2022, libérer les miraculés français
La personne handicapée qui ne peut pas vivre « avec nous », permet la fiction utile d’un monde peuplé de « normaux ». Entre grands sportifs et artistes, une population est priée de demander le droit de circuler, de travailler, d’exister. L’observatoire des politiques du handicap appelle à une métamorphose normative urgente des institutions françaises appuyées par une politiques publique pour tous.
par Capucine Lemaire
Billet de blog
Vieillissement et handicap
Les maux pour le dire ou réflexions sur le vieillissement vécu de l'intérieur.
par Marcel Nuss
Billet de blog
Un tri dans la nuit : nos corps dissidents, entre validisme et Covid-19
Un entretien initialement publié par Corps Dissidents, dans le blog d'Élise Thiébaut, et toujours actuel. Le validisme est une question cruciale pendant le Covid19. Il l’a été dans les réactions – solidaires ou pas – des gens face aux discours selon lesquels seuls les vieux et les handicapés mouraient du Covid-19. Il l’est pour la question du triage : est-ce qu’uniquement les corps productifs méritent d’être sauvés ? 
par Elena Chamorro
Billet de blog
De la nécessité d'une parole antivalidiste
Exclusion politique, culte de la performance, refus de l'autonomie, enfermement, confiscation de la parole... Yohann Lossouarn nous explique pourquoi les luttes antivalidistes sont aujourd'hui plus que nécessaires.
par dièses