Sortir du "en même temps" de droite et de gauche

Sortir du "en même temps" de droite et de gauche

Sortir du "en même temps" de droite et de gauche

 

(commentaire repris et allongé sous un bel article concernant Marianne et ,derrière ce journal, une composante "moderniste-fataliste" - 1).

XX

Si pour CERTAINS, peu dupe du bagout , le candidat Macron s'annonçait déjà comme un nouveau "petit Bonaparte", prenant fort bien, à sa façon, la suite d'un Nicolas Sarkozy très "travailliste" (entendez voulant faire travailler plus ceux et celles qui travaillent déjà), et ce après un François Hollande mou-tiède (tout en forte promesse contre la finance mais pour le moins peu offensif in fine) , pour D'AUTRES - dont Marianne - le "en même temps" (de droite et de gauche) a pu séduire. 

- Une séduction qui s'explique . Ce "en même temps" de Macron candidat ne tombe pas du ciel ! Il n'est pas si neuf que çà !

La promesse séduisait, faut le dire, à l'image de tout un courant historique français s'appuyant d'une part sur le "cfdtisme", soit un syndicalisme d'accompagnement du néolibéralisme destructeur sur plus de 30 ans et d'autre part sur le rocardisme en politique , un courant politique positionné "gauche moderne" sur un profil "fin de l'histoire" (cf "congrès de l'Arche" de 1991) à propos d'une alternative socialiste s'effaçant (fatalisme) et donc pleine acceptation du capitalisme (et de sa logique de fond avec quelques digues toujours plus basses) !

Ajoutons que la "deuxième gauche"  a fini grosso modo par englober les vallsistes et les strauss-kahniens, soit une gauche de soutien des cadres sup et très anti-gilets jaunes . Une gauche embourgeoisée bien différente de la gauche populaire de Gérard Filoche beaucoup plus en soutien de la France d'en-bas, des classes populaires modestes et des gilets jaunes

- Alors Marianne, et ses lecteurs-lectrices du centre, on en fait quoi du capitalisme dominant  et de sa logique ? On élève des digues ou on les casse plus encore ? 

On n'en fait quoi des services publics face aux privatisations, face à la puissante logique du profit d'abord (contre la masse salariale et les services publics)? On fait quoi du principe de la carrière professionnelle continue et ascensionnelle liée à l'Etat social (Etat social construit par la gauche "lutte de classe") alors que s'installe la misère avec la précarité au travail pour tous et toutes (toutes surtout) de la République bananière du néolibéralisme (sont cul et chemise ces deux-là!) ? Etc... On continue de brader ou on se lève pour défendre ! Défendre la civilisation de la raison solidaire contre la barbarie de l'exploitation de l'humain (sa force de travail) et de la nature !

 

peuple-classe peuple social peuple-classe peuple social
- Rupture démocratique et socialeCessons d'être servile avec le 1% et ses agents politiques !

Cessons de construire, avec ces mensonges, une "démocratie du 1%", ou plus exactement une démocratie du bloc d'en-haut des riches, des patrons, des cadres sup plus les "perdus".  Car le ruissellement est une fable pour naïfs , pour laisser s'accroitre les inégalités sociales ! 

Pour Jérôme SAINTE-MARIE (analyse à partir de la notion de blocs sociaux opposés) : "Les gens du bloc élitaire étaient confrontés à un problème sérieux : ils estimaient que les réformes n’allaient pas assez vite, que l’aggiornamento libéral de la société française prenait du retard. En effet la gauche et la droite devaient composer avec des catégories sociales plus populaires et étaient de ce fait contraintes de faire des compromis sociaux dans la perspective du second tour. Emmanuel Macron a proposé une solution beaucoup plus radicale visant à donner une base politique et sociale cohérente à l’accélération des réformes et à la transformation du modèle social français. Il l’exprime sans ambiguïté lors de son discours fondateur du 12 juillet 2016 à la Mutualité". (cf Entretien in Le vent se lève 13 nov 2019). 

 

 

CD ATTAC CD ATTAC



- Contre-hégémonie d'en-bas : Faire bloc contre ceux d'en-haut le 5 déc 2019

Il n'y a donc pas de honte à nous - celles et ceux des 85 % d'en-bas - rejoindre dans la rue le 5 décembre 2019 pour faire l'histoire autrement ! A commencer par le refus de son système de retraite (2).

- Les gilets jaunes disent : "Moins pour ceux d'en-haut, plus pour celles et ceux d'en-bas !" C'est la justice sociale (et fiscale).

- Les syndicats des travailleurs et travailleuses disent stop au travailler plus longtemps : 60 ans c'était bien assez, 62 c'est trop, 67 c'est dur  ! Stop exploitation ! RTT 32 heures hebdomadaires pour travailler tous et toutes.

 Pour le bateau-France, changeons de cap politiquement (vers d'autres rives ) et syndicalement (stop "travaillisme" )!

Christian DELARUE

1) cf : 5 décembre : le choix de Marianne | Le Club de Mediapart

https://blogs.mediapart.fr/editions-hoh/blog/271119/5-decembre-le-choix-de-marianne

2) Conférence-débat sur les retraites à Rennes hier soir 26 nov 19 avec Pierre KHALFA d'ATTAC et de la Fondation Copernic

RÉUNION PK © CD RÉUNION PK © CD

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.