christian andreo
Dirigeant associatif (c'est pas mon association qui écrit c'est moi, gnagnagna)
Abonné·e de Mediapart

11 Billets

0 Édition

Billet de blog 23 mars 2016

« Crise des réfugiés » : Et puis vint la honte.

Etrange expérience. Je suis mort de honte. Je ne supporte pas le sort que la France et l'Europe réservent aux réfugiés. Tout ça sous mon regard impuissant. Avec la bénédiction de mon vote.

christian andreo
Dirigeant associatif (c'est pas mon association qui écrit c'est moi, gnagnagna)
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Je n’arrive pas à évacuer cette sensation que se déroule sous mon regard impuissant un drame humanitaire auquel, d’une certaine façon, j’ai contribué. Par mon vote, par ma passivité, mon inaction.

Il faut dire que je n’ai pas que ça à faire.

Comme tout le monde.

Il faut dire que je suis sur d’autres luttes.

Comme certainEs.

J’en viens à espérer que les générations futures nous jugeront avec tout le mépris que nous méritons pour avoir laissé faire. Quelque part je l’espère, parce que cela voudra dire que les temps auront changé, que ce qui est terriblement acceptable aujourd‘hui ne le sera plus en d’autres temps, meilleurs, forcément meilleurs.

Je suis mort de honte parce que je ne supporte pas le sort que la France et l’Europe réservent aux réfugiés. Et ce sentiment horrible d’avoir contribué à ce carnage en votant pour les dirigeants qui mènent cette politique.

C’est nouveau la honte pour moi, d’habitude je suis en colère.

Mais là, non. Je n’y arrive pas tellement ce qui se passe me dégoute.

Le premier haut le cœur, cette sensation physique provoquée par les déclarations de Manuel Valls  affirmant que l’Union Européenne devait faire passer le message que : « Maintenant,  nous n’accueillons plus de réfugiés ».

On en a tellement accueilli avant, faut dire.

C’est vrai quoi, nous ne sommes que l’un des pays les plus riches du monde, on ne va pas non plus s’emmerder à assumer les conséquences humaines d’un désastre que nous avons largement contribué à créer.

Au fait, ça coûte combien en « équivalent soutien de l’Etat à Dassault Aviation » l’accueil de quelques milliers de réfugiés ? Just asking.

Bien sûr que nous avons les moyens de leur venir en aide. Si nous ne le faisons pas, c’est par choix. Délibéré.

Le deuxième haut le cœur, le malaise devant le démantèlement d’une partie de la « jungle » de Calais. Comme s’il n’était pas suffisant d’avoir à accepter que nous laissons sciemment des êtres humains vivre dans ces conditions, le peu qu’ils ont réussi à construire sur nos égouts il nous faut encore le détruire.

Parce qu’il ne faudrait pas trop qu’ils s’installent non plus.

C’est vrai ça, ils sont tellement bien accueillis ici, c’est à se demander pourquoi ils s’obstinent à vouloir traverser la Manche.

Quelqu’un leur a dit que la bouffe était dégueulasse de l’autre côté ?

Et le coup de grâce.

La sidération devant la veulerie d’une Europe qui achète en soldes à la Turquie la gestion - à n’en pas douter spectaculairement humaniste - de tous ces gens dont nous ne voulons pas.

On dirait une passation de marché public dans les Hauts de Seine.

Refilons les réfugiés à la Turquie, vous voyez bien qu’ils nous gênent. Oui, alors bon, certes la situation n’est pas idéale mais ne soyons pas tatillons.

On se fait confiance, hein ? Nous sommes entre gens civilisés. Certains de nos gouvernements sont même de gauche, il parait.

Je suis mort de honte de ne pouvoir rien faire.

Alors oui, je signe des pétitions, je donne du fric mais ça c’est de la réparation, cela peut me soulager moi, en aider quelques autres, mais cela ne change rien au fond du problème.

Nous restons responsables de ce qui se déroule sous nos yeux.

Bon, alors quand même oui j’exagère, d’ailleurs on a touTEs vachement été émuEs quand on a vu la photo du gamin mort sur cette plage.

Comment il s’appelait déjà ? je me souviens juste de son pull rouge.

Je suis né au bord de la méditerranée, je ne sais pas si je vais être capable de me baigner à nouveau dans cette eau où se décomposent les cadavres de ces hommes, femmes et enfants que nous avons renoncé à secourir.

