Vasectomie mon amie: acte 2

Devant le peu de témoignages disponibles sur la vasectomie, j’ai décidé de relater mon parcours en quelques billets. Par la même occasion, si cela peut contribuer à faire sauter le pas à quelques messieurs, soulager quelques dames et éviter quelques naissances ce sera toujours ça de gagné. Voici la deuxième étape du parcours : le rendez-vous avec l'urologue...

Voilà déjà un mois que mon généraliste a rédigé la lettre de recommandation et que rendez-vous a été pris avec un des services d'urologie de l'APHP.

Ca passe certes vite, mais comme vous allez le voir, ça finira par faire long.

Me voici donc muni de toutes mes pièces justificatives (qui seront inutiles parce que le service d'encaissement était fermé, bref...) avec un peu d'appréhension tout de même, parce que j'ai pris le premier rendez-vous disponible avec une praticienne que je ne connaissais pas, puisque je n'en connaissais de toute façon aucun-e.

C'est là que je voudrais faire un aparté : on ne répétera jamais assez à quel point les conditions dans lesquelles travaillent les personnels de l'Assistance Publique - de l'hospitalisation publique en général confinent à l'indignité. Quand on voit l'état des locaux, des équipements, les équipes sous-staffées et la misère - puisque c'est de ça dont il s'agit, qui se déverse à l'hôpital, on se dit que quelque chose ne tourne pas rond dans notre société. En attendant mon tour et regardant autour de moi, je me dois d'être honnête ; je me suis demandé ce que je faisais là avec mon problème qui n'en est pas un : est-ce que je prenais le tour de quelqu'un ? Est-ce que je ne pouvais pas faire autrement et éviter cette intervention en plus à un personnel déjà surchargé ?

Bref, je n'ai évidemment pas trouvé de réponse à ces questions et j'ai patiemment attendu. Même pas tant que ça, d'ailleurs.

Mon tour est donc venu et j'ai été reçu par une médecin très agréable qui m'a posé des questions d'usage car : "les hommes qui viennent pour une vasectomie sont en général plutôt bien informés". L'entretien s'est donc essentiellement focalisé sur le caractère définitif de l'intervention "contrairement à ce que l'on trouve ici et là sur internet", le mode d'anesthésie - LOCALE PLEASE et la remise de la notice d'information de la Société d'Urologie... Pas de grand scoop dans la notice, là aussi on insiste sur le caractère définitif et les complications diverses et variées (mais surtout hypothétiques) de l'intervention. quelques informations utiles tout de même sur le caractère non immédiat de la stérilisation : il faudra en effet attendre 12 semaines et une quarantaine d'éjaculations (nan tu commentes pas) pour être sûr du succès de l'entreprise. Non sans avoir fait un ultime spermogramme, bien entendu (je cache ma joie).

Voilà.

Il ne reste plus qu'à attendre... 4 MOIS jusqu'au prochain rendez-vous, muni de mon formulaire de consentement et des informations relatives à mon tiers de confiance. La prochaine fois, nous programmerons la date de l'opération qui devrait, si tout va bien, se dérouler juste avant Noël.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.