Christian2A
Abonné·e de Mediapart

9 Billets

0 Édition

Billet de blog 7 oct. 2021

Léa Salamé face à Mélenchon : islamophobie et journalisme « chien de garde »

« C’est faux qu’il y a des quartiers où les islamistes ont pris le pouvoir en France ? ». Ce samedi, Léa Salamé s’est illustrée face à Jean-Luc Mélenchon par un discours reprenant les poncifs islamophobes. Une interview agressive, à des années lumières du ton employé avec les grands patrons, écrit Youri Merad.

Christian2A
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Ce samedi, Jean-Luc Mélenchon était l’invité de Laurent Ruquier et de Léa Salamé dans leur émission « On est en direct ». Trois quarts d’heure probablement éprouvants pour le candidat de la France Insoumise, qui a encaissé les assauts d’une journaliste au ton acerbe dont l’objectif était de le ridiculiser au moyen de questions rhétoriques faussement journalistiques, se faisant ainsi le relais du discours des classes dominantes.

L’interview a notamment porté sur Zemmour. Alors que Mélenchon expliquait qu’il «  ne rassure pas  » mais fait probablement peur à une grande partie de la population, en particulier à la communauté musulmane contre laquelle il attise la haine , Léa Salamé le contredit : « mais il y a des gens qui adhèrent, Monsieur Mélenchon  » et poursuit : « est-ce du racisme ? Quand on entend des gens, qui ne sont pas forcément racistes, mais qui disent qu’ils ne reconnaissent plus les quartiers de leur enfance, qu’ils ne reconnaissent plus la France, c’est du racisme ca ?  ».

Reprenant le poncif des quartiers « aux mains des islamistes » et de la « majorité silencieuse » la journaliste a ensuite tancé le leader des Insoumis : «  Vous pensez que c’est totalement faux ? De dire qu’il y a des quartiers où les islamistes ont pris le pouvoir en France, c’est totalement faux ? ». Une question rhétorique dans sa bouche, qui cautionne ouvertement le discours réactionnaire de Zemmour à propos des quartiers populaires. Mais l’échange ne s’arrête pas là et la journaliste continue enfoncera le clou : « il ne faut donc pas lutter contre l’Islamisme. (…) Tout va bien ?  ».

Face à Jean-Luc Mélenchon, Léa Salamé a ainsi repris à son compte avec insistance la rhétorique islamophobe de Zemmour. Rien de surprenant tant celle-ci est omniprésente dans les médias. D’ailleurs, la journaliste a notamment animé l’émission «  Ca se dispute  » sur iTélé (devenu depuis Cnews) en 2013 - 2014 où Zemmour a eu carte blanche pendant 8 ans pour déballer son idéologie nauséabonde. Au moment de son départ, elle avait salué en Zemmour un « chic type ».

«  Ah bon, il y a des gens qui vous trouvent sympa ?  », «  Arnaud Montebourg l’a avoué [à propos de Mélenchon], “il divise”, “il snobe tout le monde”, “c’est le problème de la gauche”  », «  Pourquoi vous faites ça ?  » ... L’agressivité de Salamé ne s’est pas apaisée durant le reste de l’entretien. De nombreux internautes ont d’ailleurs relevé le traitement particulier du candidat de la France Insoumise, de la part d’une journaliste qui a l’habitude de faire preuve de connivence avec les représentants de la haute bourgeoisie. Ses interviews avec Nicolas Sarkozy, Carlos Ghosn ou encore Bernard Arnault sont ainsi de grands moments de complaisance.

Une orientation claire au service des puissants qui résonne d’autant plus alors que Éric Zemmour bénéficie depuis trois semaines d’une surmédiatisation qui a permis de le propulser dans les sondages.

Texte de Youri Merad, Révolution Permanente
Révolution Permanente, l'article original illustré

Dernière minute: suite aux révélations du rapport Sauvet sur les agressions sexuelles commises par des gens de l'église catholique, Zemmour va-t-il proposer "l'assimilation" aux catholiques de mon pays?

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Social
Lidl : les syndicalistes dans le viseur
Dans plusieurs directions régionales de l’entreprise, les représentants du personnel perçus comme trop remuants affirment subir des pressions et écoper de multiples sanctions. La justice est saisie.
par Cécile Hautefeuille et Dan Israel
Journal — Social
Conditions de travail : la souffrance à tous les rayons
Le suicide de la responsable du magasin de Lamballe, en septembre, a attiré la lumière sur le mal-être des employés de l’enseigne. Un peu partout en France, à tous les niveaux de l’échelle, les burn-out et les arrêts de travail se multiplient. La hiérarchie est mise en cause.
par Cécile Hautefeuille et Dan Israel
Journal — Politique
Zemmour : quand le candidat parle, ses militants frappent
À Villepinte comme à Paris, des antifascistes se sont mobilisés pour ne pas laisser le premier meeting d’Éric Zemmour se tenir dans l’indifférence. Dans la salle, plus de 10 000 personnes s’étaient réunies pour l’entendre dérouler ses antiennes haineuses, dans une ambiance violente.
par Mathieu Dejean, Mathilde Goanec et Ellen Salvi
Journal — Politique
En marge du meeting de Zemmour, des habitants de Seine-Saint-Denis fustigent « sa politique remplie de haine »
Éric Zemmour a tenu le premier meeting de sa campagne présidentielle dans un département qui représente tout ce qu’il déteste. Cibles quotidiennes des injures du candidat d’extrême droite, des citoyens de Villepinte et des alentours témoignent.
par Hannah Saab (Bondy Blog)

La sélection du Club

Billet de blog
Aimé Césaire : les origines coloniales du fascisme
Quel est le lien entre colonisation et fascisme ? Comme toujours... c'est le capitalisme ! Mais pour bien comprendre leur relation, il faut qu'on discute avec Aimé Césaire.
par Jean-Marc B
Billet de blog
« Pas de plateforme pour le fascisme » et « liberté d’expression »
Alors que commence la campagne présidentielle et que des militants antifascistes se donnent pour projet de perturber ou d’empêcher l’expression publique de l’extrême droite et notamment de la campagne d’Éric Zemmour se multiplient les voix qui tendent à comparer ces pratiques au fascisme et accusent les militants autonomes de « censure », d' « intolérance » voire d’ « antidémocratie »...
par Geoffroy de Lagasnerie
Billet d’édition
Dimanche 5 décembre : un déchirement
Retour sur cette mobilisation antifasciste lourde de sens.
par Joseph Siraudeau
Billet de blog
Le fascisme est faible quand le mouvement de classe est fort
Paris s’apprête à manifester contre le candidat fasciste Éric Zemmour, dimanche 5 décembre, à l’appel de la CGT, de Solidaires et de la Jeune Garde Paris. Réflexions sur le rôle moteur, essentiel, que doit jouer le mouvement syndical dans la construction d’un front unitaire antifasciste.
par Guillaume Goutte