Christian Bois 343
Lanceur d'alerte, chercheur, militant
Abonné·e de Mediapart

87 Billets

2 Éditions

Billet de blog 4 juil. 2020

Jean Castex : penser la médico-technocratie qui tue les gens

Jean Castex, "un technocrate ... droit et efficace" me dit Libé à l'instant. Oui mais ... WikiPédia me dit que le dit technocrate a été une cheville ouvrière dans la fabrique de l'hôpital fou d'aujourd'hui. C'est quoi un technocrate "droit et efficace" qui est co-auteur d'un système qui - in fine - provoque la mort des gens ? Bonne question ...

Christian Bois 343
Lanceur d'alerte, chercheur, militant
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Tricoter deux citations ... et être très "remonté" :  

Jean Castex, un technocrate à Matignon 

PROFIL Haut fonctionnaire de 55 ans et ancien conseiller de Sarkozy, «monsieur déconfinement» a la réputation d’un homme droit et efficace. Elu dans les Pyrénées-Orientales, il ajoute une carte locale à Macron.

in Libération 4 juillet 2020

Article Jean Castex

De 2005 à 2006, il est le directeur de l’hospitalisation et de l’organisation des soins au ministère des Solidarités et de la Cohésion sociale où il a participé à introduire la notion d’objectifs dans l’hôpital et une rationalisation des coûts10.

in WikiPedia 4 juillet 2020

"Rationaliser les coûts à l'hôpital."
Merveilleux objectif, projet, visée, intention, etc.
Et ça donne quoi ?
Cela donne le système "à l'acte" T2A qui donne l'hôpital fou d'aujourd'hui - référence en bas d'article. 

Combien de morts ?

Une des conséquences de l'hôpital fou ce sont les maladies nosocomiales et, en particulier, les infection à bactéries multirésistantes - BMR.
Non seulement le patient attrape la bactérie mortelle - résistante aux antibiotiques - à l'hôpital mais en prime l'hôpital n'a pas le droit de le soigner avec la phagothérapie. Voir notre Réquisitoire pour un massacre.
Les médecins ne soignent pas non plus avec ce que nous nommons "Kit de survie contre bactéries et virus".
Combien de morts par an ? Le système médico-technocratique se garde bien de compter le résultat de son échec.
Des études donnent 12 mille morts par an pour les BMR.
Combien de milliers d'amputés et d'invalidés  par BMR ?
Combien de millier de victimes des autres "effets collatéraux" de l'hôpital dit rationnel ?

La terreur en miroir

En France les médecins sont terrorisés par les technocrates et les technocrates sont terrorisés par les médecins.
"On" n'aime pas que je décrive cela mais les faits sont là.
La dynamique médico-technocratique amène la mort de milliers de gens.
C'est bien le résultat de l'impossibilité des médecins & technocrates à travailler ensemble.

Un exemple de comment ça pourrait marcher

Une commission plus large - avec les patients, les acteurs sociaux, les juristes et même ... la police - a été créée pour penser la dépénalisation de l'usage des psychotropes.
Sa conclusion a été "il faut impérativement dépénaliser pour éviter la mort des jeunes qui n'accèdent pas aux soins."
Agnès Buzyn a refusé la dépénalisation.

Les médecins-technocrates

La collaboration médecin-technocrate étant impossible - quand on les laisse seuls sans tiers régulateur - alors chacun travaille de son côté.
C'est le cas d'Agnès Buzyn comme on vient de le voir.
En 2019 on avait rencontré ce phénomène pour la phagothérapie avec la composition totalement folle d'un prétendu "comité d'experts".

Et Jean Castex dans tout cela ?

Il est l'un des acteurs de la T2A qui amène l'hôpital fou qui amène la mort, l'amputation et l'invalidation de milliers de gens.
Pouvait-il faire autrement ?
Pouvait-il être dans le projet dit de rationalisation de l'hôpital ET crier "au feu !" ?
Devait-il refuser la mission et dire : "Les chercheurs montrent que la T2A ne va pas donner le résultat escompté !"
On dit : "Il faut mettre les hôpitaux en concurrence, ça marchera mieux !
Et si l'on disait : "Il faut deux Ecoles Nationales d'Administration en concurrence, ça marchera mieux !
Une enseignante à l'ENA me disait : "C'est terrible, on a une sorte de consanguinité, un énarque ne peut pas dire qu'un autre énarque participe à une oeuvre de mort !"

