Christian Bois 343
Lanceur d'alerte, chercheur, militant
Abonné·e de Mediapart

103 Billets

2 Éditions

Billet de blog 16 févr. 2019

ANSM : Quelle objectivité pour notre santé ?

Le ministère de la santé va reconsidérer sa politique vis à vis de l'usage de la phagothérapie. L'enjeu est de 12 mille décès par an par bactérie multirésistante. La phagothérapie est basée sur la culture des phages et doit impérativement être faite localement - CHU, etc. Or, en 2016 seule l'hypothèse industrielle a été considérée alors qu'elle n'est que très partielle.

Christian Bois 343
Lanceur d'alerte, chercheur, militant
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

L'ANSM va bientôt travailler sur la question de l'autorisation de la phagothérapie en France.
Faut-il se réjouir ? 
Si le comité CSST a la même composition et les mêmes préjugés qu'en 2016, il produira de la poudre aux yeux.

Les préjugés qui tuent 

La phagothérapie est une thérapie spécifique. Il y a 7 mille sortes de bactéries donc 7 mille sortes de phages tueurs de bactérie.
Quand Kevin DeLePont a une infection par bactérie multirésistante, il faut cultiver le phage spécifique de cette bactérie localement.
Dans chaque laboratoire de Centre hospitalier universitaire, il y a des gens qui savent faire pousser des phages - c'est un savoir qui est au programme du bac de technicien de laboratoire.
Seul un technicien de labo local peut sauver Kevin DeLePont.
Or, que s'est-il passé lors du travail du CSST phagothérapie en 2016 ?
Seule l'hypothèse industrielle a été considérée. Elle n'est pas sans intérêt mais elle n'est pas, non plus, la solution aux maladies à bactéries résistantes aux antibiotiques.
Il faut impérativement donner dans le carnet de route du CSST la possibilité de développer la culture locale des phages.
Il faut tordre le cou au préjugé "seule 'industrie est la solution".  

Les normes qui tuent

Nous venons de voir que notre question est une question de culture ... de phages.
Il est totalement aberrant d'appliquer des règles industrielles de fabrication à une culture.
Il faut voir du côté des règles pour la transfusion sanguine ou la transplantation d'organe comment on peut transporter du vivant avec un risque raisonnable.
La santé des Français ne doit pas être suspendue au tricotage des industriels et des technocrates.

Un risque raisonnable

Kévin DeLePont est en risque de mourir, d'être amputé, d'être invalidé.
Préfère-t-il un "certain risque" que les phages soient imparfaits ou préfère-t-il qu'on le laisse mourir parce qu'il n'y a pas de phages parfaits ?
Les décisions de l'ANSM en 2016 allaient dans le sens d'un phage parfait : 12 mille morts par an, 60 mille amputés et invalidés !!!

Etre à sa fenêtre et se regarder passer dans la rue

Quand les Anglo-saxons (1) veulent penser les bactéries multi-résistantes, il demandent à un économiste de réunir un comité.
En 2016 le CSST n'était composé que de médecins ; il a consulté essentiellement des médecins.
Un autre regard est indispensable. 

Tout va bien pour les riches

Soit ils vont se faire soigner à l'étranger.

Soit ils ont des solutions locales clandestines

Quand la France s'éveillera : Gilets noirs

La phagothérapie est efficace, sans effets secondaires et pas chère.
Malgré cela on laisse mourir, amputer, invalider 400 mille Français à chaque quinquennat.
Je suis allé à la réunion du Grand Débat National de mon village pour parler du scandale sanitaire de la phagothérapie.
A la fin de la réunion, un médecin, militant actif chez En marche me dit : "Non ! On ne laisse pas mourir les gens !"
Et il me parle de la thérapie par le miel antibactérien (2) mise en place par feu le Professeur X dans l'hôpital Y.
Et il ne réalise pas que son argument "On ne les laisse pas mourir !" dit, au contraire "On les laisse mourir !".
Parce qu'il y a 32 CHU et des centaines d'hôpitaux pleins de malades avec bactérie résistante BMR (3) et il y a un seul hôpital où l'on utilise le miel antibactérien.
Et puis il y a cet hôpital où l'on utilise les huiles essentielles de plantes antibactériennes. Chaque expérience unique est la preuve 1 Que le problème des morts par BMR est vrai, grave et urgent 2 Que, dans les autres hôpitaux, on laisse mourir, amputer, invalider les gens.
A quand les Gilets noirs ? 

