christian delarue
Rep MRAP fondateur ATTAC - Syndicaliste (cen cgt finances ufr) CA (convergence services publics)
Abonné·e de Mediapart

1744 Billets

0 Édition

Billet de blog 30 nov. 2020

christian delarue
Rep MRAP fondateur ATTAC - Syndicaliste (cen cgt finances ufr) CA (convergence services publics)
Abonné·e de Mediapart

Ploutocraties liberticides de droite de Sarkozy à Macron (I)

TEXTE I : Ploutocraties liberticides de droite : Macron le Bonaparte II après Sarkozy Bonaparte I .

christian delarue
Rep MRAP fondateur ATTAC - Syndicaliste (cen cgt finances ufr) CA (convergence services publics)
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Ploutocraties liberticides de droite : Macron le Bonaparte II après Sarkozy Bonaparte I .

Samedi dernier dans les grandes villes de France se fut un mouvement massif 

Contre le Bonaparte de droite et sa police !

https://blogs.mediapart.fr/amitie-entre-les-peuples/blog/281120/contre-le-bonaparte-de-droite-et-sa-police

 XX

TEXTE I

Espace restreint et temps court

Ploutocraties liberticides de droite : Macron, Bonaparte II après Sarkozy Bonaparte I

Première focale sur la seule France et les 13 dernières années. Une seconde focale (en texte 2) plus large et plus longue suivra !

1) De Sarkozy à Macron à droite : une gouvernance bonapartiste !

Pour s’en tenir à la période post-Chirac, post 2007 (élu en 1995 pour 7 + 5 ans) on va faire l’hypothèse, sur fond de « thatchérisation du monde » (1) accélérée, d’une part de l’existence d’un double bonapartisme de droite, d’abord avec Sarkozy (Bonaparte I de 2007 à 2012), puis avec Macron (Bonaparte II après 2017), à tendances ploutocratiques (pro-riches et pro-inégalités économiques et sociales plus affaires de corruption) et autoritaires (police et justice) le tout sans citer Carl Schmitt (cf article Médiapart - ) et son « libéralisme autoritaire » (liberté économiques pour les grandes entreprises et le CAC 40 et autorité ferme contre le peuple-classe) , et d’autre part, en face, de l’existence probable d’un bonapartisme de gauche, contre ce ploutacratisme, celui que l’on prête à JL Mélenchon sous l’appellation de « populiste de gauche » car en faveur du peuple-classe de France, nationaux et migrants.

2) JL Mélenchon ? De la personnalité au programme.

Il n’est cependant pas avéré que JL Mélenchon soit un Chavez (lequel ? quelle période ?), notamment dans la mesure ou son organisation politique réclame un changement de République : sortir de la Ve pour aller vers une VI République . Il convient néanmoins de conserver cette hypothèse polémique comme relevant de l’apparence des choses de la politique ou si l’on veut du « sommet de l’iceberg » car la « scène politique » à son importance mais elle cache de trop les programmes au profit des personnalités politiques et de la luttes des places politiciennes . On voit trop souvent que les médias mainstream préfèrent le césarisme bonapartiste de droite mais qu’ils ont peur d’un populisme de gauche fut-il accommodé à la République sociale. Mais dès lors il convient AUSSI (image de l’iceberg oblige) de voir que ce sont surtout les institutions de la V ème République qu’il convient de cibler car ce sont elles qui poussent au césarisme et à la dépossession citoyenne de la démocratie.

3) Hollande a mal terminé !

Un mot sur F Hollande, qui sans être ni un bonaparte ni un ploutocrate (c’est son mérite selon nous - aspect bonhomme comme Chirac), a néanmoins assuré sans faillir une sorte de transition tranquille (sauf la fin de son mandat), à la Mitterrand (et à la Chirac aussi), - via le maintien des grands équilibres entre les classes sociales - entre N Sarkozy (Bonaparte I) et E Macron (Bonaparte II), et ce au profit de la bourgeoisie et du 1% contre le peuple-classe ! Il est, pour moi, le prototype du « centrisme politique » qui tentent de maintenir les équilibres des conflits de classes sur un mode gagnant-gagnant qui peut plaire un temps aux cadres gestionnaires avant de préférer la solution ferme et bonapartiste. Sarkozy a lui même renforcé le néolibéralisme d’un Chirac (12 ans : 1995-2007) qui lui-même suivait la thatchérisation d’un Mitterrand (14 ans).