Qui va le dire ?

Qui va dire "stop" à ce monde fou où des énarques "droit et efficace" - comme Jean Castex - participent à une oeuvre "rationnelle" qui devient oeuvre de mort ?

Qui va dire "On ne veut plus que notre vie soit mise en danger par le couple médecin-technocrate !"

Qui va dire "Toute décision doit être préparée par une commission où sont représentées toutes les parties prenantes - patients, acteurs sociaux, juristes, etc. !"

En France, celui qui peut dire cela se nomme ... Premier ministre

 Références

(1) Michel MougeotFlorence Naegelen La tarification à l'activité : une réforme dénaturée du financement des hôpitaux

 https://www.cairn.info/revue-francaise-d-economie-2014-3-page-111.htm

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

Les articles les plus lus
Journal — Nouvelle-Calédonie: débats autour du colonialisme français

À la Une de Mediapart

Journal — France
Handicap : des militants à l’assaut de l’oppression « validiste »
Ils se battent contre les clichés sur le handicap, pour la fermeture des institutions spécialisées et pour démontrer que, loin de la charité et du médical, le handicap est une question politique. Rencontre avec ces nouvelles militantes et militants, très actifs sur les réseaux sociaux.
par Caroline Boudet
Journal — France
Au tribunal, la FFF est accusée de discriminer des femmes
Neuf femmes accusent la Fédération française de football de les avoir licenciées en raison de leur sexe ou de leur orientation sexuelle. Mediapart a recueilli de nombreux témoignages mettant en cause le management de la FFF. Son président Noël Le Graët jure qu’il « n’y a pas d’atmosphère sexiste à la FFF ».
par Lénaïg Bredoux, Ilyes Ramdani et Antton Rouget
Journal — France
Le Squale, opérations secrètes
Basées sur des interceptions judiciaires ayant visé l’ancien chef des services secrets intérieurs, Bernard Squarcini, notre série de révélations met au jour l’existence d’un État dans l’État, où se mêlent intérêts privés et basse police.
par La rédaction de Mediapart
Journal — France
Le « Monsieur sécurité » du groupe LVMH écope de neuf mises en examen
Atteinte à la vie privée, trafic d’influence, violation du secret professionnel... : l’actuel directeur de la protection des actifs et des personnes de la multinationale, Laurent Marcadier, est mis en cause par la justice dans l’affaire Squarcini. Il dément « catégoriquement » tous les faits.
par Fabrice Arfi

La sélection du Club

Billet de blog
Penser la gauche : l'ubérisation des militant·e·s
Les mouvements politiques portent l’ambition de réenchanter la politique. Pour les premier·e·s concerné·e·s, les militant·e·s, l’affaire est moins évidente. S’ils/elles fournissent une main d’oeuvre indispensable au travail de terrain, la désorganisation organisée par les cadres politiques tendent à une véritable ubérisation de leurs pratiques.
par Nicolas Séné
Billet de blog
Escale - Le cinéma direct, un cinéma militant qui veut abolir les frontières
Briser le quatrième mur, celui entre cinéaste et spectateur·rices, est un acte libérateur, car il permet de se réapproprier un espace, une expérience et permet d'initier l'action. C'est tout le propos de notre escale « Éloge du partage » qui nous invite en 7 films à apprendre à regarder différemment.
par Tënk
Billet de blog
Militer pour survivre
Quand Metoo à commencé j’étais déjà féministe, parce qu’on m’a expliqué en grandissant que les gens étaient tous égaux, et que le sexisme c’était pas gentil. Ce qu’on ne m’avait pas expliqué c’est à quel point le sexisme est partout, en nous, autour de nous. Comment il forge la moindre de nos pensées. Comment toute la société est régie par des rapports de forces, des privilèges, des oppressions, des classes sociales.
par blaise.c
Billet de blog
Un jour dans ma vie militante : l’Etat réprime impunément des familles à la rue
[Rediffusion] Jeudi 28 octobre, soutenues par Utopia 56, plus de 200 personnes exilées à la rue réclamant l’accès à un hébergement pour passer l’hiver au chaud ont été froidement réprimées. L’Etat via son organe répressif policier est en roue libre. Bénévole au sein de l’association, j’ai été témoin direct de scènes très alarmantes. Il y a urgence. Voici le témoignage détaillé de cette journée.
par Emile Rabreau