P.S. : J'apprends à l'instant que ma voisine a "gagné" une BMR lors de son passage à l'hôpital.

Références

Le rapport anglo-saxon

Miel antibactérien

Bactéries : La résistance aux antibiotiques

11 questions à l'ANSM

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
En Inde, après l’attaque contre Rushdie, le silence éloquent des politiques
« Les Versets sataniques » ont été interdits en Inde, son pays natal, en 1988. Un an avant la fatwa prononcé par l’Iran contre Salman Rushdie, qui allait faire de sa vie un enfer. Son agression aux États-Unis en fin de semaine dernière n’a suscité aucune réaction officielle, dans un pays où les condamnations au nom du respect des croyants hindous se multiplient.
par Côme Bastin
Journal
Franquisme : des historiens démontent les thèses révisionnistes relayées par « Le Figaro »
La publication dans un hors-série du « Figaro » d’un entretien-fleuve avec l’essayiste d’extrême droite Pío Moa, pour qui les gauches sont entièrement responsables du déclenchement de la guerre civile en Espagne en 1936, suscite l’indignation de nombreux historiens. Retour sur une entreprise de « falsification ».
par Ludovic Lamant
Journal — Amérique Latine
Au Chili, la menace d’un refus plane sur la nouvelle Constitution
Face aux crispations sur certains points de la nouvelle Constitution, le gouvernement chilien prévoit déjà des réformes au texte en cas d’adoption par référendum le 4 septembre. Une position défensive qui témoigne de l’étroitesse du chemin vers la victoire du « oui ». 
par Mathieu Dejean
Journal — Amériques
Le jeu dangereux du Parti des travailleurs avec les militaires
Créé par Lula en pleine dictature, le PT, une fois au pouvoir, a malgré tout entretenu des relations cordiales avec l’armée brésilienne. Puis des tensions sont apparues, jusqu’à faire revenir officiers et généraux dans l’arène politique, en faveur de Jair Bolsonaro.
par Jean-Mathieu Albertini

La sélection du Club

Billet d’édition
Besoins, désirs, domination
[Rediffusion] Qu'arrive-t-il aux besoins des êtres humains sous le capitalisme? Alors que la doxa libérale naturalise les besoins existants en en faisant des propriétés de la «nature humaine», nous sommes aujourd'hui forcé·e·s, à l'heure des urgences écologique, sociale et démocratique, à chercher à dévoiler et donc politiser leur construction sociale.
par Dimitris Fasfalis
Billet de blog
Réflexions sur le manque (1) : De la rareté sur mesure
Pour que l’exigence de qualité et de singularité de l’individu contemporain puisse être conciliée avec ses appropriations massives, il faut que soit introduit un niveau de difficulté supplémentaire. La résistance nourrit et relance l’intérêt porté au processus global. Pour tirer le meilleur parti de ces mécanismes psycho-comportementaux, nos sociétés "gamifiées" créent de la rareté sur mesure.
par clemence.kerdaffrec@gmail.com
Billet de blog
De quoi avons-nous vraiment besoin ?
[Rediffusion] Le choix de redéfinir collectivement ce dont nous avons besoin doit être au centre des débats à venir si l'on veut réussir la bifurcation sociale et écologique de nos sociétés, ce qui est à la fois urgent et incontournable.
par Eric Berr
Billet de blog
Leur sobriété et la nôtre
[Rediffusion] Catherine MacGregor, Jean-Bernard Lévy, et Patrick Pouyanné, directrice et directeurs de Engie, EDF et TotalEnergies, ont appelé dans le JDD à la sobriété. En réponse, des professionnel·les et ingénieur·es travaillant dans l'énergie dénoncent l'hypocrisie d'un appel à l'effort par des groupes qui portent une responsabilité historique dans le réchauffement climatique. Un mea culpa eût été bienvenu, mais « difficile de demander pardon pour des erreurs dans lesquelles on continue de foncer tête baissée. »
par Les invités de Mediapart