PhagoGate 5 : la France sidérée par la honte, la culpabilité, l'incompréhension

Quatre mois d'échanges par courriel, en tête à tête, au téléphone. Le diagnostic est sans appel. Les Français - du plus modeste au Président - sont sidérés, paralysés, impuissants devant le scandale sanitaire. La France responsable, coupable, etc. de laisser mourir des jeunes, des vieux, des hommes, des femmes en ne les soignant pas par la phagothérapie - voir précédents billets.

La honte - shame © Libertinus Yomango La honte - shame © Libertinus Yomango
Résumé des actions

Ce matin je relis les courriels échangés pendant quatre mois, je relis des notes, je me remémore des conversations.

Quand un massacre a lieu "ailleurs" c'est facile : il y a un bon et un méchant.

Le massacre "ailleurs" on peut se le représenter, s'en faire une image.

Mais le massacre "juste à côté" ?

Mais le massacre avec un bon mais pas de méchant ?

"C'n'est pas moi ! dit le Président !" "C'n'est pas moi ! dit le législateur !" "C'n'est pas moi ! dit le haut fonctionnaire !" "C'n'est pas moi ! dit le procureur !" "C'n'est pas moi ! dit le médecin !", "C'n'est pas moi ! dit le pharmacien !"

Il y a un crime, des milliers de crimes mais il n'y a pas d'assassin.

L'assassin c'est la bactérie. La responsable de l'amputation c'est la bactérie. La coupable de l'invalidation c'est la bactérie.

Plusieurs correspondants m'ont répondu : "Mais il y a les antibiotiques !"

Impossibilité à imaginer que le cadre du scandale sanitaire c'est justement "Les antibiotiques sont hors jeu !"

Le film romantique des années 70 est terminé ! Il n'y a pas de happy end aux maladies bactériennes.

Il y a l'impératif de se battre de la bonne manière - antibiotiques et, quand ils sont hors jeu, phages ou autre.

Président, législateur, haut-fonctionnaire, procureur, médecin, pharmacien, comment les réveiller du film romantique ?

Comment les accrocher à la vérité romanesque : 12 mille morts chaque année en France parce qu'on ignore la phagothérapie efficace, sans effet secondaire, pas chère ?

Comment les dé-sidérer, les dé-paralyser ?

"Tu devrais avoir un discours plus soft !" me disent certains.

Mais le discours soft sur la phagothérapie et les milliers de morts par bactéries multirésistantes, ça fait 40 ans qu'il est tenu par de bonnes âmes.

Quarante années de prêche dans le désert !

Il y a eu cent morts par an, puis mille morts par an puis dix mille !

Je me répète : nos "dirigeants", nos "savants" sont dans l'impossibilité de sortir du film romantique du "et tous seront sauvés par les antibiotiques !"

Hallucinant ! On trouve en ligne des textes : "Sauvons les antibiotiques !

Mais le sujet c'est : "Sauvons les patients pour lesquels les antibiotiques sont hors-jeu !"

L'antibiotique c'est le Chevalier blanc du mauvais conte romantique.

Il faut sauver le Chevalier blanc ! Que la Princesse crêve !

Bon, je m'emporte ! Mais je n'ai pas le choix ! 

Il y a deux camps :

- les furieux, les scandalisés, les révoltés par le scandale sanitaire

- les honteux, les coupables, les paralysés, les sidérés par le scandale sanitaire

J'ai pas choisi mon camp, c'est lui qui m'a choisi.

 

  

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.