Christian Bois 343
Lanceur d'alerte, chercheur, militant
Abonné·e de Mediapart

87 Billets

2 Éditions

Billet de blog 14 avr. 2020

Post-corona : profond besoin de changer et peur du changement ; qui va l'emporter ?

Qu'est-ce qui a changé après les précédentes pandémies ? La grippe aviaire - 57-58 et celle de Hong-Kong - 68-69, font, à elles deux + de 2 millions de morts !!! Qui apprend ça à l'école ? Chacune a eu lieu en même temps qu'un événement majeur - Suez pour l'une, Mai 68 pour l'autre. Les changements n'ont pas été liés à la pandémie. Le changement est un processus long et lent, nous allons le voir.

Christian Bois 343
Lanceur d'alerte, chercheur, militant
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Changement de paradigme, changement d'épistémè, changement de modèle d'idées

Quand la France change, à la Révolution par exemple, "tout" change. L'économie, les rapports sociaux, la place des églises, le système politique, l'éducation, la recherche, l'art, etc.
Tout change parce qu'il y a un profond besoin de changement.

2020 un profond besoin de changement ?

Les Français sont heureux d'avoir le monde entier sous la main grâce à Amazon et Ali express. Ils échangent avec leurs enfants grâce à la téléconférence. Leurs enfants trouvent du travail chez Amazon ou comme développeurs dans la technologie. Les Français rêvent d'un monde ubérisé où se termine le cauchemar multimillénaire : les impôts.
O.K. ! Je provoque mais qu'en est-il ?
Quel pourcentage de Français est suffisamment dérangé de son petit confort pour vouloir que ça change, pour pouvoir affronter la peur du changement ?

La crainte personnelle des idées nouvelles 

Pour décrire cela nous avons besoins d’une où plusieurs métaphores. 

La première est celle du château. 

Le château pour défendre les idées © Christian Bois

Illustration : Le château de notre pensée qui protège nos idées des agressions externes.
Un exemple d'idée : "il y a, autour de nous, des Don Quichotte écervelés et des Sancho". 

Comme Quichotte et Sancho, nos idées sont très peureuses, elles ont peur d’être détruites ou transformées par des idées venant de l’extérieur de notre pensée. 

Peter Sloterdijk utilise la métaphore des défenses immunitaires.
D'où Sloterdijk tire-t-il la métaphore des défenses immunitaires ?
Des pandémies genre corona ?

Les idées sont comme des symboles qui ont besoin d’un système de défense immunitaire pour se protéger des invasions des autres symboles.
Et la manière « ordinaire » de rencontrer ces symboles nouveaux et dangereux est de faire des expériences – expérience spirituelle, voyage, entreprise, expérience amoureuse, expérience créative, etc. (1)

La pandémie comme expérience qui renforce la résistance au changement

Une palette d'auteurs - Anzieu, O'Hanlon,  etc. - décrivent un "moi-peau".
En situation de crainte d'une attaque virale, bactérienne, etc. le cerveau déclenche ses barrières immunitaires dans toutes les dimensions.
Il y a homothétie entre toutes les défenses :
- la cellule se défend
- les patrouilles de globules blancs se défendent
- les organes se défendent
- le moi-peau se renforce
- le château contre les idées neuves se renforce

Quelles sont les "idées neuves" qui font florès pendant la pandémie ?
Les théories du complot, les recettes miracle, etc.
Ce sont toutes des idées qui font écho à nos peurs archaïques, pas les idées qui ont un pouvoir de génération d'un nouveau modèle social !

Le kit de survie anti-virus : un exemple de résistance aux idées neuves

Une vieille idée neuve : le corps humain a la capacité de se défendre contre un virus à l'aide de deux catégories de plantes-médicaments.