Les solutions type gauche socialiste d’expropriation populaire et autogestionnaire n’ont jamais durablement exercé le pouvoir.

Christian Delarue

La thatchérisation du monde et l’extrême-droite économique : un trajet vers la ploutocratisation du monde. http://amitie-entre-les-peuples.org/La-thatcherisation-du-monde-et-l-extreme-droite-economique

S’organiser pour la défense des libertés publiques menacées. http://bellaciao.org/fr/spip.php?article164131

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

Les articles les plus lus
Journal — Qatar : le Mondial de la honte
Journal — À Saint-Étienne, le maire, la sextape et le chantage politique
Journal — À Saint-Étienne, le maire, la sextape et le chantage politique
Journal — L’argent libyen de Sarkozy

À la Une de Mediapart

Journal — Extrême droite
Le jour où le post-fascisme a pris le pouvoir en Italie
Le parti de Giorgia Meloni a largement dominé les élections italiennes du 25 septembre. La coalition de droite devrait obtenir une majorité absolue au Parlement. Le résultat de décennies de confusionnisme et de banalisation du fascisme dans lesquels se sont fourvoyés tous les mouvements politiques de la péninsule.
par Ellen Salvi
Journal — Europe
« La droite fasciste n’a jamais disparu de la société italienne »
L’historienne Stéfanie Prezioso explique ce qui a rendu probable l’accès d’une post-fasciste à la tête du gouvernement italien. De Berlusconi en « docteur Frankenstein » au confusionnisme propagé par le Mouvement Cinq Étoiles, en passant par le drame des gauches, elle revient sur plusieurs décennies qui ont préparé le pire.
par Fabien Escalona
Journal — Moyen-Orient
Des Russes désertent vers la Turquie pour ne pas « mourir pour Poutine »
Après que le président russe a décrété la mobilisation partielle des réservistes pour faire face à la contre-offensive de l’armée ukrainienne, de nombreux citoyens fuient le pays afin de ne pas être envoyés sur le front. 
par Zafer Sivrikaya
Journal — Politique
La justice dit avoir les preuves d’un « complot » politique à Toulouse
L’ancienne députée LR Laurence Arribagé et un représentant du fisc seront jugés pour avoir tenté de faire tomber une concurrente LREM à Toulouse. Au terme de son enquête, le juge saisi de cette affaire a réuni toutes les pièces d’un « complot » politique, selon les informations de Mediapart.
par Antton Rouget

La sélection du Club

Billet de blog
Le gigantisme des installations éoliennes offshore en Loire Atlantique et en Morbihan
Un petit tour sur les chemins côtiers en Loire Atlantique et en Morbihan pour décrire et témoigner du gigantisme de ces installations offshores, de la réalité de l'impact visuel, et de quelques réactions locales.
par sylvainpaulB
Billet de blog
Éolien : vents contraires !
[Rediffusion] Mal aimées parmi les énergies renouvelables, les éoliennes concentrent toutes les critiques. La région Provence Alpes-Côte d'Azur les boycotte en bloc sans construire d'alternatives au « modèle » industriel. le Ravi, le journal régional pas pareil en Paca, publie une « grosse enquête » qui ne manque pas de souffle...
par Le Ravi
Billet de blog
Saint-Jean-Lachalm, un village qui a réussi ses éoliennes, sans s'étriper
Saint-Jean-Lachalm, un village de la Haute-Loire qui a trouvé le moyen de ne pas s’étriper lorsque l’idée d’un champ d’éoliennes a soufflé dans la tête de son maire, Paul Braud. En faisant parler un droit coutumier ce qui, de fil en aiguille, a conduit… au chanvre.
par Frédéric Denhez
Billet de blog
L’éolien en mer menacerait la biodiversité ?
La revue Reporterre (par ailleurs fort recommandable) publiait en novembre 2021 un article auquel j’emprunte ici le titre, mais transposé sous forme interrogative … car quelques unes de ses affirmations font problème.
par jeanpaulcoste