Séquence campiste, côté du camp identitaire, blanc, catholique intégriste

Séquence campiste, côté du camp identitaire, blanc, catholique intégriste, ce 17 novembre à Paris.

17 novembre,

Séquence campiste, côté du camp identitaire, occidental blanc et catholique intégriste ce 17 novembre à Paris.

Si on trouve des islamophobes non racistes - ils se définissent ainsi - qui critiquent et fustigent l'islam comme d'autres religions (soit des philosophes athées, critique des religions ainsi que des personnes détestant les pratiques des bigots et usant de blasphèmes désacralisant les pratiques intégristes archaïques ) on trouve aussi des islamophobes racistes selon la définition du MRAP ( 1). Génération Identitaire en est. 

Cette manifestation populiste identitaire (camp occidental blanc et catholique intégriste) a été autorisée pour faire pièce (identité contre identité, communauté contre communauté, camp contre camp) à la manifestation du 10 novembre coupable d'une absence de service d'ordre pour faire cesser l'action indigne du vociférateur identitaire musulman (2 - appelant à hurler Allah akbar pour souder une communauté musulmane offensive) au sein d'une manifestation antiraciste ! Si on ajoute que les associations antiracistes comme le MRAP ou la LDH ou SOS Racisme n'ont pas été appelé à dire leur mot sur cet appel on comprend la dérive lamentable de cette manifestation du 10 : populiste et campiste pro-musulmane !

Etre antiraciste, ce n'est pas soutenir un communautarisme religieux, ni arabo-musulman, ni national blanc-catho-tradi.  Ni l'un ni l'autre ! Hors camp ! 

Les meurtres à la mosquée de Bayonne fin octobre ont donné lieu à une manifestions antiraciste mal cadrée le 10, laissant place aux intégrismes musulmans et aux islamistes. Dans cette manifestation on trouvait donc selon le lieu de la manifestation des antiracistes authentiquement universalistes et des intégristes religieux avec leur soutiens. Il y a eu un brouillage de significations. 

Il eu fallu proposer avec un appel calibré, une manifestation antiraciste, que l'on dira républicaine non campiste, en capacité de rassembler des citoyens de droite et de gauche, sans clientélisme politicien si possible, contre le racisme sous toutes ses formes , à critère ethno-raciale (noir, arabe) ou religieux et contre les intégrismes religieux de toute religion. Manifestation soutenant explicitement la loi de mars 2004 que les intégristes musulmans et d'autres veulent abolir. Une large majorité de citoyens tiennent à son maintien voir à son extension pour protéger certains lieux des provocations identitaires de toute sorte.

POUR UNE MANIFESTATION ANTIRACISTE, LAIQUE ET NON CAMPISTE !

Le droit français de laïcité ne se résume pas à 1905 (ou le terme ne figure pas) mais intégre la loi du 15 mars 2004 et pourrait d'ailleurs intégrer dans une dynamique plus large d'autres lois de ce type interdisant tous les signes religieux ostensibles (principe d'universalité) dans les lieux de la République ou dans certaines situations bien précises, pas partout .

Signes religieux : Interdire plus mais pas partout | Le Club de Mediapart

https://blogs.mediapart.fr/christian-delarue/blog/271019/signes-religieux-interdire-plus-mais-pas-partout

Christian DELARUE

1) Le MRAP a défini l'islamophobie | Le Club de Mediapart

https://blogs.mediapart.fr/amitie-entre-les-peuples/blog/120919/le-mrap-defini-lislamophobie

https://blogs.mediapart.fr/amitie-entre-les-peuples/blog/120919/le-mrap-defini-lislamophobie

2) PROVOCATION ISLAMISTE : Sur une vidéo filmée lors de la marche du dimanche 10 novembre à Paris, on peut effectivement voir l'ancien directeur du CCIF, Marwan Muhammad debout sur une camionnette scander «Allahu Akbar» devant une foule de manifestants, qui reprennent l'expression en choeur. Il se tient à côté du journaliste Taha Bouhafs, un des initiateurs de la manifestation, en veste bleue ! Et le 17 c'est Génération identitaire qui va riposter contre l'islamisme, pour la défense du camp blanc-catho-laique ! 

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.