Piège : Ce n'est pas de l'antiracisme !

Piège : Ce n'est pas de l'antiracisme !

Piège : Ce n'est pas de l'antiracisme !


http://amitie-entre-les-peuples.org/Piege-Ce-n-est-pas-de-l-antiracisme-Christian-Delarue

XX

Addendum

Tout à lire l’article de Christian Picquet "Au-delà de l’islamo-gauchisme, les pièges de l’identitarisme », je n’avais pas lu l'excellent "L'idéologie ambiante" de Vincent Présumey sur race, racicés, racisme.

https://blogs.mediapart.fr/vincent-presumey/blog/270321/lideologie-ambiante

https://blogs.mediapart.fr/christian-delarue/blog/230321/les-pieges-de-l-identitarisme-christian-picquet

Cet article est autonome : une contribution pour le MRAP.

XX

Certains se targuent de défendre un antiracisme politique à partir de la "race" et ce dans une perspective décoloniale, mais ou est au juste l'antiracisme ? 

Depuis quelques années maintenant, j'ai nommé cela un positionnement campiste dur (à l'image des affrontements campistes Est-Ouest d'avant 1989-1991), ou même, un "antiracisme campiste" ou l'on trouve d'un côté ceux et celles qui luttent contre l'antisémitisme (avec forte critique du mot islamophobie) et de l'autre côté - en face - ceux et celles qui luttent contre l'islamophobie et la négrophobie en ignorant l'antisémitisme, mais c'est encore faire trop d'honneur de nommer cet affrontement campiste "antiracisme" - d'ou ce texte - car il reste trop de "race" - fut-elle sociale mais durement fixée comme une essence - à tous les étages pour que la société soit soignée du virus raciste ! On a là, en fait, une forte dérive totalement identitaire et communautaire qui tient plus de la simple défense mécanique-clanique et raciale-raciste mais nullement de l'antiracisme.

L'antiracisme est plus élaboré moins viscéral. Il suppose tout un travail réflexif de décentrement vers autrui, tout à la fois différent et pareil, pour le mettre à égalité, en liberté, en fraternité, en laicité. Il permet la critique de l'Etat si besoin, de sa police notamment, de fractions de la société civile aussi, celle qui, par exemple, survalorise la civilisation européenne pour dévaloriser les autres, l'asiatique ou l'africaine .

Mais en affectant systématiquement sur un paradigme colonial et décolonial toutes les discriminations réelles subies par les habitants des quartiers défavorisés, on se trouve dépourvu à penser le racisme et ses différentes formes et à agir. On ne pense rien mais ce n'est pas le but ! Il ne s'agit pas d'une lutte antiraciste selon les méthodes classiques (l'aide, l'éducation, la mobilisation du droit, la fraternité élargie, la dignité pour tous et toutes) mais simplement d'une bataille frontale des identités figées, des groupes ethniques soudés, des communautés religieuses et culturelles (avec ou sans intégristes car ce sont tous des frères ) soit une "guerre des races " ou la seule chose requise est une très forte solidarité communautaire quoiqu'il en soit des autres dominations secondarisées . Il importe de les taire au nom de la solidarité communautaire de tous les instants.

Que l'intégrisme musulman voiliste apparaissent comme un processus oppresseur historique endogène, un colonialisme interne au monde musulman contre des musulmanes sécularisées d'abord est chose refusée, jugée inacceptable. C'est pourtant la vérité historique. Il suffit d'avoir fréquenté les pays arabes dans les années 70 et d'y être retourné 30 ans après pour voir tout le travail de conquête des divers intégrismes religieux et culturels musulmans contre les musulman-es partout dans le monde.

Ce qu'il importe de voir c'est que le "gauchisme décolonial" est, quoiqu'en face à face (campisme politique), sur le même registre de type identitaire et communautaire que l’extrême-droite, qui elle fétichise la Nation (française) comme une communauté ethno-culturelle ou même "républicaine" (mais à arrière-plan identitaire catho-laique) pour ne rien voir des clivages internes à résoudre (même logique d'aveuglement). En effet, dans cette "guerre des communautés" il n'y aucune place pour le social, le combat contre les inégalités économiques, l'ouverture à autrui, les droits humains !

Le MRAP a un positionnement antiraciste universaliste tendu vers l'égalité réelle (AG juin 2018) qui mérite d'être défendu contre les logiques identitaires mortifères, et ce au profit des droits humains, y compris les droits sociaux très important en temps de crise.

Christian Delarue

NB : Piège communautaire 

Comme il y a le piège identitaire il y a le piège communautaire . L’assignation identitaire sert à l’enfermement communautaire. 

Je reprends ici Jean-Loup Amselle : L’usage massif du terme « communauté »  fait partie de ce que j’appelle « les formes élémentaires du racisme ». In Les multiples identités d’un individu, 

http://projet.pcf.fr/70943

Marxisme, soutien et critique de la religion

http://altermd-krisdlr.centerblog.net/86-marxisme-soutien-et-critique-de-la-religion

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.