christian delarue
Altermondialiste (attac,cadtm), antiraciste (mrap), syndicaliste (cen cgt finances ufr, convergence services publics)
Abonné·e de Mediapart

1710 Billets

0 Édition

Billet de blog 3 avr. 2021

Piège : Ce n'est pas de l'antiracisme !

Piège : Ce n'est pas de l'antiracisme !

christian delarue
Altermondialiste (attac,cadtm), antiraciste (mrap), syndicaliste (cen cgt finances ufr, convergence services publics)
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Piège : Ce n'est pas de l'antiracisme !


http://amitie-entre-les-peuples.org/Piege-Ce-n-est-pas-de-l-antiracisme-Christian-Delarue

XX

Addendum

Tout à lire l’article de Christian Picquet "Au-delà de l’islamo-gauchisme, les pièges de l’identitarisme », je n’avais pas lu l'excellent "L'idéologie ambiante" de Vincent Présumey sur race, racicés, racisme.

https://blogs.mediapart.fr/vincent-presumey/blog/270321/lideologie-ambiante

https://blogs.mediapart.fr/christian-delarue/blog/230321/les-pieges-de-l-identitarisme-christian-picquet

Cet article est autonome : une contribution pour le MRAP.

XX

Certains se targuent de défendre un antiracisme politique à partir de la "race" et ce dans une perspective décoloniale, mais ou est au juste l'antiracisme ? 

Depuis quelques années maintenant, j'ai nommé cela un positionnement campiste dur (à l'image des affrontements campistes Est-Ouest d'avant 1989-1991), ou même, un "antiracisme campiste" ou l'on trouve d'un côté ceux et celles qui luttent contre l'antisémitisme (avec forte critique du mot islamophobie) et de l'autre côté - en face - ceux et celles qui luttent contre l'islamophobie et la négrophobie en ignorant l'antisémitisme, mais c'est encore faire trop d'honneur de nommer cet affrontement campiste "antiracisme" - d'ou ce texte - car il reste trop de "race" - fut-elle sociale mais durement fixée comme une essence - à tous les étages pour que la société soit soignée du virus raciste ! On a là, en fait, une forte dérive totalement identitaire et communautaire qui tient plus de la simple défense mécanique-clanique et raciale-raciste mais nullement de l'antiracisme.

L'antiracisme est plus élaboré moins viscéral. Il suppose tout un travail réflexif de décentrement vers autrui, tout à la fois différent et pareil, pour le mettre à égalité, en liberté, en fraternité, en laicité. Il permet la critique de l'Etat si besoin, de sa police notamment, de fractions de la société civile aussi, celle qui, par exemple, survalorise la civilisation européenne pour dévaloriser les autres, l'asiatique ou l'africaine .

Mais en affectant systématiquement sur un paradigme colonial et décolonial toutes les discriminations réelles subies par les habitants des quartiers défavorisés, on se trouve dépourvu à penser le racisme et ses différentes formes et à agir. On ne pense rien mais ce n'est pas le but ! Il ne s'agit pas d'une lutte antiraciste selon les méthodes classiques (l'aide, l'éducation, la mobilisation du droit, la fraternité élargie, la dignité pour tous et toutes) mais simplement d'une bataille frontale des identités figées, des groupes ethniques soudés, des communautés religieuses et culturelles (avec ou sans intégristes car ce sont tous des frères ) soit une "guerre des races " ou la seule chose requise est une très forte solidarité communautaire quoiqu'il en soit des autres dominations secondarisées . Il importe de les taire au nom de la solidarité communautaire de tous les instants.

Que l'intégrisme musulman voiliste apparaissent comme un processus oppresseur historique endogène, un colonialisme interne au monde musulman contre des musulmanes sécularisées d'abord est chose refusée, jugée inacceptable. C'est pourtant la vérité historique. Il suffit d'avoir fréquenté les pays arabes dans les années 70 et d'y être retourné 30 ans après pour voir tout le travail de conquête des divers intégrismes religieux et culturels musulmans contre les musulman-es partout dans le monde.

Ce qu'il importe de voir c'est que le "gauchisme décolonial" est, quoiqu'en face à face (campisme politique), sur le même registre de type identitaire et communautaire que l’extrême-droite, qui elle fétichise la Nation (française) comme une communauté ethno-culturelle ou même "républicaine" (mais à arrière-plan identitaire catho-laique) pour ne rien voir des clivages internes à résoudre (même logique d'aveuglement). En effet, dans cette "guerre des communautés" il n'y aucune place pour le social, le combat contre les inégalités économiques, l'ouverture à autrui, les droits humains !