Ce n’est plus une mer, c’est un cimetière.

Sans fleurs, ni couronnes.

 (En parlant de pétition, sur le sujet circule celle-ci, à l'initative d'un collectif de citoyenNEs : https://www.change.org/p/martin-schultz-pr%C3%A9sident-parlement-europ%C3%A9en-moi-europ%C3%A9en-ne-je-refuse-que-les-r%C3%A9fugi%C3%A9-es-soient-refoul%C3%A9-es-en-mon-nom )

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Violences sexuelles
Violences sexuelles : Damien Abad nommé ministre malgré un signalement adressé à LREM
L’ancien patron des députés LR, Damien Abad, a été nommé ministre des solidarités en dépit d'un signalement pour des faits présumés de viols adressé à LREM et LR par l’Observatoire des violences sexistes et sexuelles en politique. Deux femmes, dont Mediapart a recueilli les témoignages, l’accusent de viols, en 2010 et 2011. Il conteste les faits.
par Marine Turchi
Journal — Politique
Pap Ndiaye fait déjà face au cyclone raciste
La nomination de Pap Ndiaye au ministère de l’éducation nationale a fait remonter à la surface le racisme structurel de la société française et de sa classe politique, une vague qui charrie avec elle la condition noire et la question coloniale. La réaction de l’exécutif, Emmanuel Macron en tête, donnera une première indication sur la tonalité du quinquennat.
par Ilyes Ramdani
Journal
En Italie, la post-fasciste Giorgia Meloni cherche à faire oublier ses racines
Elle espère devenir l’an prochain la première femme à présider le Conseil en Italie. Héritière d’un parti post-fasciste, ancienne ministre de Berlusconi, Giorgia Meloni se démène pour bâtir un parti conservateur plus respectable, en courtisant l’électorat de Matteo Salvini. Une tentative périlleuse de « dédiabolisation ».
par Ludovic Lamant
Journal
Mario Vargas Llosa, Nobel de l’indécence
L’écrivain péruvien de 86 ans, entré à l’Académie française en fin d’année dernière, vient de déclarer sa préférence pour Bolsonaro face à Lula. Cette nouvelle prise de position politique reflète un parcours intellectuel de plus en plus contesté, marqué par des soutiens à des figures d’extrême droite en Amérique mais aussi de la droite dure en Espagne. Une enquête du n° 20 de la « Revue du Crieur », disponible en librairie. 
par Ludovic Lamant

La sélection du Club

Billet de blog
Quand Macron inventait « l'écologie de production » pour disqualifier les pensées écologistes
[Rediffusion] Au cours de son allocution télévisée du 12 juillet 2021, Emmanuel Macron a affirmé vouloir « réconcilier la croissance et l'écologie de production ». Innovation sémantique dénuée de sens, ce terme vise à disqualifier les pensées écologistes qui veulent au contraire poser des limites, sociales et écologiques, à la production. Macron, qui veut sauver la croissance quoi qu'il en coûte, n'en veut pas.
par Maxime Combes
Billet de blog
Villages morts, villes vivantes
Nouvelle édition de « Printemps silencieux » (Wildproject). La biologiste américaine Rachel Carson avait raison bien avant tout le monde. Dans de nombreux villages de France, les oiseaux sont morts. Carson nous dessille les yeux au moment où une nouvelle équipe ministérielle veut accélérer la transition écologique. (Gilles Fumey)
par Géographies en mouvement
Billet de blog
Greenwashing et politique : le bilan environnemental d'Emmanuel Macron
[Rediffusion] Talonné dans les sondages par Marine Le Pen, le président-candidat Macron a multiplié dans l'entre-deux-tours des appels du pied à l’électorat de gauche. En particulier, il tente de mettre en avant son bilan en matière d’environnement. Or, il a peu de chances de convaincre : ses actions en la matière peuvent en effet se résumer à un greenwashing assumé.
par collectif Chronik
Billet de blog
Rapport Meadows 11 : est-il encore temps ?
Est-il encore temps, ou a-t-on déjà dépassé les limites ? C'est la question qui s'impose à la suite des lourds bilans dressés dans les précédents épisodes. Écoutons ce qu'a à nous dire sur le sujet le spécialiste en sciences et génie de l'environnement Aurélien Boutaud,
par Pierre Sassier