Christian2A
Abonné·e de Mediapart

10 Billets

0 Édition

Billet de blog 25 mars 2020

Monsieur Truche est mort

Pierre Truche, procureur général de la République au procès de Klaus Barbie est décédé le 21 mars 2020. Georges Gumpel, membre et porte-parole de l'Union Juive Française pour la Paix et partie civile pour la déportation de son père dans le dernier convoi parti de Lyon le 11 août 1944 lui a rendu un émouvant hommage que je reproduis ici.

Christian2A
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

https://www.ujfp.org/spip.php?article7734

Pierre Truche, procureur général au procès de Klaus Barbie en 1987 est mort, nous sommes dans la peine.
Entre nous, dans ma famille, nous disions de lui, avec un immense respect - Monsieur Truche - ce respect que l’on accorde à un parent aimé, admiré.

Nous lui devions d’être sortis de ce terrible procès, soulagés, grandis, mais surtout, rassurés.

La justice avait sens, le temps entre le crime commis à l’encontre de notre père et ceux, innombrables, commis à l’encontre des enfants et des parents de toutes les Parties civiles qui formaient - tout au long de ces journées éprouvantes - un bloc uni et solidaire, le temps donc par cette peine infligée était aboli. La nuit du verdict, le 4 juillet, était autre.

Mais Monsieur Truche c’était aussi l’homme qui avait organisé à Lyon pendant trois jours consécutifs, 20 ans après le procès Barbie, un colloque mémorable intitulé:

Juger les crimes contre l’humanité
Établissant les enseignements de ce procès, en établissant le bilan.
Mais, surtout, inscrivant la notion du crime contre l’humanité au présent, en affirmant sa modernité.
Dans son intervention de clôture, Monsieur Truche expliquait plusieurs points :
Au XXe siècle, les victimes civiles sont plus nombreuses que les victimes militaires.
Elles le sont d’abord par des armes dans des guerres à distance, sans contact visuel entre l’assaillant et les civils.

Il soulignait que c’est pour la protection de ces populations civiles que le crime contre l’humanité a été prévu.
Précisant que dans tout crime contre l’humanité un homme n’est plus l’égal d’un autre homme.
Il est victime d’abord d’interdictions, puis d’un marquage, enfin d’un parcage. L’homme alors est égal à zéro.
Dans un pays où l’assassinat est un crime, il peut impunément être mis à mort.
Il n’a plus ce nom que tout être humain reçoit à la naissance et qui lui ouvre l’exercice de tous les droits.
Il indiquait également :
La responsabilité personnelle des chefs d’États, des membres du gouvernement , des parlementaires, des chefs militaires est recherchée.
Enfin, il précisait :
la sanction rétablit le droit. Et surtout, la sanction est due à la victime qui est alors reconnue publiquement comme être offensé et humilié.
Quelque chose est restauré, sous des noms divers, c’est à dire la dignité attachée à la qualité morale de la personne humaine.
Tout ceci, naturellement, concerne aujourd’hui le peuple palestinien tout entier, la population de Gaza particulièrement.
Et nous connaissons les criminels, auteurs de ces abominations.

Nommer le crime contre l’humanité aujourd’hui, en affirmer sa modernité, c’est aujourd’hui le meilleur hommage que nous puissions rendre à Monsieur Truche.

Peut-être comprendrez vous mieux mon obstination à nommer et dénoncer les crimes contre l’humanité commis en mon et notre nom par Israël en Palestine occupée ?

Georges Gumpel,
Partie Civile au procès Barbie.

PS: j’oublie de vous préciser :
ce colloque avait été boycotté par le CRIF de Rhône-Alpes, le CRIF a l’échelon national. Les principaux avocats juifs de La Défense étaient, eux aussi, absents…
Tous avaient peur de cette modernité affirmée du crime contre l’Humanité, avaient peur que la question palestinienne soit abordée.
Seul, un jeune professeur de droit constitutionnel comparé à l’université de Bologne, a fait allusion à la situation palestinienne.