Le MRAP a un positionnement antiraciste universaliste tendu vers l'égalité réelle (AG juin 2018) qui mérite d'être défendu contre les logiques identitaires mortifères, et ce au profit des droits humains, y compris les droits sociaux très important en temps de crise.

Christian Delarue

NB : Piège communautaire 

Comme il y a le piège identitaire il y a le piège communautaire . L’assignation identitaire sert à l’enfermement communautaire. 

Je reprends ici Jean-Loup Amselle : L’usage massif du terme « communauté »  fait partie de ce que j’appelle « les formes élémentaires du racisme ». In Les multiples identités d’un individu, 

http://projet.pcf.fr/70943

Marxisme, soutien et critique de la religion

http://altermd-krisdlr.centerblog.net/86-marxisme-soutien-et-critique-de-la-religion

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — International
Macron passe la diplomatie française à la sauce « libérale »
Sous prétexte d’accroître la « mobilité interne » au ministère des affaires étrangères, la réforme prévue par Emmanuel Macron permettra d’offrir des postes d’ambassadeur à des amis politiques ou des cadres du monde des affaires qui ont rendu des services. Tout en réglant son compte à un corps diplomatique que l’Élysée déteste.
par René Backmann
Journal — France
Fausse rétractation de Takieddine : sur la piste d’un « cabinet noir » au service de Sarkozy
L’enquête sur l’interview arrangée de Ziad Takieddine révèle les liens de plusieurs mis en cause avec le clan Sarkozy et leur volonté de « sauver » l’ancien président, mais aussi ses anciens collaborateurs, Brice Hortefeux et Thierry Gaubert, également mis en examen dans l’affaire libyenne.
par Karl Laske et Fabrice Arfi
Journal — Terrorisme
Les confidences du commissaire des services secrets en charge des attentats du 13-Novembre
Le commissaire divisionnaire SI 562 – le nom de code le désignant – a dirigé la section chargée des enquêtes judiciaires liées au terrorisme islamique à la DGSI, entre 2013 et 2020. Il offre à Mediapart une plongée inédite dans les arcanes du service de renseignement.
par Matthieu Suc
Journal — Justice
À Marseille, des juges font reculer l’incarcération à la barre
L’aménagement de peine, par exemple le bracelet électronique, prononcé dès le jugement, est une possibilité qui n’avait jamais décollé avant 2020. Mais à Marseille, la nouvelle réforme de la justice et la volonté d’une poignée de magistrats ont inversé la tendance. Reportage.
par Feriel Alouti

La sélection du Club

Billet de blog
La clique de « Kliniken » vue par Julie Duclos
Quinze ans après Jean-Louis Martinelli, Julie Duclos met en scène « Kliniken » du dramaturge suédois Lars Noren. Entre temps l’auteur est décédé (en 2021), entre temps les guerres en Europe ont continué en changeant de pays. Immuable, la salle commune de l’hôpital psychiatrique où se déroule la pièce semble jouer avec le temps. Troublant.
par jean-pierre thibaudat
Billet de blog
Un poète palestinien : Tawfik Zayyad
Cette poésie simple, émouvante, populaire et tragique a circulé d'abord sous les tentes des camps de réfugiés, dans les prisons avant d'être lue, apprise et chantée dans toute la Palestine et dans tout le monde arabe.
par mohamed belaali
Billet de blog
La chanson sociale, comme levier d’empowerment Bernard Lavilliers en concert
Dans la veine de la chanson sociale française, l’artiste Bernard Lavilliers transmet depuis plusieurs décennies la mémoire longue des dominés, leurs souffrances, leurs richesses, la diversité des appartenances et propose dans ses narrations festives et musicales. Balzac disait que «Le cabaret est le Parlement du peuple ». En quoi la chanson sociale est-elle un levier de conscience politique ?
par Béatrice Mabilon-Bonfils
Billet de blog
La comédie des catastrophes
Au Théâtre de la Bastille, le collectif l'Avantage du doute dresse un hilarant portrait de la société contemporaine pour mieux en révéler ses maux. De l’anthropocène au patriarcat, de la collapsologie aux comédiennes mères ou non, du besoin de tendresse des hommes, « Encore plus, partout, tout le temps » interroge les logiques de puissance et de rentabilité par le biais de l’intime.
par guillaume lasserre