L'idée est insoutenable car elle va contre deux idées du paradigme dominant :
- c'est le médecin qui sait soigner.
- les solutions de type technologique - médicaments de synthèse - sont les seules efficaces 

Un pourcentage effrayant de Français préfère mourir plutôt que :
- se soigner lui-même = devenir celui qui sait
- se soigner par des plantes dont l'efficacité date de la naissance de la vie - et pas de la modernité

La crainte groupale des idées 

Nous utiliserons la même métaphore du château qui, cette fois, représente le système d’idées d’un groupe. 

Le groupe se protège des idées nouvelles © Christian Bois

Illustration : A gauche l'esquisse de Don Quichotte par Dali en 1946 fait scandale.
A droite Picasso en 1955.
Le château représente les idées esthétiques des artistes, des critiques et des acheteurs d’oeuvre avant 1946 

Serge Moscovici décrit la crainte des idées manifestée par tout groupe humain.
Il propose quelques exemples, on peut en trouver en quantité.
Les Juifs ont peur des idées des premiers Chrétiens.
La métaphore est là avant Sloterdijk, Moscovici et le présent article : on dit « l’édifice idéologique » de la culture juive.
Moscovici dit « les idées sont comme des choses » – donc comme des armes, des béliers qui vont attaquer l’édifice idéologique.

Les Européens du 18ième siècle ont peur des idées des Lumières.
Les idées de Voltaire, de Diderot, etc. sont aussi comme des armes contre l’édifice social, religieux, conceptuel de leur temps.

Aujourd’hui, les écologistes – les multiples sortes d’écologistes – proposent des idées qui terrorisent les habitants d’un monde avec glyphosate, avec voitures polluantes, avec usines polluantes, avec mal-bouffe, avec antibiotiques (2) 

Corona : un renforcement du modèle précédent

Le modèle précédent était-il celui des esquisses de la dernière décennie ou celui du siècle précédent ?

Fermeture de la brève parenthèse macronienne et pré-macronienne : fini "l'Etat coûte trop cher, la solution "business" coûte moins cher".

Retour d'un pouvoir médical centralisé par un Ministère de la Santé surpuissant.
Peut-être esquisse de surveillance du pouvoir de folie du dit ministère - voir les scandales en cours

Renforcement de l'Etat : les Régions et autres collectivités territoriales sont court-circuitées pendant la pandémie. 

L'Etat va reprendre la main sur quelques grosses entreprises.

Renforcement du business médicament : on ne parle que de vaccin et de médicament !!! Rien sur les alternatives

Les hôpitaux continueront à acheter des respirateurs hors de prix - les autres iront en Afrique, c'est écrit partout !!! 

Les "petits-chefs" lutteront à mort contre le télé-travail.
Les experts boursiers sont confiants : rien ne va changer ! (3)

Alors quel élément vraiment important va changer ?

à suivre ...

Notes

(1) Les termes de Sloterdijk : « Avec ma terminologie, on dirait que les vérités (que j’appellerai du premier ordre) sont des systèmes immunitaires symboliques. Les vies sont condamnées à un effort permanent visant à dresser leurs boucliers morpho- immunitaires contre les invasions microbiologiques et les lésions sémantiques (nous disons : les expériences) auxquelles elles sont exposées. » Dialogue avec Eric Alliez Revue Multitudes 2000

(2) Serge Moscovici : «Nul doute que, durant la plus longue période de l’histoire humaine, toutes les sociétés ont une seule crainte en commun : la crainte des idées. Partout, elles se méfient de leur action et des hommes qui les diffusent. A chaque époque, on commence par rejeter les groupes qui propagent une doctrine ou une croyance neuves : les chrétiens dans l’Antiquité, les philosophes des Lumières aux temps classiques, les socialistes à l’époque moderne. Et, en général, toutes les minorités qui ont l’audace de se rassembler autour d’une idée prohibée ou d’une vision inacceptable – un art déroutant, une science inconnue, une religion extrême, une promesse de révolution – et semblent vivre dans un monde à l’envers.» in La machine à faire des dieux 

(3) Les "rois de la bourse" sont confiants : rien ne va changer : " La capacité d’oubli propre à l’homme illustre combien les répercussions économiques des pandémies sont brèves. Dans les années 1957-1958, la grippe aviaire a causé plus d’un million de morts, dont 116 000 aux Etats-Unis. La bourse s’essoufflait en février 1957 déjà quand, en Egypte, le président Gamal Abdel Nasser éjecta les colons anglais et français au terme de la crise de Suez.