Georges Gumpel UJFP

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Le ministre, l’oligarque et le juge de trop
Avocat, Éric Dupond-Moretti s’en est pris avec virulence à un juge qui faisait trembler Monaco par ses enquêtes. Ministre, il a lancé une enquête disciplinaire contre lui. Mediapart révèle les dessous de cette histoire hors norme et met au jour un nouveau lien entre le garde des Sceaux et un oligarque russe au cœur du scandale. 
par Fabrice Arfi et Antton Rouget
Journal — Extrême droite
Hauts fonctionnaires, cadres sup’ et déçus de la droite : enquête sur les premiers cercles d’Éric Zemmour
Alors qu’Éric Zemmour a promis samedi 22 janvier, à Cannes, de réaliser « l’union des droites », Mediapart a eu accès à la liste interne des 1 000 « VIP » du lancement de sa campagne, en décembre. S’y dessine la sociologie des sympathisants choyés par son parti, Reconquête! : une France issue de la grande bourgeoisie, CSP+ et masculine. Deuxième volet de notre enquête.
par Sébastien Bourdon et Marine Turchi
Journal — Outre-mer
Cette France noire qui vote Le Pen
Le vote en faveur de l’extrême droite progresse de façon continue dans l’outre-mer français depuis 20 ans : le Rassemblement national (RN) de Marine Le Pen est le parti qui y a recueilli le plus de voix au premier tour en 2017. Voici pourquoi cela pourrait continuer.
par Julien Sartre
Journal
Les défections vers Zemmour ébranlent la campagne de Marine Le Pen
Le départ de Gilbert Collard, après ceux de Jérôme Rivière ou de Damien Rieu, fragilise le parti de Marine Le Pen. Malgré les annonces de prochains nouveaux ralliements, le RN veut croire que l’hémorragie s’arrêtera là.
par Lucie Delaporte

La sélection du Club

Billet de blog
Toulouse : un désert médical est né en décembre au cœur de la ville rose !
[Rediffusion] Questions au gouvernement, mardi 11 décembre, Assemblée nationale, Paris. Fermeture du service de médecine interne à l’hôpital Joseph-Ducuing de Toulouse… Plus de médecine sans dépassement d’honoraires au cœur de la ville rose. Toulouse privée de 40 lits pouvant servir pour les patients Covid (vaccinés ou pas…)  Plus de soins cancer, VIH etc !
par Sebastien Nadot
Billet de blog
L’éthique médicale malade du Covid-19 ? Vers une banalisation du mal
Plus de deux ans maintenant que nous sommes baignés dans cette pandémie du Covid19 qui a lourdement impacté la vie et la santé des français, nos structures de soins, notre organisation sociale, notre accès à l’éducation et à la culture, et enfin notre économie. Lors de cette cinquième vague, nous assistons aussi à un nouvel effet collatéral de la pandémie : l’effritement de notre éthique médicale.
par LAURENT THINES
Billet de blog
Les urgences et l'hôpital en burn-out !
On connaît par cœur ce thème souvent à l'ordre du jour de l'actualité, qui plus est en ce moment (une sombre histoire de pandémie). Mais vous ne voyez que le devant de la scène, du moins, ce qu'on veut bien vous montrer. Je vais donc vous exposer l'envers du décor, vous décrire ce que sont vraiment les urgences d’aujourd’hui ! Et il y a fort à parier que si l'ensemble des Français connaissaient ses effets secondaires, il en refuseraient le traitement, au sens propre comme au figuré !
par NorAd4é
Billet de blog
Pour que jamais nous ne trions des êtres humains aux portes des hôpitaux
Nelly Staderini, sage-femme, et Karelle Ménine ont écrit cet billet à deux mains afin de souligner l'immense danger qu'il y aurait à ouvrir la porte à une sélection des malades du Covid-19 au seuil des établissements hospitaliers et lieux d'urgence.
par karelmenin