Un Ch'ti en résistance

Dans le Nord-Pas de Calais, je refuse le masochisme qui consisterait soutenir une droite qui dit ne partager aucune valeur avec moi et s'oppose à l'idée de Front Républicain.

Mon ami Jean Gadrey explique sur son blog d'"Alernatives Economiques " les motivations qui le conduisent à appeler à voter pour Xavier Bertrand en Région Nord-Pas de Calais Picardie. Sa position est tout a fait respectable et  je comprends les raisons qui le conduisent à la défendre . Son argumentaire a le grand mérite, après le dossier de Mediapart, de rappeler concrètement à quel point le programme du F.N est raciste, xénophobe, homophobe, nationaliste, démagogue, dangereux et inefficace. L'un des nombreux reproches que l'on peut faire aux partis qui disent s'opposer au Front National c'est de masquer derrière leur incantation "Le Front National n'est pas un parti républicain", leur refus de toute véritable critique argumentée du programme du Front National. Et cela se comprend bien, en tout cas, pour la Droite dite "républicaine" puisque toute la leçon qu'ils tirent des événements actuels, c'est qu'ils n'ont pas été assez xénophobes, nationalistes, démagogues. Pour Sarkozy ( et pour Estrosi et Bertrand me semble-t-il) la seule manière de s'opposer au Front National c'est de copier plus complètement son programme! Dans ces conditions, on comprend qu'ils rejettent radicalement toute idée de front républicain puisqu'ils continuent à se sentir plus proches du Front National que de la Gauche. Dans cette situation concrète, ou l'on me demande de soutenir des hommes de droite qui indiquent ne partager avec moi aucune valeur commune qui justifierait la réciprocité d'un Front Républicain, je me refuse au masochisme qui consiste à aller voter pour eux malgré tout. De plus, dans le champ de ruines politiques où nous sommes, je crois que l'une des seules petites actions que je puisse faire dans l'instant, consiste à essayer de montrer à la droite que sa stratégie de course à l'échalote avec le F.N la conduit au suicide collectif et non à la victoire par défaut qu'elle continue à espérer et dont Sarkozy aimerait se glorifier. Dimanche prochain, je mettrais un bulletin blanc dans l'urne.

 

Christian Lamarche

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.