L’affaiblissement dura tout l’été, mais les marchés se reprirent à l’automne, même si la pandémie n’était pas encore sous contrôle. Même scénario une décennie plus tard, lorsque les cours s’effondrèrent à cause de la grippe de Hongkong de 1968-1969, et ne se reprirent qu’à la mi-1970." in https://www.pme.ch/finances/2020/03/23/cycle-pandemies-lhistoire

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Zemmour : les « Zouaves Paris » derrière les violences
Le groupuscule « Zouaves Paris » a revendiqué lundi, dans une vidéo, les violences commises à l’égard de militants antiracistes lors du meeting d’Éric Zemmour à Villepinte. Non seulement le candidat n’a pas condamné les violences, mais des responsables de la sécurité ont remercié leurs auteurs.
par Sébastien Bourdon, Karl Laske et Marine Turchi
Journal — Médias
Un infernal piège médiatique
Émaillé de violences, le premier meeting de campagne d’Éric Zemmour lui a permis de se poser en cible de la « meute » médiatique. Le candidat de l’ultradroite utilise la victimisation et des méthodes d’agit-prop qui ont déjà égaré les médias états-uniens lorsque Donald Trump a émergé. Il est urgent que les médias français prennent la mesure du piège immense auquel ils sont confrontés.  
par Mathieu Magnaudeix
Journal — Social
Les syndicalistes dans le viseur
Dans plusieurs directions régionales de l’entreprise, les représentants du personnel perçus comme trop remuants affirment subir des pressions et écoper de multiples sanctions. La justice est saisie.
par Cécile Hautefeuille et Dan Israel
Journal
Fonderies : un secteur en plein marasme
L’usine SAM, dans l’Aveyron, dont la cessation d’activité vient d’être prononcée, rejoint une longue liste de fonderies, sous-traitantes de l’automobile, fermées ou en sursis. Pour les acteurs de la filière, la crise économique et l’essor des moteurs électriques ont bon dos. Ils pointent la responsabilité des constructeurs.
par Cécile Hautefeuille

La sélection du Club

Billet de blog
Le fascisme est faible quand le mouvement de classe est fort
Paris s’apprête à manifester contre le candidat fasciste Éric Zemmour, dimanche 5 décembre, à l’appel de la CGT, de Solidaires et de la Jeune Garde Paris. Réflexions sur le rôle moteur, essentiel, que doit jouer le mouvement syndical dans la construction d’un front unitaire antifasciste.
par Guillaume Goutte
Billet d’édition
Dimanche 5 décembre : un déchirement
Retour sur cette mobilisation antifasciste lourde de sens.
par Joseph Siraudeau
Billet de blog
« Pas de plateforme pour le fascisme » et « liberté d’expression »
Alors que commence la campagne présidentielle et que des militants antifascistes se donnent pour projet de perturber ou d’empêcher l’expression publique de l’extrême droite et notamment de la campagne d’Éric Zemmour se multiplient les voix qui tendent à comparer ces pratiques au fascisme et accusent les militants autonomes de « censure », d' « intolérance » voire d’ « antidémocratie »...
par Geoffroy de Lagasnerie
Billet de blog
Aimé Césaire : les origines coloniales du fascisme
Quel est le lien entre colonisation et fascisme ? Comme toujours... c'est le capitalisme ! Mais pour bien comprendre leur relation, il faut qu'on discute avec Aimé Césaire.
par Jean-Marc B